HOT on the rocks!
Interview de Qamelto (jeudi/04/04/2024)
Interview de Myrath (jeudi/07/03/2024)
Interview de abduction (mardi/19/12/2023)

Cannibal Corpse – Chaos Horrific

mardi/24/10/2023
488 Views

 

Groupe: Cannibal Corpse

Album: Chaos Horrific

Sortie: le 22/10/2023

Label: Metal Blade records

Note: 17/20

 

Pour préparer cette chronique, je me suis senti obligé de ressortir ma dernière chronique de Cannibal Corpse qui date… d’il y a à peine de 2 ans en fait… et me rendre compte que j’avais écrit ceci :

« Ils ont l’air d’avoir toujours été là, aussi loin que tu te souviennes, ils sortent des albums avec une régularité quasi métronomique tous les 2-3 ans, il ne se passe pas 2 saisons estivales sans qu’on ne les croisent quelque part en festival, ils font des pochettes d’albums qui font peur aux mamans et tout le monde semble avoir au moins un T-shirt du groupe dans sa garde-robe (celui que ta maman ne veut pas repasser parce qu’il lui fait peur aussi). »

Et je disais ça un peu sur le ton de la blague jusqu’à ce que je regarde les dates de sorties du précédent album « Violence Unimagined » et réalise qu’il est sorti il y a 2 ans et demi….

J’en ai même profité pour revoir la discographie du groupe qui en est donc à son 16ème album studio depuis 1990 ! J’utilisais le terme « machine de guerre inarrêtable » pour les décrire mais à ce stade, c’est presque un running gag tant le groupe est régulier dans ses sorties. Ni les nombreux changements de Line-up, les crises sanitaires ou mêmes les guerres n’auront visiblement eu raison de ce rythme effréné. Je suis prêt à parier que j’aurais la même réflexion d’ici le prochain album qui du coup sortira probablement d’ici 2025.

Là où les autres ténors de la scène old school Death Metal peinent à sortir un disque tous les 5-6 ans, on peut toujours compter sur les cannibales de Tampa pour fournir la bonne quantité de bidoche en temps et en heure.

Bon, je vais cependant devoir arrêter de faire du remplissage et parler du disque en lui-même. Et j’avoue, c’est un peu là que je commence à me demander ce que je pourrais bien encore dire de plus à propos d’un album de Cannibal Corpse qui n’ai déjà été dit pour les précédents albums.

Parce que voilà, dès l’intro de « Overlords of Violence » en ouverture du disque, on plonge tout de suite dans l’image mentale qui me vient dès que je pense Cannibal Corpse : une grosse basse claquante entrecoupée de guitares tranchantes et saccadées qui lance le morceau dans un enchainement de gros riffs complexes portés par une batterie quasi punk (vous savez, quand ça fait « pouka pouka pouka pouka » très vite là), la voix caverneuse et effrayante de George Fisher dont j’arrive à sentir les cheveux qui fouette mon visage même à travers ma sono tellement son headbanging est puissant et, cerise sur le gâteaux, ces bons vieux soli de guitares frénétiques .

On retrouve une nouvelle fois à la production l’excellent Erik Rutan, producteur du groupe depuis ces 6 derniers albums qui a rejoint le line-up du groupe à temps plein en tant que guitariste depuis le départ un peu précipité du légendaire Pat O’ Brien avant la sortie du précédent disque. Si vous aviez loupé cette histoire rocambolesque, j’étais revenu dessus lors de ma précédente chronique du groupe https://www.artnroll.net/home/?p=22118 (oui je fais de l’auto-promo, il y a quoi ?). J’ai d’ailleurs appris que ce cher Pat joue désormais dans le groupe Exhorder et suis du coup rassuré de le savoir à nouveau sur scène à défaut de rejoindre ces anciens compères.

Pour revenir sur la production, elle reste fidèle aux précédents travaux de Mr Rutan : puissante, claire, précise et parfaitement au service de la musique du groupe. Misère, que ce son de guitare dans « Blood blind » est massif, c’est abusé.

Je serai toujours impressionné par la netteté générale du son de ces disques. Ça a beau être hyper chargé, on perçoit très bien chaque instrument, quel que soit la violence du morceau ou la complexité des riffs de guitare, on comprend tout ce qui se passe, même quand ça devrait objectivement être une bouillie inaudible. Rendre des morceaux comme «frenzied Feeding » ou « Pitchfork Impalement » compréhensibles, malgré le bordel frénétique qu’ils font, ça reste un sacré exploit.

Au niveau des lyrics et des thèmes du disque… Bah c’est un album de CC : c’est tellement gore et violent que ça en est presque un gag. Je me demande d’ailleurs si la pochette a été censurée cette fois encore dans certains pays. Il est de notoriété publique que certains des premiers albums de CC sont toujours censurés dans certains pays, au point que le groupe prévoit désormais une pochette alternative au cas où la censure locale refuserait la sortie du disque. Cette nouvelle œuvre d’art peu subtile risque fort d’y passer (heureusement chez nous, le sang et la tripaille, ça passe)…

On a eu même droit à un bon vieux clip rempli de gore et de zombies ma foi fort bien réalisé pour le morceau titre de l’album que vous pouvez voir en suivant le lien ci-dessous. Attention, c’est restreint à cause du gore donc, confirmez bien que vous avez 18 ans (oui, comme sur les site honteux que personne ne visite jamais si j’en crois vos historiques de recherche Google) :

https://www.youtube.com/watch?v=m3efq20eJi0

Le problème que j’ai avec CC, c’est que je suis un grand amateur de Death Metal et que j’ai beaucoup écouté leurs précédents albums. Donc oui, j’aime ce disque, beaucoup même. Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que je l’aime un peu comme mon plat préféré, ou mon livre fétiche ou encore mon film culte. Je sais que mon avis dessus est un peu biaisé parce que j’aurai toujours de l’affection pour ces artistes qui ont forgés mes goûts.

Un album de CC, c’est un peu comme un doudou pour amateur de Death Metal. On a beau le connaitre par cœur et en avoir fait le tour 200 fois depuis des années, on est toujours heureux de le retrouver parce qu’on sait qu’il sera comme il a toujours été et qu’il nous donnera exactement ce qu’on attend de lui (oui j’ai comparé un album de CC à un doudou, ne me juger pas).

Alors, mon avis final sur ce disque, c’est que c’est en soit un très bon album de Death old school qui ne fera pas tâche dans la discographie déjà très fournie du groupe. Si vous êtes un fan hardcore qui attend tous les 2-3 ans sa nouvelle offrande sanglante, vous serez bien servi. Si vous êtes un amateur occasionnel de CC et que ça fait un moment que vous n’avez plus acheter ou écouter de disque du groupe, c’est également un bon disque à prendre.

Leave A Comment