HOT on the rocks!

Interview de Carcass Muscadeath 2023

vendredi/06/10/2023
1 430 Views

En ce deuxième jour du Muscadeath édition 2023, le beau temps et la bonne humeur sont au rendez-vous tout comme le muscadet qui est frais et minéral à souhait. J’ai eu la joie de rencontrer brièvement Bill Steer et Daniel Wilding de Carcass avant leur montée sur scène dans une ambiance très joyeuse et ponctuée des blasts de Kronos qui jouait à ce moment là.

Bonsoir ! Je suis ravie d’avoir l’occasion de discuter avec vous. J’espère que vous avez fait bon voyage jusqu’ici.

DW : Bonsoir. C’était tranquille, aucun problème. On a pris l’avion depuis Londres vendredi et on est arrivé dans la soirée. On est relax.

Vous avez eu le temps de tester des spécialités locales?

DW : tu as testé le vin toi déjà, le muscadet (s’adressant à Bill). Hier soir, nous sommes allés en ville pour manger, mais ce n’était pas du tout local, C’était une pizzéria (rires) C’était très bon!
BS : La bière servie ici, je ne sais pas comment elle s’appelle, mais elle est très bonne.
DW : Personnellement, je ne bois pas de bière. En fait, je ne bois pas beaucoup. Quand cela arrive, je préfère le cidre. On a du cidre breton en loge, j’adore le cidre français.

Comment vous vous sentez avant le concert de ce soir?

BS : On est vraiment impatient. Tout se passe bien, les gens sont accueillants et à l’écoute de nos besoins. Cet évènement est visiblement bien organisé et bienveillant. C’est le genre de chose qui nous fait nous sentir plus détendu et serein au contraire de certaine fois  où il y a tellement de choses qui se passent mal que tu es déjà tendu et prêt à exploser de stress avant d’être sur scène. Ce que je veux dire c’est que ce soir si on fait de la merde, ce sera notre faute

rires

Vous venez rarement en France, mais à chaque fois sur des festivals et souvent des petits, c’est voulu?

DW : Oui c’est vrai. Mais on a fait le Hellfest il y a deux ans, ou bien l’an dernier? Je ne sais plus. On est allé au Motocultor cette année, c’est un festival de grandeur moyenne. Malheureusement, Le choix n’est pas tellement de notre ressort : nous avons un agent qui s’occupe de nous dire quand et où on va jouer. C’est dommage parfois parce qu’on reçoit des demandes et on sait que ça ne peut pas se faire ou bien nous on voudrait aller jouer à tel endroit mais ce n’est pas possible.

Est ce que vous avez un festival favori ?

DW : Mon festival coup de cœur cet été a été le Motocultor, c’était vraiment un festival spécial pour nous ( Bill hoche la tête en accord). En général, jouer en France est toujours un bon moment pour nous. On va surement continuer de pousser notre agent pour pouvoir venir jouer plus souvent. Nous aimons réellement les petits festivals, comme celui-ci. Les plus gros sont très bien sur beaucoup de plans, mais c’est souvent trop impersonnel et c’est trop gros, les shows sont rarement bons car tout doit se faire vite.

BS : Il y a une réelle tension dans l’air [dans les gros festivals]. Je ne dis pas qu’on doit être super détendu pour jouer mais ça aide de pas être a cran. Parfois la façon dont la journée se déroule sur un festival fait qu’il y a une ambiance  de stress et d’anxiété. C’est très contagieux et tout le monde fini par être affecté. Alors dans ces cas là quand tu sors de scène et que tu as la sensation que tout s’est bien passé c’est une victoire. Cela n’arrive pas souvent quand même.

rires entendus des deux compères

 Quels sont les projets à venir dans les prochains, jours, mois, semaines, l’année prochaine?

DW : Nous jouons à Lisbonne le week end prochain [NDLA : 7-8 octobre], Mexico et Eindhoven en novembre et encore d’autres choses en avril et mai 2024 que nous annoncerons bientôt. Ce sera dans une autre partie du monde. Nous allons avoir du temps de repos entre décembre et avril prochain. Je crois que c’est un repos plus que mérité, nous avons été très  occupé depuis la fin du covid et depuis que tout est de nouveau ouvert. On se donne quelques mois pour recharger les batteries, être en familles et on repart. Pour la suite, je ne sais pas mais il y a toujours des choses qui arrivent.

Parmi les projet, on peut espérer un album ?

DW : On aimerait beaucoup. Tout va dépendre de chacun dans le groupe et de la disponibilité mental pour cela. La pandémie a tellement tout chamboulé notamment la tournée prévu pour cet album. Il a été enregistré il y a 4 ans quand même.
BS : Il était terminé même bien longtemps avant!
DW: Cela fait un long moment qu’on est dans l’envie d’écrire de nouvelles choses, mais par ce qu’on a pas eu le temps de faire la tournée pour Torn Artery et que nous voulions en faire une avant de commencer a écrire de nouveau… En gros, pour faire court : oui bien sûr nous voulons faire un nouvel album, on espère pouvoir faire ça l’an prochain.
BS : C‘est normal pour un musicien de vouloir créer du nouveau matériel. Tourner avec toujours les mêmes choses pendant une décennie ou plus, je ne dis pas que ce n’est pas faisable, puisque c’est possible (Daniel ajoute en riant : oui on l’a fait), mais on a envie de sentir qu’on va de l’avant. Il n’y a pas d’autre chose, on doit toujours avancer.

Est ce que vous avez un dernier message a faire passer pour conclure?

DW : Merci c’est toujours un bon mot de la fin
BS : A chaque fois que nous venons, nous sommes bien accueillis. On est reconnaissant car on ne peut pas prendre ce genre de choses pour acquises. Merci a tout ceux qui sont venus a nos concerts et à tout ceux qui écoutent notre musique.

Jehleen ,
Muscadeath IX
30 septembre 2023

Leave A Comment