HOT on the rocks!
acod

Interview de ACOD Muscadeath 2023

mercredi/04/10/2023
1 217 Views

Première journée du Muscadeath à Vallet près de Clisson. Circle Ov’Hell termine de jouer et je suis super impatiente de rencontrer Acod, qui m’ont bluffé lors de leur passage au Hellfest, avec un son puissant et incroyable [NDA : il s’agit de l’ancien ingé son de Svart Crown, qui est un génie absolu capable de produire un son impeccable même dans les pires conditions]. Le temps de prendre une Mélusine, Voici Fred et Jérôme qui arrive avec un grand sourire.

Bonjour à vous deux, je suis très contente de vous rencontrer. Comment vous appréhendez le set de ce soir?

Fred : Plutôt bien, on va prendre du bon temps. On a un nouveau guitariste pour cette tournée d’automne, ce soir c’est sa première date avec nous. Ce sera son baptême du feu. il aura surement plus d’appréhension que nous ce soir. On aime la scène et rencontrer le public.
Jérôme : C’est le guitariste du groupe Sunbeam Overdrive, groupe de Marseille rock prog très très bon. C’est un excellent guitariste, très pro. On l’a récupéré avec nous suite à des indisponibilités de notre guitariste habituel. On a 100% confiance, il est très pro.
Fred : On a fait une répétition avec lui aujourd’hui. Une répétition de mise en place.

Justement à propos de scène, comment vous vous préparez pour la scène? Certains ont un coach, d’autres y vont au feeling, pour vous comment ça se passe?

Jer : La scène est une continuité de ce qu’on fait. On joue avec Fred depuis 2006. Acod on sait ce que c’est et on sait à quoi cela doit ressembler. On a eu tous les cas de figure : scène petite, grande, avec problèmes, sans problème.
Fred : Il nous faut un temps pour rentrer dans le mood, on joue des personnages, on raconte une histoire. on a un mélange de spontanéité et de travail en amont. On tente vraiment de faire ressentir les émotions pendant nos shows. Est ce que tu nous a déjà vu?

Oui, oui je vous ai vu au Hellfest et au SEC cet été, au HF le show et le son étaient incroyable !

Fred : Oui on a un très un bon ingé son !
Jer : Tu nous as vu sur une petite et une grande scène. Une vraiment calibrée pour ça et une autre pas faite pour ça, puisque c’était dans une brasserie. 

Quels sont vos critères de décisions pour aller jouer quelque part?

Fred : Il faut que ce soit logique. On évite de jouer plusieurs fois dans la même ville, même si en ce moment on joue souvent autour de Nantes. Ce sont de gros évènements.
Jer : On joue beaucoup dans la région nantaise mais c’est une région très dynamique avec énormément de festivals. Le Muscadeath aujourd’hui, si on le prend en exemple, on sait qu’on a une bonne partie des festivaliers qui vient d’ailleurs en France et pas seulement de Nantes. On joue dans un évènement qui brasse toute la France.
Fred : On a des gens qui sont arrivés de Marseille
Jer  : On a pas de critères, on veut juste jouer dans des évènements qui sont en rapport avec ce qu’on fait. On ira pas jouer à la fête de l’Huma par exemple. Ça n’aurait aucun sens.

 J’ai la sensation que vous êtes très discret, il y a une raison à ça?

Fred : C’est notre booker qui travaille la dessus, il nous a clairement dit  » Écoutez les gars, on va privilégier la qualité à la quantité ». Il a ciblé certains évènements. On va voir si la stratégie est bonne et si ça paie ou pas.
Jer  : On prend ce qui vient et ce qui est viable. Depuis l’après covid, la façon de faire des tournée a changé. On existe depuis 2006, donc on a fait les scènes locales, les bars puis les premières partie de Cradle, Cannibal Corpse et Arch Enemy. On voit la différence et les organisateurs n’hésitent plus à annuler s’il n’y a pas assez de préventes. C’est très compliqué maintenant.
Fred : Les tournées d’avant, ou l’on joue toute la semaine  n’existent plus vraiment. On se cale sur le nouveau dynamisme : fest, concert le week end. Il y a énormément de frais aussi car on vient de loin.

Fourth Reign est sorti il y a un an, comment vous voyez la suite? Vous avez déjà d’autres projets?

Jer : Le prochain album est prêt et il sortira en 2024. On est en train de fignoler des détails avec le label. Les annonces vont être faites en temps voulu. On est très productif, on a déjà le prochain album qui est déjà là et aussi le suivant qui est déjà composé. D’ailleurs on rentre en studio en novembre.

Effectivement vous êtes super inspirés !

Fred : Ben oui, on dort pas! ( rire)
Jer : En fait je pense qu’il s’agit de phases. Quand c’est là, il faut battre le fer pendant qu’il est chaud. Demain, on peut avoir le syndrome de la page blanche et peut être que durant 3 ans, on ne saura pas quoi faire. Pour l’instant, on en profite c’est là donc on crée, l’inspiration est là on y va. Ce n’est pas contrôlé.

Vous travaillez autour de thématiques particulières…

Fred : Oui toujours
Jer : On a toujours un fil conducteur, une globalité.

Et sur le prochain?

Fred : Il s’agit d’un spin off de notre histoire. On a travaillé sur la thématique des sorcières : une sororité de sorcière. C’est une histoire très riche et donc le prochain album va clore l’histoire et répondre à toutes les questions qu’on peut se poser. On a sorti une trilogie d’albums et un EP après le 2e album car on avait fait trop de chansons. On ne voulait pas mettre de côté ces chansons en trop, elles étaient très bien. 
Jer: L’album musicalement parlant il va être très particulier, il y aura peu de morceaux et sera en 2 parties.
Fred : On aura un morceau de 20 minutes qui est déjà sorti et on est en train de travailler sur un court métrage pour « clipper » ce morceau de 20 minutes. Ça demande beaucoup de travail et d’investissement pour ce projet. Le label aide mais ne fait pas tout.
Jer :  On a toujours cette volonté de prise de risque. Chaque fois qu’on fait un album on a une prise de risque par exemple on a fait un morceau parlé, narré tout en français.
Fred : Là on fait une chanson de 20 minutes alors que ça ne se fait plus et avec le projet de court métrage on sait qu’on ne doit pas se planter

Une journée chez Acod ça ressemble à quoi?

Fred : On va te raconter notre journée d’hier et celle d’aujourd’hui. On est parti hier (jeudi 28 septembre) vers 17h30 de Marseille avec toute l’équipe : les musiciens, l’ingé son et notre roadie Pierrot. On a roulé de nuit. On a eu un problème de véhicule au départ, et on a récupéré un véhicule de 7 places et on est 7.  Donc l’enfer tout serré. On a que des costauds. On est arrivé vers Parthenay vers 4h30 ce matin pour dormir un peu. On voulait arriver tôt ici pour plusieurs raisons : d’abord pour faire une petite répèt avec le nouveau guitariste, ensuite installer le merch et enfin pour rencontrer certains fans qui nous avaient contacté, histoire d’avoir le temps de discuter et d’échanger avec eux avant la cohue des interviews. Les interviews ont commencé à 18h30, on joue et ensuite re interviews et ensuite on va ranger. On va quand même se laisser une récréation : on va aller au tripot c’est un lieu assez atypique de la scène nantaise.

Un fest ou un pays ou vous rêveriez de jouer un jour?

Jer : Un pays? Je pense un pays de la Scandinavie, je rêverais de jouer à l’Inferno
Fred : Je n’ai jamais joué en Scandinavie, mais je suis allé en Finlande. J’ai énormément aimé ce pays, on s’y sent bien et c’est magnifique . J’avais loué un mökki  (chalet) au bord d’un lac avec un sauna. Incroyable. Je vivais à poil. (rire)
Jer : J’ai joué en Finlande dans un festival qui s’appelait le Hammer open Air et c’était dans une forêt. On avait atterri à Tampere et ensuite roulé 3h sans traverser aucune ville, juste la forêt, tout était en bois. La scène métal là bas est passionnée, ils vivent métal c’est différent de chez nous. Chez eux c’est vraiment intégré. J’ai vu un gars avec des pics en implant sur le bras. A Marseille c’est compliqué ça.

Vous voudriez partir ?

Fred : Ce n’est pas vraiment ça, c’est qu’on est loin de tout et on a toujours beaucoup de route et de frais et puis aussi la culture musicale n’est pas très métal dans le sud.

Pourtant il y a énormément de groupe de métal dans le sud et il y a aussi la scène niçoise

Jer : Marseille n’est pas une ville métal mais c’est une ville ou beaucoup de groupes percent : Eths, Dagoba, et dernièrement Landmarks qui sont en train de devenir encore plus gros que les deux autres. Landmarks ils font des tournées US sold out, c’est énorme !
Fred : On a Corpus Diavoli et aussi oui la scène de Nice…. Il y a plein plein de groupes
Jer : Il n’y a pas d’évènements, pas de festival, le public ne suit pas. C’est là le problème.

Vous auriez un dernier message à faire passer pour la fin?

Fred : Merci de faire vivre la scène grâce aux webzines et aux interviews. Merci aux personnes qui nous suivent et ceux qui vont nous lire
Jer : Merci aux festivaliers du Muscadeath et qui font vivre la scène en dehors du Hellfest. On aime les petits évènement ils font vivre la scène metal. Il faut soutenir les plus petits évènements, le Hell fest c’est bien mais il n’y a pas que ça.

Jehleen
Muscadeath IX
29 Septembre 2023

Leave A Comment