Interview de Fractal Universe

dimanche/13/10/2019
102 Views

Après avoir joué l’année dernière au Hellfest, Fractal Universe, groupe de death mélodique technique français lorrain, revient mais cette fois pour nous présenter leur deuxième album : Rhizomes of insanity.

Art’N’Roll : Votre dernier album s’appelle « Rhizomes of Insanity », qui correspond en botanique à la réserve de graines d’une plante, quelle en est la métaphore ?
Valentin (bassiste) : C’est aussi ce qui contient la mémoire génétique.

ANR : Quel en est le rapport avec la folie et l’album ?
V : L’album qu’on a sorti est un album concept qui retrace l’histoire de la folie, de ses origines jusqu’à son évolution dans nos sociétés contemporaines. On voulait voir un petit peu quel était son champs d’action, ses effets sur l’homme et quelles en sont les origines. Au final, c’est un peu de tout ça dont on parle dans l’album.

ANR : Il s’agit d’un personnage en particulier ou d’un thème général ?
V : C’est assez général, il y a des morceaux qui vont parler de la folie comme quelque chose de bienfaiteur, pour les artistes par exemple, il y a une sorte de folie mais qui sert à la création et il y a d’autres morceaux qui exposent le côté fou par rapport à notre société le rejet des autres et le côté péjoratif que ça peut amener. C’est également le questionnement et la prise de conscience de soi-même. C’est le thème abordé au début de l’album. Notamment l’un des morceaux directement inspiré d’un texte de Zhuang Zhou : il rêve qu’il est un papillon, il se réveille et s’interroge : est-ce le papillon qui a rêvé, est-il un papillon ? C’est de là qu’est parti le questionnement sur sa propre existence, les frontières entre le bien et le mal, ce genre de chose.

ANR : Et comment vous est venu l’idée de parler de la folie ?
V : En fait c’est Vince, chanteur et guitariste qui compose les morceaux et qui écrit les paroles avec un ami qui est philosophe et a choisi ce thème-là. C’est un bon moyen de visiter plein de sujets. On aurait pu parler de choses qui nous concernent directement. Quand tu traites de la folie, c’est tellement vaste que tu peux aussi parler de gaspillage, de surconsommation, etc. ce qui est assez intéressant.

ANR : Vous êtes proches de la frontière allemande, est-ce que ça vous aide pour trouver des concerts ?
V : C’est vrai qu’on s’exporte un peu en Allemagne mais pas tant que ça. Par contre ça nous a permis de faire des rencontres notamment en Allemagne, ce qui a débouché sur un autre album, des tournées en Belgique, Luxembourg, dans la deuxième partie de Tankrust. Il y a aussi des projets qui se mettent en place. D’ici quelques années ce sera bien développé et on pourra faire des échanges de dates plus facilement. C’est ce qu’on faisait à l’époque. Et après il y a l’Europe de l’Est, l’Europe…

ANR : En Allemagne, ils sont un peu plus ouverts au métal ?
V : En ce qui nous concerne on n’arrive pas à choper un public fidèle encore…

ANR : Vous ne jouez pas cette année au Hellfest ?
V : Non, on a joué l’année dernière, cette année on est là en tant que visiteurs pour parler de l’album.

ANR : Vous êtes donc là en touriste, en même temps que la promotion de Rhizomes.
V : Oui et c’est cool, c’est aussi l’occasion une fois dans l’année de croiser des têtes qu’on ne voit pas le reste du temps.

ANR : J’imagine que vous avez déjà un projet de tournée suite à la sortie de l’album.
V : Oui on a déjà pas mal de dates…
Clément (batteur) : Notamment avec Cannibal Corpes et des petits festivals en Lorraine. On joue avec Betraying the Martyrs au mois de novembre. Le reste n’est pas encore confirmé, je préfère ne rien dire. On a fait la première partie de White Chapel à Paris. Avec le nouvel album on a aussi commencé une nouvelle collaboration. On espère que ça va fonctionner. On en parlera à ce moment-là.

ANR : Quel est l’artiste qui a fait la pochette ?
C : C’est un ami du guitariste, artiste peintre, il s’appelle Chad et on travaille avec lui depuis nos tous débuts. Il a fait la pochette de l’EP et des deux albums. On aime beaucoup ses peintures, on a collaboré avec lui et ça marche très bien. On trouve que ses dessins collent très bien avec la musique.

ANR : La philosophie et l’introspection sont deux thèmes qu’on retrouve fréquemment dans les groupes de Death Metal, vous en pensez quoi ?
V : Bonne question. Je trouve que dans le genre que l’on fait, il y a en effet beaucoup de textes philosophiques, la musique appelle les textes. Dans les morceaux qu’on a, il y a beaucoup de textes lumineux. Pourquoi ? Peut-être pour essayer de changer par rapport à la musique, pour changer des textes qu’on a déjà entendu des centaines de fois et pour faire réfléchir les gens, si possible.
C : Mon ressenti est que les gens qui font du death metal sont un peu plus touchés par ce qui se passe dans la société et préoccupés par l’environnement par exemple. C’est un cliché mais ils sont plus touchés que ceux qui font du black metal par exemple où c’est plus contestataire. C’est vraiment cloisonné.

ANR : Si vous deviez résumer votre album en une phrase vous diriez quoi ?
V : Je ne sais pas… « poétique et aérien »
C : « lumineux et un peu groovy aussi »

ANR : Le mot de la fin pour terminer ?
V : Pour tous ceux qui aiment une musique avec beaucoup de changement d’ambiance et de la technicité sans êtes trop démonstratif et qui ont envie de passer un bon moment, venez écouter notre dernier album et suivez nous sur les réseaux sociaux.

ANR : Merci beaucoup et à bientôt !

Facebook : www.facebook.com/fractaluniverseband
Bandcamp : https://fractaluniverseband.bandcamp.com/album/rhizomes-of-insanity
Instagram : https://www.instagram.com/fractaluniverseband/
Twitter : https://twitter.com/FractalUni
YouTube : https://www.youtube.com/user/FractalUniverseMetal

Leave A Comment