HOT on the rocks!
itw de embryonic cells (dimanche/15/11/2020)
INTERVIEW D’ ARKAN (lundi/19/10/2020)
Interview avec Tin-tin (mercredi/14/10/2020)

Interview du groupe LUGOSI

lundi/23/01/2017
960 Views
Photo de David Fritz Goeppinger

Photo de David Fritz Goeppinger

Quelques minutes avant leur Showcase au Studio Campus, les deux guitaristes de Lugosi Adrian, Fabien et le chanteur Pierre-Yves parlent de leur premier EP.

 

Art N Roll : Vous venez d’enregistrer votre 1er EP, disponible sur votre compte bandcamp, pouvez-vous présenter la genèse du groupe ?

Adrian : Fabien et moi, on faisait des Blind Tests au Mad Maker, on se connaissait juste de vue. Je cherchais à faire de la musique, Fabien aussi et c’est le DJ du bar qui nous a branché.
Fabien : On s’est rencontrés dans ce bar, on a discuté mais il ne s’est rien passé. 1 an plus tard je le rappelle pour savoir s’il avait toujours envie de faire de la musique, il a dit oui. On a fait la première répète en 2014 et ça a collé tout de suite.
Pierre-Yves : Après le 13 novembre ils ont fait une répète près de chez moi, m’ont appelé pour faire de la guitare. Au final je n’ai pas fait de guitare, j’ai chanté et on a jammé 3h sur 2 morceaux.
Fabien : Pierre-Yves c’est le dernier à nous avoir rejoint, entre temps il y a eu Lucas le batteur, et Arthur le bassiste.

 

ANR : Comment se passe le processus créatif au sein du groupe ? Vous avez tourné un peu ensemble avant de passer à l’étape d’enregistrement ?

Fabien : on avait une première base de morceaux écrits avec Adrian, puis Arthur est arrivé avec une influence « convergesque », Lucas avec une inspiration metal et chacun a apporté sa pierre. Maintenant on arrive en répète avec des riffs et on travaille la structure autour en répète et Pierre-Yves écrit les paroles.
Pierre-Yves : J’ai fait le tapin dans plusieurs groupes avant de les rejoindre (rires), surtout pour jouer de la guitare mais le mix de leurs influences m’inspire pour écrire et c’est une première.
Fabien : On n’a pas encore tourné, c’est notre deuxième concert ce soir. On a sorti notre EP le 16 décembre dernier, disponible sur bandcamp. On espère faire un maximum de concerts en 2017.

IMG_3406

ANR : A propos des paroles, pouvez-vous nous parler du titre « selfie stick » ? Le morceau en lui-même est intéressant, avec son côté punk et ses paroles parlées il n’est pas sans rappeler le Velvet Underground.
Pierre-Yves : Un grand oui, gigantesque, sublime et magnifique (rires). J’ai l’impression que les gens ne regardent plus autour d’eux. Le fait qu’on ait pensé à créer une perche à selfie et que les gens les achètent pour documenter leur vie, ça me fait peur. Je voulais poser du texte sur ce thème et le faire sortir de manière intelligible.
Fabien : C’est aussi dénoncer la culture de la solitude. Les gens se prennent seuls en photo, il n’y a plus de contact. On est dans le paraître, être quelque part pour montrer qu’on est quelque part et ne pas vivre l’instant présent.

 

ANR : Vous qualifiez votre musique de Sludge / Progressive / Punk Hardcore/ Stonner… pouvez-vous nous en dire plus?

Adrian : Laisse tomber (rires). Y’a pas d’étiquette ! C’est la plus grosse « engueulade » qu’on ait au sein du groupe. Pour moi c’est un peu comme au Hellfest, les gens qui écoutent que du Doom ou du Death ne supportent pas les coreux. On fait du métal, quelque part entre du stonner et du sludge.
Fabien : Comme le groupe est encore jeune, on commence à trouver notre son. Tu as écouté l’EP, les 4 morceaux sont vraiment très différents.

 

ANR : Oui, d’ailleurs le riff « d’All it takes » ressemble un peu à un titre de Nickelback (Burn it to the ground)

Adrian : Stop, on arrête cette interview (rires) ! Nickelback a vraiment bon goût (rires) !

IMG_3408

ANR : Comment s’est passé le choix du producteur et du studio d’enregistrement ?

Fabien : On savait ce qu’on voulait et Gérald (Dehaene)..
Adrian : …le DJ à l’origine de notre rencontre, que l’on appelle « tonton » (rires) …
Fabien : il nous a dit qu’il voulait se relancer dans la production avec un ami qui s’y connait très bien en son. Il nous a fait une offre qui correspondait à ce qu’on voulait. On n’a pas hésité, ça s’est fait naturellement.

 

ANR : Auriez-vous une anecdote à partager sur l’enregistrement ?

Adrian : Arthur (le bassiste) avait très chaud, du coup il s’est mis en caleçon pour enregistrer sa partie! On va t’envoyer des photos pour ton article! (rires) C’était en juillet, la France perdait en finale de l’Euro quand on enregistrait.

 

ANR : Les nouveaux groupes souffrent souvent du temps passé entre l’écriture des morceaux et leur enregistrement. À l’écoute ils pensent déjà que les nouveaux morceaux sont plus intéressants. Est-ce le cas pour vous ?

Pierre-Yves : Je trouve que c’est tragique personnellement.
Adrian : « all it takes », par exemple, ça va faire 3 ans que le morceau est écrit. Il y a un décalage c’est sûr mais je ne pense pas que les morceaux de l’EP sont des morceaux que l’on va « renier » et surtout on est super fiers.
Fabien : Je prends toujours autant de plaisir à les jouer, on est encore un groupe jeune, on a une bonne dynamique, mais il faut que ça continue. J’ai envie de composer et j’ai hâte de voir ce qu’il va se passer.

 

ANR : Justement, quels sont les projets pour à venir en 2017

Pierre-Yves : Hellfest ! (rires)
Adrian : Un maximum de concerts dans toutes les salles parisiennes possibles, voire ailleurs. Sortir un album si on a suffisamment de matière ou un autre EP.
Pierre-Yves : Si vous avez des plans appelez-nous !

 

ANR : Si vous souhaitez grandir sur la scène internationale il faudra peut-être revoir votre nom de scène, il y a déjà des groupes qui s’appellent Lugosi… Pourquoi ce choix de nom de groupe ?

Adrian : Fabien aime beaucoup les vieux films, notamment avec Bela Lugosi
Fabien : J’étais dans une phase « expressionisme allemand » et films universal de la Hammer. J’aimais l’idée de rendre hommage à un acteur culte qui a connu une vie particulière.
Adrian : Le fait qu’il y ait d’autres groupes qui s’appellent Lugosi ne me dérange pas trop. Il y a bien 2 Shining, un suédois et un norvégien qui font du métal tous les deux.
Pierre-Yves : Au pire on franchise les autres groupes ! Il y a une chose que je n’ai jamais dite, c’est qu’à l’écoute du nom de groupe je me suis dit « je veux faire partie de ce groupe ! ». Et puis Bela Lugosi a improvisé la plus belle réplique du cinéma : « listen to them Children of the night what music they make ».
Adrian : En répète on parle à 80% de cinéma et je me fais chambrer parce que je n’ai pas vu les Goonies.

 

ANR : L’artwork de l’EP est très réussi.

Fabien : On voulait un truc un peu torturé, dans l’esprit post hardcore. L’artiste (Claire Carré) a fait la pochette de Mime, on avait bien aimé alors on lui a envoyé nos morceaux. C’est une figure à deux visages qui essaie de s’extirper de son corps. Il y a une certaine dualité que l’on retrouve dans nos morceaux.
Pierre-Yves : Ca fait penser à « The Thing » de Carpenter, mon réalisateur préféré.

 

ANR : Avez-vous des groupes actuels qui vous plaisent et avec qui vous aimeriez tourner ?

Adrian : La dernière claque musicale que je me suis prise c’est avec les Birds in Row et leur excellent album « You, Me & the Violence » sorti en 2012.
Pierre-Yves : On se rejoint tous sur certains groupes, Refused, Dillinger Escape Plane, Converge, Mastodon. Des groupes qui savent mélanger toutes leurs différences pour faire quelque chose.
Fabien : Rien à voir avec ce que l’on fait, j’écoute beaucoup de Math Rock, j’aime bien Totorro, très bon groupe français, et Delta Sleep, excellent groupe anglais.

 

Retrouvez le groupe sur sa page Facebook

 

 

Leave A Comment