HOT on the rocks!

Simo + Jesus Volt, New Morning, 14 Novembre 2016

lundi/21/11/2016
840 Views

Simo + Jesus Volt
New Morning, 14 Novembre 2016

Ce soir, je suis au New Morning pour voir Simo, groupe originaire de Nashville. En première partie, c’est Jesus Volt, ambiance lunettes noires pour nuits blanches. Le chanteur, Lord Tracy, a de faux airs de Nick Cave, une voix qui tombe dans la même catégorie que celle de l’Australien, bien caverneuse.

Dans le public, la moyenne d’âge est élevée, plus proche des 60 que des 50 ans. Ca n’empêche pas l’ambiance de monter peu à peu grâce à la prestation de Jesus Volt, ses riffs bien bluesy, les lights tamisées et les jeux de mots de Lord Tracy. Exemple : « Qui a Bukowsky, boira ! ». Les titres sont très classiques, reprenant des thèmes immémoriaux, comme par exemple celui de la femme fatale avec « 666 Devil Woman ». Puis le groupe annonce un titre qui serait le mix parfait entre Michael Jackson et Rammstein. Ni plus, ni moins. A l’écoute de « Bullseye », je ne retrouve ni Bambi ni Till, mais ça passe sans mal ! Arrive le dernier morceau, « Burn with us », et Lord Tracy de demander si nous voulons « burn with us ». La réaction étant mitigée, il répond : « C’est ça de jouer pour des personnes agées ! ». Il n’est pas de première jeunesse non plus, alors les rires complices fusent.

Voici maintenant le tour de Simo qui embraye sur un train d’enfer. Le chanteur, JD Simo, les yeux fermés, s’acharne sur sa guitare aux courbes rondes. La tignasse du bassiste est digne de celles des acteurs de Hair ! Les solos se succèdent, notes cristallines qui s’étirent, se distordent, portées par la réverb’. La batterie est un support parfait, se faisant plus ou moins présente, plus ou moins douce. De même, la basse vient en soutien fraternel. On est dans la lignée du Rock 70’s et des guitar heroes. Mais JD Simo reste humble : il évoque sa chute lors de son dernier passage à Paris en première partie de Monster Truck à la Maroquinerie. Il est heureux de jouer ici, au New Morning où se sont succédé certains de ses musiciens préférés. Le groupe joue « What’s on your Mind », grand moment de Blues tel que je l’apprécie, lent, sleazy, te promenant dans l’air humide et chaud du bayou… Et là je me dis que ce n’est pas étonnant que le chanteur soit tombé de scène : il est en transe, totalement pris par sa musique, les yeux clos, s’avançant dangereusement du bord… mais non, il reste sur scène et continue à jouer pour notre plus grand plaisir. Il dédie le morceau « Be with You » à sa « lovely wife ». Je crois qu’il n’y a pas plus romantique qu’un Américain à Paris ! S’ensuit un morceau étiqueté « Chill Out Song » : «Return », très groovy. Puis il est temps d’exorciser le passé et de jouer le titre sur lequel il est tombé, il y a 6 mois. 6 mois pour terminer de jouer une chanson… « I’d Rather Die in Vain » se déroule sans anicroche , avec un solo de batterie intense pendant que bassiste et guitariste apprécient en spectateurs, prenant une pause méritée. JD n’est pas avare de mots et assure que c’est son concert préféré de la tournée ! On arrive malheureusement en fin de show, avec une reprise de « With a Little Help From My Friends » qui lorgne plus vers Joe Cocker que vers les Beatles, et de « Maggie’s Farm » du nouveau Nobel de Littérature, Bob Dylan.

Ce fut un très beau concert, époustouflant côté technique et émouvant grâce à la personnalité de JD Simo. On espère revoir le trio très vite !

The Kat

Leave A Comment