HOT on the rocks!

Interview de Charly Sahona guitariste du groupe Venturia Novembre 2012

jeudi/01/11/2012
986 Views

20121114-20121114-01Art’n’Roll: Pour les gens qui ne connaîtraient pas encore Venturia peux-tu nous présenter le groupe et nous donner 3 adjectifs, qui pour toi, qualifient le mieux sa musique ?

Charly Sahona : D’accord. Venturia, je pense qu’aujourd’hui, on peut le qualifier comme […] je ne sais pas […] les avis divergent. Moi je dirais : « Métal-Mélodique à tendance progressive ». Voilà, je pense que on pourrait dire ça.

Pour les 3 adjectifs, je dirais à la fois :

  • Puissance
  • Sensuelle – Je pense que ce qu’apporte Lydie et les synthés, c’est une certaine sensualité
  • Richesse – Les musiciens viennent d’horizons différents et s’expriment avec un langage super

Je pense que ces 3 adjectifs qualifient bien la musique de Venturia.

 

Art’n’Roll: Avant de parler du nouvel album, revenons un petit peu sur ton parcours.
Comment as-tu eu envie de faire de la musique et plus particulièrement de jouer de la guitare ?

Charly Sahona : Oui. Alors, faire de la musique, en fait, j’en ai toujours fait puisque même quand j’étais dans le ventre de ma maman, il paraît que mon père jouait du piano de façons à ce que je réagisse. Et voilà où j’en suis aujourd’hui. Ça a marché ! Donc j’ai toujours baigné dans la musique ça c’est clair !

Après la guitare effectivement, ça, ça m’est venu plus tard car j’ai fait 12 ans de classique au conservatoire, et je pense c’étais dans ma période rebelle à l’adolescence, vers […] quel âge […] vers 13/14, 12/13/14 ans un truc comme ça, j’ai écouté la radio, j’ai écouté d’autres trucs, et j’ai trouvé ça extraordinaire en fait et j’ai voulu me mettre à la guitare je pense vers 14/15 ans. Ça avait l’air cool, le côté rock’n’roll de la musique me plaisait bien, et surtout l’expressivité de cet instrument avec les solos – j’ai dit « wahoo c’est génial » – Ç’est à la fois puissance, agressif, sensuel, ça se rapproche de la voix, on peut faire pleins de trucs avec. Et puis je pense qu’au niveau du look je trouvais ça cool. Plutôt que d’être assis derrière un piano… puis ça me gonflait donc j’avais envie de faire autre chose. Je pense que c’est venu de la. Ensuite voila, j ai grappillé pleins d’informations, pour découvrir différents styles –

Je suis devenu complètement passionné par cet instrument, j’ai voulu pousser mon langage musicale et guitaristique : donc j’ai beaucoup travaillé, mais avec la passion, ce n’est pas du travail, ça devient naturel.

Art’n’Roll: Par rapport à ce que tu écoutais quand tu étais jeune, est-ce-que cela a influencé et est-ce-que cela influence encore la manière dont tu joues et composes ta musique aujourd’hui ?

Charly Sahona : C’est une super question. !!! Wai, totalement !!

On m’a posé la question l’autre jour. Quels étaient les premiers albums que j’avais acheté.

j’ai réfléchi et j’ai fait « Oh putain » – Tu te rends compte, enfin, JE me rends compte, que en fait, ce qui t’as marqué dans ton enfance ou dans ta jeunesse en fait – Tu as ressenti beaucoup d’émotions, tu fais « Wahoo, c’est magnifique » tu vois – Et je pense que tu recherches au travers de la musique toujours ces mêmes sensations, mais ce n’est pas possible, parce que tu écoutes de la musique tout le temps, tout le temps – donc en fait, à partir d’un moment tu as envie de devenir acteur, et tu as envie de faire plaisir à l’ados que tu étais ou à l’enfant que tu étais. Enfin moi c’est ça. Et de ce fait, je vois que la musique de Venturia, c’est l’extension de ce que j’ai aimé quand j’étais jeune – La musique classique est toujours la bien sur – mais la première fois que j’ai écouté du métal j’ai dit « c’est extraordinaire, c’est fantastique », j’ai aimé aussi les Beatles, le groupe AA dont j’ai pas du tout honte – ce que je trouvais très beau c’était les mélodies – et je me rend compte dans venturia, il y a des mélodies, si tu les joues a la guitare acoustique avec Lydie qui chante, ça pourrait faire très pop, tu arrangerais les titres, ça pourrait faire pop en fait., donc j’ai toujours aimé les belles mélodies, le jeux de guitare – et même la musique électronique, qu’on entendait dans les années 90 et 80, j’étais intéressé par ca, mais j’essaye aussi de faire de la musique électronique avec les instruments d’aujourd’hui dans Venturia – Je mélange tout, j’essaye de faire a ma sauce, à notre sauce en fait, des choses qui m’ont plus.

Je suis entièrement d’accord avec toi – Je pense que ça eu une influence terrible.

Comme je pense les gens qui écrivent des livres, j’ai lu ça chez des auteurs en fait qui expliquaient avoir été transcendés par tel ou tel bouquin, et qui n’arrivent plus à retrouver le même engouement que « Le Rouge et le Noir » de Stendhal et qui font leurs trucs.

Je pense que oui effectivement t’as tout a fait raison,

Ce qui m’a marqué en adolescence continue – J’essaye de le retrouver, de le reproduire wai

Art’n’Roll: D’où vient le titre du nouvel album : « Dawn Of A New Era » ?

Charly Sahona : « L’aube d’une nouvelle ère »

Ça représentais bien […] l’état d’esprit du groupe à ce moment la. Du au fait, qu’il y ait eu un changement de line-up, donc un traumatisme pour le groupe. Et en même temps, il s’est passé de super belles choses:

Une envie de continuer, de réussir, de créer tous ensemble, donc un souffle nouveau.

Donc, je nous trouvais à ce moment et encore aujourd’hui à l’aube d’une nouvelle ère.

C’est pour ça que je trouvais ce nom la intéressant, représentatif de l’état d’esprit du groupe à ce moment la.

Art’n’Roll: Comment s’est déroulé l’enregistrement ? Avez-vous eu des sources d’inspirations particulières pour ce 3ème album ?

Charly Sahona : Pour l’enregistrement, ça c’est passé nickel – très vite, parce que on a l’habitude d’enregistrer. Certes, on a fait quelques albums avec Venturia, mais tous les musiciens ont eu l’habitude d’en faire d’autres – On a déjà été loué, dans des studios pour enregistrer des albums. On a l’habitude de faire ça. Donc ça s’est fait assez rapidement. Par contre on l’a étalé un peu sur le temps. Étant donné que on a eu des retards avec le line-up qui a changé etc. Ça a mis du temps dans le temps – Les prises étaient espacées, mais l’enregistrement effectif ça a été très très rapide.

Après au niveau des influences dans la compo . . . [Il prend son ipod].

Il y en a pas beaucoup qui m’ont inspiré dis donc.

Muse, moi j’aime beaucoup le groupe Muse mais bon ça c’est dans un style différent, donc on peut pas dire que Muse nous ait inspirés pour cet album la

J’aime les musiques électroniques, lounge music, Massive Attack.

Art’n’Roll: Intéressant que tu cites Massive Attack, j’ai une question par rapport à cela ! On en reparlera si tu veux bien !

Charly Sahona : Avec plaisir !! Lamb of god…..

Art’n’Roll: …qui jouait au Hellfest cette année…

Charly Sahona : Wai, j’ai dit tient c’est bien ça, j’ai bien aimé !!

KoRn. J’ai bien aimé – Mais je ne m’inspire pas forcement de leur musique mais de leur approche.

Tu vois il y a aussi In Flames, que je trouvais intéressant à ce moment la – Tient ça pulse, ca groove bien, on pourrait essayer de s’inspirer de cette ambiance. Donc je ne peux pas te dire avoir été inspiré par une musique en particulier mais par l’approche d’un groupe. Avec notre bagage musicale quoi.

Dream Theater bien sur. Mais je trouve que ça s’entends moins l’influence Dream Theater – à part 1 passage dans le titre « What We’re Here For » – il y a un passage synchro avec le synthé – et la je me suis dit, allez je vais me faire un petit passage Dream Theater, parce que j’adore ce groupe, c’était un clin d’œil, un truc synchro guitare-clavier que j’avais envie de faire. Donc la j’avoue, c’est la l’influence, les 20 secondes qui font penser à Dream Theater et j’aime bien ce passage !

Art’n’Roll: Comment gères-tu tes multiples rôles au sein du groupe (Producteur, Compositeur, Guitariste, chanteur) et également tes autres projets solos à coté ?

Charly Sahona : C’est naturel. Naturellement, déjà j’ai envie de m’exprimer de façons différentes. C’est vrai que l’approche au clavier permet de composer d’une certaine façon, la guitare en permet une autre, et le chant permet un mode d’expression différent – Donc j’ai besoin de ces 3 la pour m’exprimer musicalement et de la compo bien évidement.

Et producteur, bah c’est simple, parce que c’est moi qui gère un peu tout. Donc je trouve c’est plus simple, si je fais les choses. Je le fais naturellement. Et j’ai juste a demander aux autres tient on s’organise pour nous voir pour bosser ci, pour bosser ça, je donne les lignes directrices, et ce que chacun a à faire et de ce fait quand tout est clean et préparé, que le travail est mâché ça va beaucoup plus vite en fait. Ca peut prendre du temps, et ça me prend tu temps, mais ca me plait, et par contre ça fait accélérer les choses quand on travail tout ensemble, parce que j’ai juste a dire « tient tenez, on travail ça, on travail ça, on doit changer ça tous ensemble » – Si les choses sont claires, on part pas dans le vif, « tient qu’est ce que on pourrait faire ». J’arrive avec des choses bien établies, et de ce fait les autres arrangent et apportent. Ils font un boulot incroyable !

Art’n’Roll : Qu’as tu cherché à faire sur le plan artistique en te mettant au chant sur cet album ?

Charly Sahona : Au début je ne voulais pas apporter ma voix. Les 2 premiers albums de Venturia, c’est un duo. Le tout premier, c’était plus le mec qui chantait. Pour ce nouvel album, quand Marc, qui est New Yorkais, on pouvait plus travailler avec lui parce que c’était difficile, par rapport à la distance géographique, j’ai demandé aux autres – « Bon qu’est ce que on fait ? Est ce que je fais chanter tout à Lydie ? Ou alors on continue la formule du duo ? » Ils m’ont « Nan c’est original le duo, tu devrais continuer » Etant musicien professionnel, j’ai chante à gauche à droite, je me suis dit j’avais fait un album solo où je chantais, je me suis dit « allez je vais prendre la place de Marc, ça sera plus pratique « – Ça nous évitera des auditions pour un autre chanteur et tout ça, mais j’ai mis Lydie plus en avant, parce que j’adore sa voix, parce que c’est identité vocal du groupe, je me suis mis plus en retrait. Je chante pour garder le duo et en même temps, c’est un challenge artistique qui me plait aussi. Mais la voix de Venturia, c’est Lydie.

Art’n’Roll : Ta voix est souvent placée sur des parties plus profondes…

Charly Sahona : Oui, et la j’ai eu vachement de mal en fait. Parce que pour qu’il y ait un contraste, je me suis dit je vais chanter plus bas et elle, elle va éclaircir le tout. Et au bout du compte, j’ai du mal a placer ma voix sur ves moments la, je savais pas trop comment me situer, et je trouve c’est sur les 2 derniers titres de l’album où j’ai trouvé un équilibre à peu prêt intéressant au niveau de nos 2 voix. Je verrais différemment la prochaine fois. Je pense je vais encore mieux le réaliser pour le prochain album.

Art’n’Roll : Lydie a une voix fantastique – Peux-tu nous dire un petit mot sur elle ?20121114-20121114-02

Charly Sahona : Je peux t’en parler pendant des heures parce que je la connais depuis des années.

C’est une fille déjà humainement que j’adore, elle est extraordinaire, Je pourrais te dire le plus grand bien sur elle durant tout la journée. Et sa voix bien évidement, j’ai été véritablement touché par sa voix dès le début en fait, quand je l’ai entendu, on s’est rencontré dans des groupes de reprises, et on bosse toujours ensemble depuis toutes ces années. Connaissant très bien sa voix, voilà, c’est notre muse au sein du groupe, je connais bien sa voix, quand je compose, je compose en m’imaginant comment elle va façonner tel et tel chose. Et à chaque fois je ne suis jamais surpris, c’est vraiment limpide, ça coule de source, sa mélodie, selon moi, colle parfaitement au groupe. Je suis toujours aussi admiratif – Je peux écouter plusieurs fois l’album, je suis toujours aussi fan de sa voix.. Mais attention, je suis toujours aussi fan du jeu de basse de Thomas, que je trouve complètement incroyable, qui est très riche, qui colle parfaitement au style tout en ayant un style diffèrent, c’est pas un bassiste de métal, ni de rock, mais il a ce coté rock, ce coté métal, et la richesse des autres styles dans lesquels il excelle. Et la il y a aussi Fred qui vient d’arriver dans le groupe, qui s’est collé au groupe parfaitement. Je suis vraiment fan des gens avec qui je joue. Humainement c’est des potes, des mecs vraiment géniaux. Pour moi c’est super important d’être entouré certes de gens doués mais des gens avec qui les liens sont supers. Il y a une dimension humaine super importante dans le groupe.

Art’n’Roll : Quel regard portes-tu sur l’évolution de ta technique depuis le 2ème album ?

Il y a t il des choses que tu as voulu modifier / retravailler ?

Charly Sahona : Oui, j’ai voulu en faire moins. J’étais quand même allé assez loin sur le deuxième album.

Je me suis dit putain, jouer ces trucs la c’est sur scène c’est très chaud. Je me suis dit bon comme on a décidé de faire une musique un petit peu plus direct, de centrer plus sur les riffs, sur l’énergie, sur le groove, et sur les mélodies, je me suis dit je vais essayer aussi d’épurer un petit peu mon jeu de guitare, de faire des solos moins longs et d’avoir des approches un petit plus traditionnelles et un peu moins barré, parce que j’avais un peu tendance à jouer avec les dissonances, des trucs un peu bizarres, et je me suis dit bon je vais essayer de gérer les deux, de mettre un petit peu plus de traditionnel dans mon jeu, de l’aérer un petit peu mais tout en gardant ma personnalité.

Voilà, c’est ce que j’ai voulu faire pour cet album.

Art’n’Roll : L’album est extrêmement bien produit, on sent que chaque son, chaque effet est pesé, dosé
Comment allez-vous aborder le challenge du live ? Il y a une magie sur le disque, comment allez-vous faire pour le retranscrire sur scène ?

Charly Sahona : Pas du premier coup, ce n’est pas possible. Je pense un groupe devient super en live avec l’expérience, écoute je serais curieux d’en reparler avec toi. On va faire une série de concerts, dont un au mois de Décembre, le 27 Décembre à Montpelier, et on va enregistrer, on va faire un live en fait. Je ne sais pas comment on le distribuera après, peu importe mais il va exister. Et la on va se rendre compte des qualités qu’il y aura, parce que il va en avoir, parce que il va se passer des choses il n’y a pas sur l’album, ca c’est incontestable, et voila on va voir si ça colle. Avec cette nouvelle formule, je suis curieux. J’en parlerai avec plus d’arguments avec toi prochainement. Donc on va voir. Mais le but, c’est soit de créer quelque chose de totalement différent qui va apporter quelque chose de nouveau, et en même temps, de garder cette vibe et cette ambiance qu’il y a dans l’album on va voir. Ça sera différent mais il faut que ce soit réussi. … surprise… on va voir.

Art’n’Roll: Une tournée en préparation ?

Charly Sahona : Quelques dates wai. J’espère pouvoir t’en dire plus bientôt. La seule qui soit confirmée pour l’instant, c’est le 27 Décembre à Montpelier. On est aussi en démarchage avec des festivals, qui sont potentiellement okay mais ce n’est pas encore signé. Et d’autres dates. Mais c’est très difficile pour des groupes comme nous de tourner. Parce que ça coute cher, ça rapporte rien du tout, il y a personne qui vient aux concerts, donc c’est super chaud pour nous. Et en même temps un groupe ne peut pas survivre, si il ne tourne pas. On a tellement de passion en nous que j’ai pas envie que le groupe arrête, je te rassure, je rassure les gens que ça intéresse. On va tout faire pour tourner, se faire plaisir. C’est difficile à organiser, mais on va tout faire pour y arriver et faire d’autres albums.

Art’n’Roll: On parlait électro précédemment, de Massive Attack, comment travailles-tu cette touche électro dans ton son justement ?

Charly Sahona : J’aime beaucoup la musique électronique et le traitement des sons. Et j’aime bien traiter certaines guitares comme des synthés. Et malheureusement, je connais personne dans ce style la qui excelle, j’ai pas de potes qui sont supers triturés donc j’essaye de faire comme je peux, ce qui peux être une bonne chose, parce que j’ai pas une approche académique du triturage de son. Mais avec les nouveaux plugins, j’aime bien saturer les sons clairs même sur les synthés, traiter les synthés comme des sons de guitares avec beaucoup d’effets et vice-versa. Et je m’amuse beaucoup, j’aime beaucoup faire attention et à soigner le fond, pour moi, c’est ce qui passe dans le fond les ambiances électroniques ce n’est pas ce qu’il y a au devant dans Venturia, sauf dans certaines intro. J’aime beaucoup ça, c’est ce qui renforce l’identité d’un titre, ce qui va lui donner son ambiance, sa couleur, et pour ça j’aime beaucoup travailler les sons électroniques avec mon ordinateur, mon casque, ma souris, enfin mon trackpad (je travail plus à la souris maintenant). Mais oui, j’aime beaucoup travailler les sons électroniques.

Art’n’Roll: Tu aimerais bien collaborer avec des artistes électro ?

Charly Sahona : Oui, ça ça me plairait beaucoup dans l’absolu. Le jour où j’en rencontrerais un, peut-être, si il est okay. Ça serait avec grand plaisir, ça serait très bien, mais je n’en connais pas du tout.

Art’n’Roll : Question difficile pour les uns, impossible pour les autres : on t’envoi sur une île paradisiaque, tu ne peux prendre qu’un seul album. Lequel choisis-tu ?

Je vais hésiter… il y en a un parce que j’ai déjà réfléchi à cette question… je pense,,,,nan faut pas que je réfléchisse, il y aurait plusieurs trucs. Le premier qui vient de m’apparaître visuellement, c’est l’album « Awake » de Dream Theater qui est sorti en 93 je crois, un vieil album déjà. Mais la vraiment j’ai fait « wahoo », j’ai vraiment été transporté – J’avais beaucoup aimé « Images and Words » mais je crois que « Awake « » je l’ai encore plus apprécié. Ahhh nan, peut-être Muse, un album de Muse, « Origin of Symmetry ». Ah entre les deux, je ne sais pas… mais oui Muse.. rahh un des deux.

Faudrait que je sois dans une situation d’extrême urgence pour réussir à choisir.

Art’n’Roll : As tu d’autres activités artistiques en dehors de la musique ?

Nan, je n’en ai plus. J’ai fait du tir, du tir sportif. A Air comprimé, du 10 mètres. Des pistolets à air comprimé. Ça m’a beaucoup plus, ça demande beaucoup de concentration, de calme, être très très calme et très posé. J’en ai fait peu de temps, mais çà m’a énormément plus. J’avais des bons résultats. Quelques mois après avoir commencé, j’ai tout de suite intégré l’équipe de Montpelier et j’ai fait des compètes. J’ai fini 4ème du département et 7ème régional. Comme j’avais des résultats j’étais tout content. Mais comme je suis quelqu’un qui n’aime pas faire les choses à moitié, j’ai commencé à en faire tout le temps. Et J’ai du arrêter. Je me dis vu qu’il a l’album de venturia dont je vais être le chanteur, donc il faut je travail le chant.

Mais ça me manque de plus faire de tir sportif.

Donc maintenant à part faire de la marche à pied, sortir avec les potes, allez au ciné, je fais pas grand chose d’autre que la musique qui me prend énormément de temps.

Art’n’Roll : Un Message pour les fans ?

Charly Sahona : Déjà, merci à vous de vous intéresser aux groupes qui ne passent pas forcément à la télé, qui passent pas sur les grands médias, merci à toi, de faire découvrir, de mettre en lumière les groupes, de faire partager la passion que tu as pour les groupes, de la faire partager aux auditeurs et aux lecteurs des sites.

Merci aux gens qui ont lu cette interview jusqu’au bout, qui sont passionnés de musique, continuez à avoir la foi et à découvrir pleins de belles choses.

Art’n’Roll : Merci Charly !

Charly Sahona : C’est moi qui te remercie !

 

Venturia-Dawn-Of-A-New-Era-Artwork

Leave A Comment