Interview avec Julian du groupe Dwail

dimanche/23/11/2014
817 Views

ANR : Pour commencer, pouvez-vous nous présenter votre groupe, DWAIL ?

Julian : Salut ! Dwail est un quatuor formé de Yannock (chant), Léa (batterie), Matéo (basse) et Julian (guitare). Le groupe a commencé en 2006 et a déjà sorti 1 EP et 2 albums.

 

ANR : Comment définiriez-vous le son de DWAIL?

Julian : Le son de Dwail a beaucoup évolué au fil des années, chaque membre venant de différents horizons. Il nous a fallu quelques temps pour arriver à trouver ce qui nous allait vraiment bien. Aujourd’hui, on fait ce qu’on appelle du core’n’roll. Un mélange de hardcore et de rock’n’roll, le tout saupoudré de technicité metal.

 

ANR : Expliquez-nous un peu comment est arrivé le concept de « The Human Concern » ?

Julian : Le concept est arrivé directement à la fin du premier album en 2011. Nous étions contents de « Helter Skelter » mais on voulait faire mieux, gagner en expérience studio et en maturité niveau composition. Du coup, on s’est dit « Pourquoi ne pas se lancer à faire 2 ep en 2 ans ? ». On compose, on enregistre, on tourne et on refait ça l’année d’après. On a choisi le thème de l’Ufologie parce que c’est un sujet qu’on aime bien où tout est imaginable et on a écrit un concept en 2 volets. C’était un challenge pour nous et nous sommes bien contents d’y être arrivés.

 

ANR : Pourquoi ne pas avoir attendu de sortir un album plutôt qu’un EP et ensuite l’album? Comment cette décision s’est prise au sein du groupe?

Julian : On voulait vraiment avoir cette phase d’apprentissage et se prouver qu’on pouvait bosser dans un laps de temps court. En plus de ça, un groupe évolue vite et on voit bien que l’album a 2 couleurs musicales. Ce qu’on faisait il y a un an est différent de ce qu’on a fait il y a 6 mois. Ca nous permet aussi de garder une certaine fraîcheur, de rester créatif et de ne pas se faire oublier. Tout va très vite maintenant…

 

ANR : Du coup l’album est divisé en 2 parties: « Judgment » et « Fall ». Pouvez-vous nous donner plus de précisions sur ces 2 parties bien définies ?

Julian : « Judgment » est la partie la plus récente de l’album. On l’a composée début 2014 et enregistrée cet été. C’est aussi la partie « Alien » de l’histoire! Plus aérée, maîtrisée et rock’n’roll. Ca traduit l’efficacité des envahisseurs.

« Fall » est la partie composée en 2013, beaucoup plus dense, chargée et abrasive. On voulait vraiment que l’auditeur soit en apnée en écoutant cette partie. Ca traduit l’impuissance de l’humain face à une telle force.

 

ANR : Qui a cette passion des ovnis dans le groupe ?

Julian : Yannock a lancé l’idée et moi (Julian) j’ai tout de suite aimé et approuvé. C’est un sujet qui nous fait rêver, qui nous fait peur aussi et qui permet de nous questionner. Le concept de l’album ne parle pas simplement d’une attaque extraterrestre, elle dépeint aussi l’Humanité comme une maladie pour la Terre. Les envahisseurs sont un peu les anticorps de la planète et la débarrasse du fléau. On voulait également montrer qu’au lieu de s’occuper de ce qui se passe au dessus de nous, on ferait bien mieux de faire en sorte que ça tourne rond chez nous.

 

ANR : Pouvez-vous nous parler de la composition de l’album et des artistes avec qui vous avez collaboré ?

Julian : La plupart du temps, je (Julian) viens avec des idées enregistrées sur ordi et on met tout ça en place en répétition. Ensuite on affine et tout le monde donne son avis et essaye d’y ajouter un petit truc en plus.

Pour la partie « Judgment », on a travaillé avec David Castel au Studio Antistatic. Il nous suit depuis 2006 et on a vraiment beaucoup d’affinités. Il bosse bien, il est efficace et en plus de ç,a il a toujours les petites idées d’arrangements qui vont bien.

Pour la partie « Fall », on a bossé avec Yannick Tournier qui possède maintenant le studio Waïti à Toulouse. A l’époque, il était en mode « studio ambulant » et on avait fait les prises batterie sur la scène du Bikini et le reste dans notre local. Yannick ne laisse rien passer et il nous a vraiment bien ouvert les yeux sur pas mal de choses. Ca nous a poussé à bosser bien plus nos instrus et nous a débloqué pas mal de choses par la suite.

C’était très enrichissant de bosser avec deux personnes différentes. Ils ont chacun leur façon de faire et une expérience différente qui a permis au groupe d’évoluer.

 

ANR : Concernant le clip « Darkening trees », comment s’est décidé le scénario? Même si je le trouve mega fun, pourquoi avoir décidé de partager des moments de vie du groupe plutôt que de rester dans le thème de l’album?

Julian : On avait prévu et on voulait sortir un clip de ce style pour montrer un peu comment on vit sur la route. Sébastien Veronese, qui a fait « Darkening Trees » et le clip « An Iron Hand In A Velvet Glove » à l’époque de l’album « Helter Skelter », est venu lors d’une de nos virées en mode Dwail Partybus. Il a pris plusieurs GoPro avec lui et il a tout filmé. A la base on pensait que ça nous ferait de la matière pour monter des petites vidéos en mode « lifestyle » mais quand on a vu le résultat final, on est tous tombés d’accord pour le sortir comme clip officiel car il traduisait bien l’esprit du groupe et l’ambiance Dwail. D’ailleurs, un autre clip dans la même veine est en préparation pour l’année prochaine.

Pour revenir au thème de l’album, l’année dernière on a sorti « District One » en clip. On y voit l’Humanité se faire attaquer et ça colle bien avec la partie « Fall » de l’album. En ce moment on réfléchit à un scénario pour mettre en image la partie « Judgment » de l’album, on doit juste trouver la bonne idée et surtout, qu’elle soit réalisable… Dès qu’on parle d’Ufologie et d’Aliens, ça devient compliqué de faire quelque chose de crédible quand on n’a pas le budget d’un Christopher Nolan ou d’un Spielberg…

 

ANR : Courant octobre, vous avez pas mal tourné et il vous reste encore quelques dates en novembre. Quels sont les projets pour la suite de DWAIL? Des nouvelles dates ? Des collaborations ? Une tournée avec d’autres artistes ?

Julian : On va continuer à faire de la date oui, on vient juste de lancer l’album et on a bien envie de découvrir de nouveaux lieux et de nouvelles personnes. On risque de se refaire une tournée ou deux avec nos potes de Dung. On aimerait bien également tenter l’étranger. On a pas mal de projets en tête, des clips, peut être un vinyle. On va croiser les doigts pour que tout se mette bien en place.

 

Tags

Leave A Comment