MANOWAR–> The Lord of Steel

dimanche/25/11/2012
1 428 Views

Manowar_TheLordofSteelAahh ! Manowar ! 32 ans que ces énergumènes ont décidé d’être le groupe le plus puissant du monde. Et leur dernier album laisse peu de doute quant à cet objectif. The Lord of Steel commence par un titre éponyme et se clôt par The Kingdom of Steel. De l’acier donc. Ça ne jure pas avec les anciens albums, l’acier et le métal étant les symboles fréquemment utilisé par Manowar. Personnellement, j’ai toujours été étonnée par cette virilité disproportionnée affichée sur les pochettes d’albums, ce besoin d’être les plus puissants du monde… Oui oui, vous devinez bien, j’ai l’habitude de sourire de façon narquoise en entendant le nom de Manowar.

Et puis, quand j’écoute Manowar, mon sourire se transforme : ils sont toujours diablement efficaces les gaillards ! Les 11 titres de The Lord of Steel nous emportent dans une belle cavalcade.
11 chansons comme 11 aventures : Born in the Grave fait irrésistiblement penser aux Enfants des Ténèbres d’Anne Rice, El Gringo est la chevauchée sauvage d’un gringo sans foi ni loi, ni âme. Ça pourrait être le pendant d’une chanson de Rammstein (je vous laisse le soin de retrouver laquelle!).

Expendable, comme le film d’action débordant de testostérone ?

 

The Lord of Steel nous offre aussi deux balades, l’une, Righteous Glory à propos de la mort d’un guerrier accueilli au Walhalla, l’autre, The Kingdom of Steel, relate les derniers instants d’un guerrier sur le point de mourir. Est-ce que je suis la seule à voir un schéma récurrent ?

Alors, soyons francs, si on n’aime pas les héros nordiques, la bière et le métal, il vaut mieux laisser cet album loin de sa platine. Mais si on aime les plaisirs simples, les hymnes à la gloire de guerriers virils, on fonce !

By The Kat

Leave A Comment