Interview avec JC de Danko Jones

jeudi/23/09/2021
46 Views

Le vendredi 27 août 2021, le power trio Danko Jones commercialisait son dixième album intitulé (heu…) « Power Trio »… ANR était à ce titre d’entretien le mardi d’après par Zoom avec l’indéboulonnable bassiste JC (John Calabrese). S’il était a priori alléchant de consacrer l’ITW au thème des power trios (notamment Motörhead, influence majeure des canadiens), nous avons préféré privilégier celui de l’actualité… Une interview « fantastique »…

 

Art’N’Roll : Salut ! Tu es où ?

JC (Basse) : Chez moi, à Toronto.

ANR : Quel temps fait-il par chez toi ?!? Moins aride et étouffant qu’il y a deux mois j’espère ?

JC : C’est mieux, c’est même agréable, autour des vingt-cinq degrés.

ANR : Alors, la canicule au Canada étant malheureusement un sujet d’actualité mondiale, je te propose un ITW entièrement consacré à l’actualité, en commençant par celle de Danko Jones…

JC : OK !

ANR : Le vendredi 27 août 2021, vous avez commercialisé votre dixième album…

JC : Oui !

ANR : …Intitulé « Power Trio », peux-tu nous en dire plus s’il te plaît ?

JC : « Power Trio » est donc notre dixième album, et il a été conçu durant ce confinement, cette période inédite que nous avons tous traversé. Il a été enregistré ici à Toronto, dès que nous avons été en mesure de sortir de chez nous…

ANR : En quoi les thèmes abordés dans ce disque sont-ils d’actualité ?

JC : L’atmosphère de ce disque demeure rock’n’roll, Danko (NDA : Jones, le guitariste – chanteur) a comme d’accoutumée écrit certains textes sur la thématique « OK, on fait la fête »… Mais d’autres titres sonnent comme une réaction à cette période de confinement. Certains intitulés parlent d’eux-mêmes : « I Want Out » évoque l’envie de pouvoir sortir à nouveau de chez soi et de prendre du plaisir avec les autres. « Raise Some Hell » est inspiré par tout ce que la mort de George Floyd a entraîné l’année dernière aux Etats-Unis, le mouvement Black Lives Matters…

ANR : Il semblerait que pas mal de groupes nord-américains aient cette année délaissé leurs thèmes traditionnels pour parler d’actualité, je pense par exemple au dernier album d’Evanescence…

JC : OK.

ANR : …As-tu une explication à cela ? Cette résurgence de l’actualité dans les textes ?

JC : Je n’ai pas d’explication. J’ai grandi en écoutant des groupes comme les Clash, qui avaient une attitude anti-etablishment et anti-authority, à laquelle j’adhérais. Mais, je n’ai pas d’explication (Rires) Si cette approche aide le musicien à faire de la musique et si la musique aide les gens, le musicien aura fait son travail !

ANR : Ne penses-tu pas qu’on accorde trop d’importance à l’opinion des musiciens et des artistes ?

JC : Les artistes ne sont pas des professionnels de l’information, ma source d’information ne proviendra jamais des paroles d’un morceau. Mais, si quelqu’un comme Roger Waters parle, je vais l’écouter. Tu vois ce que je veux dire ? C’est une affaire de nuance : je n’écouterais pas ce que dit Evanescence parce que je ne suis pas sur la même longueur d’onde qu’eux, alors que Roger Waters a écrit « The Wall » et fait son truc depuis des années et des années, j’ai une admiration pour lui, je suis tout ce qu’il fait, c’est un de mes héros à la basse et je trouve qu’il s’exprime très bien. Il est capable à lui seul d’envoyer sur les roses une organisation comme Facebook. Tu es au courant de ce qu’il fait, non ?

ANR : Roger Waters est un très bon exemple, justement, et pour ma part si tu me demandes mon avis, je pense que ce n’est pas la personne en ce monde dont je suivrais en priorité les avis…

JC : Je suis d’accord, je suis d’accord : parfois les artistes qui ont beaucoup de succès vivent dans une bulle. Pour ma part, je ne suis pas un multimillionnaire et j’ai à travailler dur pour vivre, et à ce titre nos chansons n’ont jamais expliqué aux gens ce qu’ils avaient à faire. Il est vrai que beaucoup de gens ont tendance à écouter ce que disent les artistes, et ce, en toute honnêteté.

ANR : L’exemple de Roger Waters est une très bonne illustration…

JC : Je suis d’accord avec toi, mais je l’écouterais certainement plus qu’un autre musicien que je ne connais pas ou avec lequel je n’ai rien en commun, et qui a fait une chanson politique.

ANR : En 2021 toujours, Danko Jones célèbre ses vingt-cinq ans d’existence, quel est ton état d’esprit, ainsi que ton sentiment quant à votre longévité ?

JC : C’est une bonne course que nous avons été capable de mener sans encombre depuis tout ce temps, et je réalise à quel point le temps à filé. Nous avons eu la chance de toucher les gens tout au long de cette période, et d’être encore en mesure de grandir en tant que musiciens, de faire des disques. Nous respectons l’opportunité qui nous a été donnée et qui nous est toujours donnée.

ANR : A part Danko Jones, quel serait le power trio le plus actuel ?

JC : Pour ce qui est des plus anciens, je dirais ZZ Top, avec ce pauvre Dusty Hill que nous venons de perdre et qui est mon préféré, Motörhead, Rush… Il y a eu de très grands power trios… Pour les plus récents, Green Day… Mais je ne vois pas pour ce qui serait des groupes ayant émergé en 2021, je n’ai pas de disque qui me vient à l’esprit…

ANR : « Start the Show » sur votre disque est complétement AC/DC… As-tu écouté le dernier AC/DC ?

JC : Oui, mais je n’ai pas passé beaucoup de temps dessus.

ANR : Sinon, il y a un album de Maiden qui sort ce vendredi…

JC : Oui !

ANR : …Ça t’intéresse ou pas ?

JC : J’ai toujours été un fan d’Iron Maiden, j’ai grandi en écoutant Iron Maiden.

ANR : As-tu écouté le premier extrait du prochain ?

JC : Non. Pas du tout, je n’ai pas eu cette chance.

ANR : Et plus largement, qu’écoutes-tu en ce moment de neuf ?

JC : En ce moment j’écoute beaucoup de musique italienne. Fantastique ! Surtout celle du Sud de l’Italie d’où proviennent mes racines. (NDA : se met à parler français de façon très rapide) Je suis italien d’origine, je comprends un petit peu de français, mais mon français c’est horrible, je peux parler italien très bien ! (Rires) C’est ma première langue ! (NDA : reprend en anglais) J’écoute également le dernier Sepultura (NDA : « Sepulquarta ») qui est fantastique…

ANR : Danko Jones est d’ailleurs dessus (NDA : en duo sur « Sepulnation »)

JC : Oui ! C’est super…

ANR : Je suppose que tu es proche de tes racines italiennes…

JC : Oui !

ANR : « Calabrese » est un nom originaire de Calabre ?

JC : Oui, de Calabre, et je ne peux pas m’échapper de cela… C’est en moi pour la vie ! (Rires)

ANR : Votre actualité c’était également ce livestream du samedi 28 août…

JC : Oui !

ANR : …Présenté comme un « An exclusive 50-cap in-person concert »…

JC : Nous avons réalisé deux diffusions : une à l’heure européenne, nous avons joué à quatorze heures ici à Toronto ; plus un concert en soirée, avec simplement cinquante personnes en guise de public, et ce fût super d’avoir de nouveau un public et de pouvoir jouer dans une salle, même restreinte.

ANR : Vous allez bientôt partir en tournée canadienne, du 8 au 18 décembre 2021, pour six dates… Le groupe Anti-queens assurera vos premières parties, un mot sur elles ?

JC : Nous avons donné un concert en leur compagnie au Québec, et j’ai constaté que c’était un très groupe. Du coup, nous leur avons proposé de partir en tournée avec nous, et elles ont dit oui. Elles ont d’ailleurs un nouveau disque à promouvoir, c’est OK ! Bon groupe… Très bonnes sur scène, ça va être un bon complément à ce que nous pouvons donner sur les planches !

ANR : D’ailleurs Samantha Landa, la batteuse, sait jouer thrash metal…

JC : Ah tant que ça ?!?

ANR : …Elle a joué dans Nervosa en 2016…

JC : Nervosa ?!? Je ne savais pas… Je sais que les filles d’Anti-Queens sont de très bonnes musiciennes…

ANR : Vous serez sur le continent européen, du 22 avril 2022, jusqu’à l’été… Je remarque que les pays nordiques sont à l’honneur de cette tournée…

JC : Oui, notamment parce que nous avions des dates là-bas en 2019 que nous n’avions pas honoré. Les pays nordiques nous apprécient beaucoup, Suède, Norvège et Finlande, mais nous serons également en France (NDA : le 28 mai 2022, le Fvtvr à Paris) Je veux vraiment que… Lorsque que nous en parlons avec les deux autres, tout le monde espère que cette date pourra avoir lieu… Je regarde mon calendrier… Le 28 mai à Paris…

ANR : Danko Jones fera une apparition au Hellfest, le jeudi 23 juin 2022 : vous ferez partie des 350 groupes à jouer dans ce festival…

JC : Le Hellfest est actuellement un des meilleurs festivals au Monde, pas seulement en Europe mais au Monde, il est devenu si bon et a tellement gagné en puissance. Nous sommes très chanceux de pouvoir jouer au Hellfest. Nous avons joué là-bas lors des premières années et avions déjà à l’époque trouvé ce festival génial : nous avons pu constater depuis à quel point il s’améliorait à chaque édition, c’est fantastique ! C’est tellement bien géré…

ANR : Il s’agira de votre quatrième…

JC : Ça sera la quatrième fois, oui, oui, oui…

ANR :  …Participation : un mot à propos des précédentes ?

JC : Je veux dire, toutes ont été fantastiques, il y a tellement de groupes à l’affiche, et c’est super de pouvoir les rencontrer, nous nous sommes fait tellement d’amis au Hellfest ! Et de pouvoir les revoir là-bas les éditions suivantes, je pense notamment à Voivod… C’est fantastique ! (Rires)

ANR : Vous jouerez en troisième tête d’affiche sur la Mainstage 2, après Tyler Bryant & The Shakedown et juste avant Helloween…

JC : Helloween, oui…

ANR : Un mot sur ce groupe ?

JC : J’ai écouté Helloween quand j’étais plus jeune, « Keeper of the Seven Keys »… Je crois que Volbeat sera également présent le même jour que nous, je ne me souviens plus… (NDA : négatif, Volbeat jouera le vendredi 17)

ANR : Vous serez avec Scorpions en tête d’affiche…

JC : Un groupe fantastique, Scorpions est cool… Il faut que je remette la main sur la liste des groupes qui jouent au Hellfest 2022…

ANR : Il y en aura trois-cent-cinquante…

JC : Notre jeudi, il y aura Rise Against, un groupe fantastique, UFO également, c’est super…

ANR : Coïncidence mineure : le premier morceau de votre album s’intitule « I Want Out »…

JC : Oui !

ANR : …Et c’est aussi celui d’un classique d’Helloween…

JC : C’est le même titre mais pas la même chanson (Rires) C’est comme ces gens qui disent « OUI ! Helloween l’a déjà fait !!! ». Je suis certain qu’il existe au minimum dix groupes qui ont fait un morceau du même nom. Cela ne sonne pas du tout comme la chanson d’Helloween, est-ce que notre refrain sonne…

ANR : …Bien entendu, mais le même soir « I Want Out » sera probablement joué deux fois à une heure d’intervalle sur la même scène…

JC : Tu insistes : deux « I Want Out » différents seront joués par deux groupes différents HA HA HA !

ANR : A ce propos, votre setlist est-elle déjà arrêtée ?

JC : Pour le Hellfest ? Pas encore. Il nous faut d’abord connaître la durée de concert qui nous sera attribuée, donc on verra…

ANR : Autre petite coïncidence, ce même jeudi 23, Phil Campbell and the Bastard Sons aura joué avant vous sur la Mainstage 1 du Hellfest… Et Phil Campbell fait également une apparition sur votre nouvel album, c’est d’ailleurs le seul invité de ce disque : il joue un solo sur « Start the Show » évoqué tout à l’heure…

JC : Il a eu la bonté de venir jouer sur notre disque… Nous allons faire en sorte de jouer « Let’s Start the Show » avec Phil au Hellfest… On ne sait pas encore en fait, on va voir (Rires) Cela pourrait être drôle, non ?!? Nous serons ensemble à la même heure au même moment ! Ça serait super ! J’irais de toutes façons le voir avant que nous jouions, j’irais également voir Scorpions, leurs lives sont toujours fantastiques, ainsi que Whitesnake, qui est un grand groupe de scène ! David Coverdale est fantastique !

ANR : Sais-tu combien de jours vous allez rester sur le site ?

JC : Hum… Je dois regarder mon agenda, honnêtement je voudrais y rester toute la semaine, mais nous aurons probablement d’autres dates à honorer, c’est ainsi que va la vie…

ANR : Pour ce qui ressort de l’actualité en général, quel serait selon toi l’événement le plus marquant de cette année 2021 à ce stade ?

JC : Le COVID est évidemment un des sujets de discussion les plus importants. Mais, je préférerais quand-même te parler de la chute de Kaboul la semaine dernière… C’est vraiment…

ANR : …Important…

JC : Oui, très important… Les Etats-Unis sont restés vingt ans là-bas, et c’est une situation… Très difficile… De revoir les talibans… Intimider les journalistes… J’ai vu aujourd’hui une vidéo avec ce journaliste avec deux talibans armés de fusils d’assaut derrière lui, et il explique aux gens de ne pas avoir peur, c’est comme… Comment en sommes-nous arrivés à un tel point ?!? C’est…

ANR : On ne peut pas exporter facilement la Démocratie…

JC : Tu ne peux pas, non. On peut en effet parler d’égalité et de bien-être pour le Monde entier, mais dans les faits ce sont des sociétés différentes, il faut prendre en considération la réalité, la réalité socio-économique… Même si tu donnes beaucoup d’argent, tu ne pourras pas recréer de toutes pièces un arrière-plan culturel. J’ai eu la chance de me rendre à Cuba, puisque les canadiens sont maintenant autorisés à s’y rendre, et je me suis aperçu qu’il y avait un substrat de culture italienne, que les gens que j’ai rencontrés connaissaient la littérature italienne. Ils étaient en mesure de me citer au minimum dix livres italiens. Je suis certain qu’ils auraient très bien pu me citer dix livres français, espagnols, allemands… Certes, il y a encore des grosses différences sur le plan socioéconomique, mais la culture y est présente et cela constitue une donnée importante. Le savoir constitue le fondement de tout. Pas uniquement un sentiment, le savoir. S’il y a bien un combat à mener afin de faire évoluer le Monde, c’est celui de la culture. Là réside la marque d’une société réellement avancée. Les talibans en sont encore avec leurs règles du type « seuls les hommes peuvent commander »… Vas-y, nous sommes en 2021 ! Je ne dis pas que les gens là-bas sont totalement ignorants, mais il y a visiblement un manque de connaissances communes, les bases élémentaires afin de pouvoir vivre en Démocratie…

ANR : Pour ce qui est de l’actualité musicale, Charlie Watts nous a quittés la semaine passée, Danko Jones a assuré la première partie des Stones à Toronto en août 2006…

JC : Oui.

ANR : …Quels souvenirs en gardes-tu ?

JC : C’était un concert de taille relativement modeste pour les Stones, environ cinq-mille places, et ils ont des attaches au Canada, l’histoire des Stones est liée à la nôtre… Je me souviens de l’affiche à l’entrée : « Les Rolling Stones ce soir : 10 $ » (Rires) Bien entendu, c’était complet ! Nous venions de finir notre balance et Charlie Watts est venu sur scène, il a regardé notre équipement qui est composé de très anciens amplis. Il a alors dit : « Nous avons utilisé les mêmes dans les années soixante-dix » ce à quoi un ami qui nous aidait à monter le concert lui a répondu qu’ils étaient effectivement d’époque (Rires) Nous avons ensuite assisté à la balance des Rolling Stones, dans cette salle de taille moyenne en compagnie de moins d’une vingtaine de personnes, des membres de leur équipe tout simplement. C’était un moment rare.

ANR : Considères-tu le rock comme toujours d’actualité ?

JC : Oh, bien sûr !

ANR : Et à titre personnel, quelle est l’actualité de JC ?

JC : Je suis en train de faire la promotion de notre album avant de partir en tournée. Et, à titre personnel, le mois prochain je vais participer comme chaque année à La journée Terry Fox. Connais-tu La journée Terry Fox ?

ANR : Non.

JC : Il est canadien, il est décédé il y a quelques années, le cancer lui a fait perdre ses jambes, et il a décidé de courir à travers le Canada. Comme il l’avait demandé, chaque année des fonds sont collectés lors de ce qu’on nomme « Le Marathon de l’espoir » afin de financer la recherche contre le cancer. Donc chaque année, je participe au Marathon, ce sera le 19 septembre 2021. A cause du confinement de l’an passé, j’ai été forcé pour cette édition de faire beaucoup plus d’entrainement et de course afin de me remettre à niveau. C’est un événement très agréable et c’est bon pour mon équilibre personnel, ça me permet de rester en bonne santé. Voilà mon actualité !

ANR : Bon, nous avons en gros fait le tour de l’actu : as-tu quelque chose à ajouter ?

JC : Si les gens pouvaient jeter un œil sur notre site Internet afin de connaître les prochaines dates de nos concerts, notamment de savoir quand nous serons de retour en France. Je leur souhaite le meilleur pour l’année à venir, d’être patients et de faire en sorte de rester en bonne santé, les bonnes choses ne vont pas tarder à être de retour…

ANR : En tous cas merci JC et bonne fin de promo !

JC : Merci beaucoup ! Il me reste six ou sept interviews pour aujourd’hui, c’est OK j’ai mon café et mon eau minérale. J’espère que nous nous verrons en France la prochaine fois (NDA : En français) A la prochaine fois (Rires)

ANR : A la prochaine fois (Idem en français)

Leave A Comment