regarde les hommes tomber

Chronique de Ascension – Regarde Les Hommes Tomber

vendredi/28/02/2020
360 Views

RLHT - AscencionGroupe : Regarde Les Hommes Tomber
Album : Ascension
Label : Season of Mist
Date de sortie : 28/02/2020
Note : 16/20

Après deux premiers albums acclamés par la critique (Regarde Les Hommes Tomber en 2013 et Exile en 2015), Regarde Les Hommes Tomber est devenu un des groupes phares du (post) black metal made in France, voire même du paysage metal français dans son ensemble. Le groupe nantais en a profité pour tourner massivement ou pour fouler les scènes des plus gros festivals un peu partout en Europe.

Regarde Les Hommes Tomber est aujourd’hui de retour après 5 ans « d’absence » (chez les disquaires, certainement pas sur scène) pour conclure son tryptique musical et ouvrir la porte à une nouvelle ère. Une nouvelle ère symbolisé avec la signature sur le label Season of Mist, que le groupe a rejoint après avoir travaillé avec Les Acteurs de l’Ombre sur leurs deux albums précédents.

Ascension, le troisième album du quintet, marque à la fois une continuité dans l’œuvre du groupe et apporte de nouvelles idées, pour un résultat magistral où rage et furie rencontrent mélancolie et lenteur.

LE BRUIT ET LA FUREUR

L’album s’ouvre avec « L’Ascension », un titre instrumental qui porte parfaitement bien son nom, débutant tout en douceur pour nous emmener peu à peu vers l’intensité et la puissance. Comme un avant-goût de ce qui va suivre, puisque c’est une tempête de rage qui s’abat sur nous dans la suite de l’album. Regarde Les Hommes Tomber s’éloigne encore un peu plus du sludge des débuts pour se tourner complètement vers le black metal quasi symphonique par moment, tantôt proche d’un EmperorThe Crowning ») ou d’un MgłaThe Renegade Son »), tout en ne délaissant pas les ambiances post-metal non plus, mélodieuses, lancinantes et psychédéliques.

Le chant de T.C. est clairement plus agressif que dans les albums précédents, mettant sa rage au service des inquiétantes mélodies de guitares de A.M. et J.J.S., mais aussi plus varié : du chant « black metal » le plus souvent, mais parfois du chant hurlé façon Nergal de Behemoth, période The Satanist, comme sur « Stellar Cross », ou même du chant clair sur « The Renegade Son ».

CHUTER POUR MIEUX RENAÎTRE

Ascension est le troisième volet de la trilogie démarrée par Regarde Les Hommes Tomber en 2013 avec l’album éponyme, et il marque donc la fin d’un chapitre pour le groupe. L’album est semblable à ces deux prédecesseurs en quelques points, tout en prennant de nouvelles libertés. On peut commencer par parler de cette magnifique pochette, signée du duo d’illustrateurs Førtifem, comme les deux précédentes, mais très différente tout de même, dans un style moins « gravure biblique ». Ou de la structure même de l’album, avec des titres très longs frôlant les dix minutes, avec quelques titres plus courts, comme l’introduction ou « La Tentation », sorte d’interlude sombre qui semble annoncer la fin avec ses sons de cloches.

Puis vient le final, « Au Bord du Gouffre », qui porte lui aussi bien son nom, point d’orgue de l’album et peut-être même du tryptique tout entier. La rage est encore plus puissante et torturée sur ce titre que sur les précédents de l’album, les mélodies encore plus violentes. Une conclusion parfaite pour toute une période de l’histoire de Regarde Les Hommes Tomber, et peut-être symbolique d’un nouveau départ : « Au Bord du Gouffre » est le premier titre chanté en français par T.C. L’avenir nous dira si le groupe nantais a l’intention d’en faire une habitude désormais, mais c’est en tout cas un belle réussite.

Regarde_les_Hommes_Tomber_-_Le_Confort_Moderne_Poitiers_2014-11-29_00.27.39_by_Xi_WEG

Je ne sais pas si « le troisième album est celui de la maturité » mais on note quand même une évolution majeure chez Regarde Les Hommes Tomber. C’est une suite logique de ce que le groupe a déjà proposé, mais on sent une volonté de changement. Ascension est un album plus black metal que les deux autres, riche en émotions et en subtilités dans les mélodies. Un album que j’ai hâte de découvrir en live dans les prochains mois.

Leave A Comment