Interview avec Roland Johnson de Counterfeit

dimanche/26/01/2020
183 Views

Art’N Roll : Le groupe existe depuis 2015, peux-tu me faire une petite présentation de Counterfeit ?

Roland : Nous sommes un groupe de rock composé de cinq personnes originaires de Londres. On vient de finir d’enregistrer notre second album donc là on débute une campagne de promotion.

ANR : En écoutant votre musique j’ai reconnu des influences assez fortes sur certaines chansons, comme par exemple The Streets ? Avez-vous d’autres influences ?

Roland : J’adore le fait que tu ai reconnu les influences de The Streets car j’adore ce groupe mais nous en avons tellement d’autres. Sur ce nouvel album, nous avons même été inspiré par des sons hip hop et de musique urbaine, on s’est également inspiré de l’album « Yeezus » de Kanye West car il est très sombre.

Voilà en résumé ce que l’on a essayé d’incorporer dans notre nouvel album. Mais on a aussi été influencé par les groupes tel que Biffy Clyro, Twenty One pilots, Nirvana, The Clash, tu remarqueras la diversité des influences.

ANR : Vous sortez un nouvel EP, que peux-tu me dire à son sujet ?

Roland : On a passé six mois à enregistrer à Los Angeles et à écrire beaucoup de chansons. On a ecrit quelque chose comme 45/50 chansons pour ce futur EP et ensuite on a passé du temps à trouver ce qui allait ensemble pour peindre un ensemble assez harmonieux. C’est un album qui a vraiment été agréable à enregistrer et qui nous a permis de sortir de notre zone de confort.

Nous avions été très rapide pour écrire sur le premier album et cela s’est avéré être la même chose pour le second, du coup on s’est demandé comment on pouvait sortir de notre zone de confort et comment on pouvait grandir en tant qu’artistes. Donc on s’est retrouvés avec toute cette masse de travail donc on a dû trouver un plan pour exploiter tout ça et c’est ainsi que nous avons sortis un single au mois d’aout et un autre au mois de décembre et surement un autre plus tard car on veut que les gens gardent l’excitation de nouvelles choses qui arrivent au lieu d’attendre trop longtemps entre chaque album.

ANR : En parlant de sortir de sa zone de confort, est ce que signer avec Republic Record vous a aidé à sortir de votre zone de confort et vous a aidé à grandir aux US ?

Roland : Signer avec eux est quelque chose de vous incroyable. Ils nous poussent à être créatifs et nous donne les outils pour nous faciliter la vie.

Sur notre premier album nous avions une guitare pour enregistrer alors que là nous étions dans un studio avec des centaines d’instruments donc on a pu s’amuser à brancher pleins de guitares pour tester pleins de sons différents. On a pu faire pleins d’autres expérimentations, c’était juste fou.

ANR : Comment se passe la composition chez Counterfeit ?

Roland : Ça dépend des morceaux. On a travaillé différemment sur quasiment chaque chanson. Il est arrivé que Jamie travaille tout seul de son coté et pour d’autres, on a travaillé tous les cinq sur la création de la musique.

Je me souviens de la dernière chanson que nous avons enregistrée, elle a été écrite une semaine avant que nous rentrions au studio, nous étions en jam lors d’une répétition, Tristan était en train de jouer quelque chose et on a tellement adoré qu’on s’est jeté sur ses riffs, on a écrit les paroles dans la foulée. Je pense que c’est très intéressant d’apporter différentes perspectives à la musique et donner naissance à des chansons de manière différente. Je suis vraiment content de ce que l’on a fait, pour moi nous avons progressés dans la bonne direction.

Je pense que nous avons fait plus que ce que les gens attendaient. D’ailleurs, je me dis que si nous avions fait que ce que les gens attendaient de nous, c’est que nous n’aurions pas donné le meilleur de nous-même et j’aurais vécu ça comme un échec personnel.

ANR : Vous avez sorti 1144, après vérification ce chiffre a une réelle signification, c’est le chiffre de l’ange, peux-tu m’en dire un peu plus sur ce sujet ?

Roland : La signification derrière la chanson est sur les gens qui croient en eux et qui le revendiquent et ne le cachent pas. C’est un message pour tous, pour dire qu’il ne faut hésiter à faire des doigts d’honneur et qu’il faut arrêter ceux qui nous forcent à rester silencieux et qui veulent nous contrôler. Ce morceau est sur comment le monde fonctionne. Ce qu’il se passe en ce moment est tellement dingue qu’on ne sait pas ce que le futur nous réserve et personnellement ça me fait peur.

Donc 1144 est une sorte de titre blague, un style de révélation 1144, un genre de nouveau commandement.

Cette chanson dit en gros que vous devez avoir peur de nous, que nous ne nous tairons pas et que l’on peut prendre le pouvoir à tout moment, quand je dis nous, je parle du peuple. Il est très important qu’en tant que groupe on parle de ce genre de chose donc si on peut faire passer des messages et que l’on arrive à donner espoir ou envie d’agir à une personne, ça voudra dire que le job est fait.

ANR : Malgré tout je trouve vos paroles assez positives, vous essayez tout de même de faire ressortir le bon coté des choses.

Roland : Nous sommes des optimistes.

On veut que les gens qui nous écoutent arrivent à comprendre que l’on peut se suffire à soi-même, que tu peux le faire si tu le souhaites, que tu ne devrais laisser personne te dire quoi faire ou penser. Pour nous, le plus important c’est que nos concerts soient un endroit ou les gens se sentent en sécurité ou tout le monde se sente inclus comme un membre de la famille.

Je veux par exemple, que si tu traverses des moments dans ta vie personnelles ou voir professionnelle, que notre musique soit ce qui te donne de l’espoir et envie de te battre. Durant nos concerts on veut vraiment que les gens se sentent valorisés et bien accueillis.

On ne va pas faire de politique mais on veut encourager les gens à aller voter et suivre leurs convictions.

Ça fait tellement plaisir quand les fans viennent nous dire que nos chansons les aident dans leurs vies.

Par exemple, Tristan et Jamie ont écrit une chanson sur le suicide car ils ont des amis qui se sont malheureusement suicidés et si ça peut aider les gens qui ont des idées noires, je suis vraiment content.

ANR : Le suicide est un réel fait de société ces derniers temps en Angleterre il me semble, n’est-ce pas ?

Roland : Oh my god, tu ne peux pas imaginer à quel point. D’ailleurs on travaille beaucoup avec des associations qui aide les gens souffrant de dépression car c’est un des plus grosses causes de mortalité chez les jeunes hommes en Angleterre.

Et j’ai espoir que nos chansons puissent aide certains jeunes à se sentir mieux, si ça peut aider une personne je me dis que j’aurais fait mon travail. La musique pour moi est un apaisement donc en écrivant je m’aide aussi et si je peux aider c’est la cerise sur le gâteau.

ANR : Pour finir, parles moi des projets du groupe ?

Roland : Hâte de revenir en tournée.

Leave A Comment