Interview avec Renato de Trepalium

mercredi/30/10/2019
104 Views

Petit dernier arrivé dans le groupe, Renato se confie à Art’n’Roll sur Trepalium, l’avenir du groupe, le prochain album…

Art N Roll : Tu es récent dans le groupe…
Renato (chanteur) : Oui, tout à fait, ça fait le deuxième concert qu’on fait ensemble.

ANR : Trepalium a connu une pause dernièrement ?
R : En effet, ils n’ont pas joué pendant une paire d’années et puis à un moment donné ils ont retrouvé le goût de faire un album et il s’est trouvé que ça ne s’est pas très bien passé avec leur ancien chanteur enfin bref, ils sont passés à autre chose et ils se sont dit « ce serait bien d’essayer quelque chose de nouveau ».

ANR : Pour revenir à la discographie, on a eu une discographie, on va repartir sur autre chose, peux-tu nous en dire un parler un peu ?
R : Oui, on repart carrément sur autre chose. Je peux reprendre le flambeau mais quand tu changes de vitrine c’est difficile de coller exactement à ce qui s’est passé avant. Ce n’est d’ailleurs pas intéressant pour le groupe ni pour la personne qui le fait. On part à peine ailleurs.

ANR : Sur scène il y avait le personnage de la trilogie, pourras-tu le refaire en concert ?
R : Pour ces concerts-là, on reste dans l’ambiance Damballa, comme tu as pu le voir on est habillé de la même manière qu’aux autres concerts qui ont été fait sur la tournée Damballa tout simplement parce qu’on n’a pas encore l’identité du prochain album et tout le visuel qui va avec à proposer sur scène, alors que l’album n’est pas sorti, ce n’est pas possible. J’essaie de coller comme je peux à ce qui s’est fait avant jusqu’à ce que l’album sorte et enfin ce soit le Trepalium 2.0 qui arrive.

ANR : Vous avez des idées sur le prochain album ?
R : Oh oui, on sait où on va. Carrément, je n’ai juste pas le droit de le dire.

ANR : Vraiment rien ?
R : Si, je peux dire qu’il est fini, qu’on l’a enregistré, qu’il va sortir soit à la rentrée, soit en janvier 2020. Ça va dépendre si on arrive à tout bien goupiller correctement cet été. Je peux te dire que je l’adore ce disque, il est super, j’espère qu’il sera accueilli par le public et les médias de la même manière. Encore une fois quand tu changes de vitrine, ce n’est pas évident. Là il y avait tout le côté death metal que faisait K.K. l’ancien chanteur, moi je ne suis pas dans la capacité physique de les faire. Donc je tâche de proposer autre chose par rapport à ce qui se faisait avant et par rapport à mon timbre aussi, ce qui est physiquement possible. Tout ce que je peux te dire c’est qu’il est dans la continuité de Damballa’s Voodoo Doll, le disque d’avant. Musicalement c’est l’exact lignée après la vitrine change et je vous laisserai en juger par vous-même.

ANR : Vous restez toujours dans une idée de mélange des styles ?
R : Oui, toujours groovy, avec des cuivres. Il y a de l’orgue Hammond sur le prochain, du piano, il y a pas mal de petites choses comme ça. Ils ont bossé pour faire évoluer Trepalium à partir de ce qui existait déjà pour en faire quelque chose de nouveau, bien inspiré de ce qui s’est fait avant.

ANR : Du neuf avec de l’ancien.
R : On ne pouvait pas complètement radier ce qui s’était fait avant. Les fans attendent et à un moment donné on était obligé de faire avec l’envie du groupe. Le groupe a envie de jouer ça, on reste là-dedans. Encore une fois, il n’y a que quelques petites choses qui changent.

ANR : Comment vous êtes-vous rencontré, le groupe et toi ?
R : C’était il y a 6 ans, je jouais dans un groupe qui s’appelle Goddam et on tournait pas mal notamment en ouverture et dans des festivals avec Trepalium, on s’est rencontré une paire de fois sur la route. On est exactement dans le même délire musical donc on a tout de suite sympathisé, on a fait copain copain et le jour où ils ont eu besoin d’un chanteur, en plus d’auditionner ils m’ont appelé pour savoir si j’étais ok avec ça. Une fois que c’était parti, c’était parti. Ils m’ont appelé parce qu’on se connaissait.

ANR : C’est dommage qu’on ne puisse pas parler de l’album…
R : Pose tes questions et je verrais ce que je peux dire.

ANR : Est-ce qu’on va encore retrouver une histoire qui se construit autour d’un personnage ?
R : Exactement, il y a un thème général et qui va se construire autour d’un personnage. Il y a cette identité de Trepalium. Je ne fonctionne pas comme ça d’habitude mais il faut respecter ce qui a déjà été fait. On part sur un personnage en l’occurrence qui a une double personnalité et tout l’album parle de ça. On n’est pas trop dans le bayou par contre.

ANR : Il est quand même question de folie, de schizophrénie.
R : J’aime mieux parler de double personnalité. Quand on parle de schizophrénie, il y a cette connotation de parler du bien et du mal dans une même personne alors que pas forcément, mais c’est ce qui vient le plus à l’esprit. Là c’est juste deux personnes dans un même corps.

ANR : Trepalium fait partie d’un collectif, la Klonosphère, qu’est-ce que ça vous apporte ?
R : Je ne peux pas t’en parler même si avec Flayed mon groupe de rock fait aussi partie de la Klonosphère. N’empêche que cette unité qu’ils ont eu pendant par exemple la tournée Hacride / Klone / Trepalium pour suivre Gojira qui est de près ou de loin lié à tout ça, je me dis qu’il y a une espèce de famille poitevine où ils se connaissent tous, d’excellents musiciens qui jouent dans différents groupes. En effet il y a un lien familial entre eux, c’est sûr et certain. Ça porte en tout cas, après c’est chacun avec son produit. Ça porte d’arriver en groupe.

ANR : Je crois que tu as tout dit de ce que tu étais autorisé à dire, maintenant c’est la surprise !
R : Oui, guettez la sortie de l’album et une fois qu’il sera sorti envoyer tout ce qu’on a dans le sac.

ANR : J’espère qu’on vous verra sur Paris ?
R : Je vois mal comment on pourrait l’éviter.

ANR : Merci beaucoup pour cette interview
R : Mais de rien

Web : https://trepaliumsom.bandcamp.com
Facebook : https://www.facebook.com/TREPALIUMBAND/
Twitter : https://twitter.com/trepalium_band?lang=fr

Leave A Comment