HOT on the rocks!
Spin the pig

Chronique Spin the pig – Punish Yourself

mercredi/18/10/2017
1 850 Views

Spin the pig

 

Groupe: Punish Yourself
Album: Spin the pig
Label: Verycords
Date de sortie: 13 octobre 2017
Note: 17/20

 

Mine de rien, il aura fallu 4 ans d’attente pour voir enfin débarquer le successeur de l’album « Holiday in Guadalajara », un album qui avait marqué les esprits, notamment avec son visuel et son concept, imprégnés de culture mexicaine et plus particulièrement du « Día de muertos » (le jour des morts, célèbre fête populaire mexicaine).

Une ambiance flashy et colorée qui collait parfaitement à l’univers visuel de la bande de sauvages toulousains que sont les Punish Yourself. Et c’est donc en ce vendredi 13 octobre que ces sympathiques énergumènes bariolés nous balancent « Spin the pig », leur dernier méfait sonore et déjà 9ème album de la formation. Il s’agit d’ailleurs du premier disque sans Miss Z, membre fondatrice du groupe, partie récemment après 24 ans à assurer la guitare et le chant.

Avec un artwork soigné, à la fois glauque et coloré (il n’y a vraiment que P-Y pour rendre le rose aussi sale), l’album rentre très vite dans le vif du sujet après une rapide intro ambiante qui voit débouler le riff d’intro du très efficace « Lo-cust », qui annonce la couleur de la suite. En effet, c’est le côté plus industriel et sombre de Punish, qui domine tout au long de l’écoute de la galette.

Pour ceux qui les découvrent, il faut savoir que Punish Yourself a toujours eu le don de brouiller les frontières entre les styles, piochant allégrement dans le Punk, l’Electro, l’Indus, la Dance Music et le Rock & Roll, mixant le tout dans une musique étonnamment cohérente et d’une efficacité imparable, complétée par un sens du visuel pousser à l’extrême.

Les morceaux s’enchainent vite et rentrent encore plus vite en tête, au point qu’on se surprend à fredonner les refrains dès la première écoute. Je pense en premier au morceau « Die-s-i-ray », qui fait très vite taper du pied et dandiner du boule.

Personnellement, j’ai eu un gros coup de cœur pour « There’s no end to this », petite pépite de l’album, que ce soit pour son groove dévastateur ou pour la fureur de son chant.  On retrouve aussi quelques relents de Nine Inch Nails (époque Downward spiral, ma période préférée, je dois bien l’avouer) plutôt plaisants dans plusieurs morceaux, dont le premier single et morceau titre « Spin the pig » ainsi que dans l’instrumental « Sliver Silver », qui a ce petit côté BO de film/jeu de SF pas dégueulasse.

On retiendra aussi les rythmes frénétiques de « Blacksunwhitebones » et de « Backlash », qui risquent fort de créer une émeute dans le pit dès les premières mesures.

Finalement, mon seul bémol de l’album est la dernière piste, remix du morceau « Lo-cust ». Le remix n’est certes pas mauvais, mais j’ai tendance à lui préférer le morceau original, qui est déjà tellement rentre dedans qu’il me semble difficile de faire mieux. Mais ce n’est qu’un détail qui ne gâche en rien la très haute qualité de ce disque.

Un dernier élément non-négligeable, et qui est un de ses points forts, c’est la durée du disque. Je m’explique : si on exclut l’intro, l‘interlude et le remix de fin, cet album est finalement assez court avec seulement 7 « vrais » morceaux. Mais c’est à mes yeux une bonne chose car il laisse un tout petit gout de trop peu et incite l’auditeur à le relancer aussitôt qu’il se termine. On a vite fait de l’écouter 2-3 fois d’affilée et de vouloir danser frénétiquement, torse nu, sur la table du salon, le corps recouvert de peinture (ou c’est peut-être juste moi pour le dernier point…).

Cet album est finalement à l’image du groupe : riche, direct et surtout, taillé pour la scène ! Je ne peux d’ailleurs que vous conseiller vivement de voir le groupe sur scène, leurs concerts faisant partie de mes meilleurs souvenirs live de tous les temps. J’exagère à peine, allez les voir, vraiment : entre les corps recouverts de peinture fluo, les performers scéniques qui accompagnent les musiciens, le lightshow épileptique et les jeux de lasers, il est quasi impossible de s’ennuyer. Le groupe prévoit d’ailleurs une tournée promo dans les prochains jours alors, pas d’excuse, foncez les voir !

 

Leave A Comment