LA NONNE : LA MALÉDICTION DE SAINTE LUCIE

mercredi/20/09/2023
934 Views

LA NONNE : LA MALÉDICTION DE SAINTE LUCIE

de Michael Chaves

J’ai une petite confession à vous faire : j’aime bien le premier la Nonne ! Hé oui, malgré les retours ultra négatifs sur ce dernier, je trouve qu’il a été bâché un peu sévèrement et je pense sincèrement que c’est un bon film d’horreur fun. L’ambiance est plutôt bien travaillée, on a une vraie icône du cinéma d’horreur (plus crédible qu’Annabelle, soit dit en passant), pas mal d’idées de mise en scène en terme de flip. Rien de bien extraordinaire, je vous l’accorde, mais on est loin du navet. Pour que ce soit le cas, il faudrait être la Nonne 2

S’il est de notoriété publique que Warner Bros. a été incroyablement incompétent en ce qui concerne son DC Universe, il faut croire que le Conjuring-verse n’y a pas échappé, car quoi de mieux que de faire appel pour la TROISIÈME fois à Michael Chaves, qui est certainement leur meilleur « yes man » incompétent mais obéissant. Ce dernier est déjà coupable de La malédiction de la Dame Blanche (qui à la base ne devait pas être connecté à la franchise) et de Conjuring 3, considéré comme le plus mauvais de la trilogie. Hé bien, ils ont eu l’extraordinaire idée de le réembaucher pour faire la suite de ce qui a été un de leur plus gros carton. Comme quoi, se tirer une balle dans le pied, c’est tout un art.

On y retrouve le personnage de Frenchy, Québécois, interprété par un acteur belge (!) ; c’était l’un des principaux protagonistes de la Nonne, essayant de trouver la paix dans une école religieuse, alors que Valak était toujours en lui. Du coup, c’est encore Sœur Irène qu’on envoie pour expier du démon – je suppose que c’est parce qu’il n’y a qu’elle pour continuer à se faire avoir par les effets de flips recyclés pour la 300eme fois. Ah, sans oublier la nonne novice qui l’accompagne, aussi utile qu’un anus au coude (pour ceux qui ont la ref).

Que les choses soient bien claires : le scénario est tellement mal foutu qu’il m’a fallu relire le synopsis sur Wikipedia pour me remémorer l’intrigue, tant le spectateur se retrouvera peu impliqué dans cette histoire de possession, dû à une incroyable paresse de la part des scénaristes et du metteur en scène. Quand je dis que c’est paresseux : ils ont même repris un plan de Conjuring 2 pour une séquence qui n’a rien à voir. la Nonne 2 : la malédiction de Sainte Lucie essaie de mélanger deux intrigues mais avec la même délicatesse qu’un manchot bourré opérant un cerveau avec un tournevis, et tout va tourner autour d’une relique qu’il faut impérativement trouver pour vaincre le démon sans jamais expliquer pourquoi ça fonctionnerait. Jamais le récit n’est intriguant ou juste intéressant. D’ailleurs, le fait de placer l’histoire dans le Sud de la France ne sert à rien puisque les décors sont interchangeables : ça pourrait se situer dans le Sud, en Norvège, à Chicago, etc, il n’y aura aucune différence car on n’y verra que des couloirs, des rues orange et un jardin.

Mais surtout, et c’est certainement son plus gros défaut, la Nonne 2 ne fait pas peur ! Jamais effrayant, jamais inquiétant, il n’y a absolument rien de neuf et surtout d’efficace, on est dans du pur fast-food de l’horreur. Au moins, dans le premier que je défends, il y avait un minimum de taf dans l’ambiance visuelle et sonore, quelques idées de suspense, des choses qui te permettent de t’accrocher à l’histoire. Là, rien, que dalle, pas un plan ne sort du lot, pas une idée. Et, mon dieu, qu’est-ce qu’on s’ennuie ! Je regrette de devoir vous l’avouer mais j’ai piqué du nez deux fois ! Je terminerai par ce final qui frôle le ridicule avec une Valak qui se transforme en Super-Valak sans qu’on sache pourquoi, et qui en plus paraît beaucoup plus faible en terme de pouvoirs, ce qui est du foutage de gueule.

Bref, je pense que vous aurez compris que la Nonne 2 : la malédiction de Sainte Lucie est un horrible navet, jamais respectueux envers son public, terriblement mal écrit, immense gâchis pour un personnage aussi iconique dans l’univers de Conjuring. Les producteurs ont encore fait appel à un tâcheron obéissant pour détruire une franchise comptant des milliers de fans. Le film ne méritant pas cinq minutes de votre temps, je vous encourage à redonner une toute petite chance au premier, qui lui au moins ne nous donne pas envie de se tailler les veines d’ennui avec un crucifix ébréché.

Leave A Comment