HOT on the rocks!
itw de embryonic cells (dimanche/15/11/2020)
INTERVIEW D’ ARKAN (lundi/19/10/2020)
Interview avec Tin-tin (mercredi/14/10/2020)

Zakk Sabbath – Vertigo

dimanche/13/09/2020
247 Views

Groupe : Zakk Sabbath
Album : Vertigo
Date de sortie : 4 septembre 2020
Label : Magnetic Eye Records

Il y a 50 ans, Vertigo Records sortait le premier album de Black Sabbath, un vendredi 13 de l’année 1970. Cet album du même nom tout autant que ce groupe ont marqué la naissance d’un nouveau style, le heavy metal, influencé par le jazz et le blues, et se voulant un équivalent musical des films d’horreur. Black Sabbath, imprégné de lectures occultes, ouvre la voie à une époque bien plus sombre que la décennie précédente du Flower Power.

Tony Iommi, guitariste légendaire du groupe, sera à l’origine de multiples expérimentations dont le fait de réduire la tension de ses cordes pour soulager ses doigts mutilés lors d’un accident de travail. Il utilise le triton, autrement appelé diabolus in musica, qui ajoute à l’atmosphère pesante. Le diable est également un grand thème de leurs chansons et ce, dès ce premier opus. Ainsi N.I.B. qui fait parler Lucifer.

Black Sabbath, l’album, c’est, à la date de sa sortie au Royaume-Uni le 13 février 1970, 4 titres en face A (Black Sabbath, The Wizard, Behind the Wall of Sleep et N.I.B.) et 3 en face B (Evil Woman, Sleeping Village, The Warning) qui marqueront donc largement le Metal. Il entrera dans le top 10 en Angleterre et deviendra disque d’or aux États-Unis peu de temps après sa sortie dans chacun des deux pays.

Pour ma part, j’ai fait connaissance de ces titres grâce à l’album « Nativity in Black » de 1994 (qui sera suivi d’un deuxième en 2000) où des artistes de toute obédience musicale rendent hommage au groupe mythique. Ah, la voix de Peter Steele reprenant justement Black Sabbath, j’en ai encore des frissons !

Et Black Sabbath, le groupe, c’est aussi un line-up mouvant. Rien d’étonnant quand on dure plus de 40 ans (ils ont fini par se séparer en 2017). Ozzy, le chanteur qu’on ne présente plus, prendra un chemin divergent en 1979 et s’adjoindra plusieurs musiciens, dont Zakk Wylde, pour former son groupe solo.

Aujourd’hui Zakk Wylde rend hommage à Black Sabbath en sortant un album de reprise des 7 titres mythiques. Il est accompagné du bassiste Blasko (Ozzy Osbourne, Rob Zombie) et du batteur Joey Castillo (Danzig, Queens of the Stone Age).

Difficile de faire abstraction de la patte du maître de Black Label Society ici. Comme j’ai pu le lire ailleurs, tout ce que Zakk Wylde touche devient du Zakk Wylde. Alors on aimera la reprise si on aime le style du bonhomme. Le son est toujours aussi sombre, mais c’est plus trainant, moins maléfique. La voix de Zakk Wylde est telle qu’on la connaît caverneuse et avec un je ne sais quoi de métallique. Le son est moins oppressant que sur la version originale. Pour autant, c’est un très bel hommage d’un fan très doué du Noir Sabbat.

Difficile de faire l’impasse sur cet album quand on est fan de Black Sabbath !

Leave A Comment