Live report d’Eluveitie et Lacuna Coil à l’Elysée Montmartre le 01/12/2019

dimanche/15/12/2019
514 Views

Un chanteur qui growl, une voix féminine plus mélodieuse et les Alpes : c’est bien là les seuls points communs entre les deux groupes à l’honneur ce soir. Le metal gothique alternatif des Italiens de Lacuna Coil rencontré le folk metal celtique des Suisses d’Eluveitie pour un concert sold-out à l’Élysée Montmartre !

Infected Rain

Quand les lumières s’éteignent, la salle n’est qu’à moitié plein (et encore). J’ai l’impression que le concert commence avec une demi-heure d’avance par rapport à ce que j’ai vu sur internet, c’est peut-être une des explications. Les musiciens d’Infected Rain prennent place sur scène pour nous balancer dans les oreilles leur neo metal à tendance metalcore, qui n’est pas sans rappeler les débuts d’In This Moment ou la tendance du moment Jinjer. C’est sympa mais pas franchement original non plus. Coté scène, un light show absolument catastrophique passe plus de temps à aveugler complètement le public plutôt qu’à mettre en valeur le groupe.

La chanteuse Elena « Scissorhands » Cataraga prend souvent la parole pour dire à quel point elle nous adore ou nous remercier. Et la foule, même si plutôt éparse, réagit bien et apprécie les efforts du combo moldave en donnant de la voix pour ne pas faire mentir la frontwoman. À la fin du concert, celle-ci demande au public de lancer un circle pit, mais grosse erreur ! Tout le monde s’écarte pour faire de la place mais personne ne veut se lancer. Finalement, quelques personnes se motiveront pour trottiner sur le parquet de l’Élysée Montmartre. Le résultat est à l’image du concert : y’a des efforts mais c’est vraiment pas dingue !

 

Lacuna Coil

La salle s’est heureusement remplie quand arrive le premier « gros groupe » de la soirée, Lacuna Coil. Le décor est un petit peu cheap, avec deux tentures des deux cotés de la scène. Et par dessus ça, le lightshow ne s’est pas amélioré par rapport au groupe précédent, on est encore un peu trop souvent aveuglés, et il y a aussi beaucoup trop de fumée (j’ai aperçu le backdrop au nom du groupe après au moins 5 chansons). Décidément, pas top la mise en scène ce soir !

L’alchimie entre Andrea Ferro et Cristina Scabbia marche vraiment bien, les deux chanteurs se complètent sans se marcher dessus. Cristina est d’ailleurs très en voix ce soir, même si je crois remarquer les bandes enregistrés en renfort par moment. Les autres musiciens, avec leurs tenues façon Punisher et leur corpse-paint d’Halloween, participent aussi au show et débordent d’énergie. Le public est survolté et Cristina n’a aucun mal à faire taper des mains les spectateurs ou chanter et scander ce qu’elle veut !

Le dernier album du groupe, Black Anima, est logiquement mis à l’honneur ce soir et certaines de ses chansons figurent parmi les meilleurs moments du concert, comme « Reckless » ou « Veneficium ». On n’échappe pas au tubes non plus, comme « Our Truth » ou « Heaven’s a Lie ». Le groupe italien sera de retour cet été au Hellfest et nulle doute que le public sera encore une fois au rendez-vous !

 

Eluveitie

Ça fait quasiment dix ans que j’attend de voir Eluveitie. Alors c’est vrai, c’est un groupe loin d’être rare en France (plusieurs concerts chez nous chaque année), mais ça fait partie des groupes que j’aime sans pour autant être prêt à remuer ciel et terre pour trouver libérer mon emploi du temps ou trouver des places. Je suis donc très content de pouvoir les voir ce soir à l’Élysée Montmartre pour la première fois. Quand les lumières s’éteignent, des jeunes femmes habillées de tuniques blanches entrent en scène devant un grand drapeau sur lequel est projeté le symbole runique du dernier album, Ategnatos, et l’une d’entre elles sonne le cor (ou un instrument celte du genre) : la cérémonie peut commencer !

Et quand le rideau tombe, on peut tout de suite se rassurer quand à la qualité de la scénographie. Les neufs musiciens (!) occupent toute la scène devant un drapeau représentant un paysage montagneux, les lumières sont sublimes, un grand pied de micro en forme de bouclier ornementé de têtes de chevaux en métal. Tout ça crée une jolie ambiance propice à la musique du groupe suisse.

La nouvelle chanteuse du groupe – depuis 2017 tout de même – Fabienne Erni (chant/harpe) est vraiment mise en avant ce soir. Et elle maîtrise tout, les envolées lyriques puissantes comme sur « Artio », le chant clair sur le désormais classique « A Rose for Epona » ou même un peu de growl sur le tout aussi célèbre « Quoth the Raven ». Mais Eluveitie ne délaisse pas le growl pour autant, justement, et Chrigel Glanzmann (chant/guitare/mandoline/flûte irlandaise/...) s’amuse comme un fou ce soir. Eluveitie n’était pas venue jouer en salle à Paris depuis 2 ans et pour Chrigel, ça faisait trop longtemps !

La foule saute comme un seul homme jusque dans le fond de la salle, et donne de la voix sur « Thousandfold », un des plus gros tubes du groupe suisse. Le concert de ce soir se termine en apothéose, après des remerciements émus de Chrigel et ses musiciens, sur le classique parmi les classiques d’Eluveitie, « Inis Mona » évidemment.

 

C’était un vrai plaisir pour mes origines celtes que de pouvoir enfin voir Eluveitie ce soir. Les Suisses sont toujours au top de leur forme sur scène, malgré le tumulte du line-up de ces dernières années, et ils n’ont pas l’air prêts à raccrocher leurs flûtes et cornemuses !

 

Eluveitie Setlist Élysée Montmartre, Paris, France 2019, Ategnatos

Lacuna Coil Setlist Élysée Montmartre, Paris, France 2019, Black Anima European Tour

Leave A Comment