HOT on the rocks!

Live report du concert de Watain & Hell Militia à la maroquinerie le 13/01/2018

lundi/22/01/2018
1 527 Views

Watain, Hell Militia
13 janvier 2018
La Maroquinerie
https://www.facebook.com/events/274512399697934/?active_tab=discussion

Il revient à Watain (et Hell Militia en première partie) de donner le premier concert Black Metal de l’année à Paris, sous l’égide de Garmonbozia, grand pourvoyeur de lives épatants, dans la capitale et ailleurs.

Ce soir, je ne peux pas m’empêcher de penser à ce concert d’il y a un peu plus de 4 ans, au Trabendo, où j’avais découvert Watain en live. J’en étais ressortie plus qu’émue, noob mais acquise pour de bon à la cause BM. Depuis j’ai revu le combo au Fall of Summer, et ressenti le même sombre émerveillement.
Ce soir, je ne suis pas censée faire le report, j’ai ma place depuis longtemps, mais le camarade art n’ rollien en charge ne pourra pas assister à la grand messe, à son grand regret.

Moi-même j’arrive en retard, un accident bloquant totalement la circulation entre mon antre et la Maroquinerie. Prémonitoire du cataclysme scénique de ce soir ?
Bref, je ne verrais pas Hell Militia, en même temps, je n’avais aucune envie de les voir, mais j’arrive pile pour trouver une petite place sur le côté de la scène, à l’aise. Trop loin pour être touchée par le traditionnel jet de sang pourri, mais assez proche pour voir une bonne partie de la scène. Je continue à maudire les piliers de cette salle qui occultent la vue pour nombre de ceux n’ayant pas accès à la fosse, plus que pleine. En réalité c’est toute la salle qui est comble, la date affiche complet depuis plusieurs jours. Il faut dire que Watain vient de sortir son 6ème album, « Wolf Trident Eclipse » et fête ses 20 ans de carrière en 2018, de bonnes raisons pour assister au concert de ce soir.

Le groupe entre en scène par la mise en scène d’une ouverture de cercle rituelle, l’allumage des chandeliers et la litanie, silencieuse à nos oreilles, d’Erik Danielsson, pour bénir l’espace où s’accomplira le culte. La Maroquinerie est certes plus petite que d’autres scènes où Watain a pu se laisser aller à la démesure et aux déluges de feu, mais le côté « intime » est totalement appréciable. Ainsi, Erik Danielsson nous fustigera plusieurs fois du regard pendant le show, rendant l’ambiance plus démoniaque encore.

Côté titres, on aurait pu s’attendre à une setlist majoritairement composée de titres du dernier album en date, mais non. A mon grand bonheur, c’est « Legion of the Black Light » qui ouvre le bal macabre. A aucun moment je ne serai déçue, pas plus que l’audience, entièrement captivée par les Suédois. Erik Danielsson est beaucoup plus communicatif qu’à son habitude : il salue la foule, remercie et rend hommage à Selim Lemouchi de Devil’s Blood en entamant le titre du même nom. On le sent même ému malgré le corpse paint qui lui donne l’allure d’un crâne grimaçant. Impression renforcé par sa tignasse en mèches hirsutes et ses mâchoires qui claquent dans le vide. Il jouera plusieurs fois avec le feu de ses chandeliers, y chauffant son poing, y jetant une poudre à l’odeur de soufre…

« Satan’s Hunger » me prend aux tripes, diable que j’aime ce morceau ! On aura droit à un beau pot-pourri d’extraits de chaque album de Watain : le dernier, « Wolf Trident Eclipse »  avec le single « Nuclear Alchemy » ou « Furor Diabolicus » hymne de berserkers, « Lawless Darkness » de l’album du même nom, « The Serpent’s Chalice » de « Sworn to the Dark ». Chaque album est représenté, avec comme fil rouge la rage et la haine viscérale propres à Watain. Après 14 titres plein de fureur, on aura même droit à un rappel, une reprise de Dissection, « The Somberlain ». Et c’est sur le son de « Requiem XIII » que s’achève le rituel.

Vivement leur prochain concert !!

Hell Militia 1
Hell Militia 2
Hell Militia 3
Hell Militia 4
Hell Militia 5
Watain 1
Watain 2
Watain 3
Watain 4
Watain 5
Watain 6
Watain 7

 

 

Leave A Comment