HOT on the rocks!

EDGUY + KOTTAK, 19 Octobre@ Le Bataclan

samedi/22/10/2011
836 Views

Soirée à ne pas manquer au Bataclan en ce mercredi Parisien, Edguy est de retour en France pour promouvoir son dernier album « Age of the Joker » sortie fin août en Europe et qui a, pour une formation Metal, bénéficié d’une large publicité.

C’est le batteur fou de Scorpions alias James Kottak avec son side-project portant son nom, qui doit ouvrir ce soir. Outre la bonne entente qu’il existe entre les deux groupes, Kottak représente la partie obscure d’Edguy, le Mr Hyde en quelque sorte. D’où son droit de jouer (pour répondre aux interrogations de certains). Le quatuor, célèbre aussi pour avoir compté parmi ses membres une certaine Athena Lee Bass derrière les fûts, qui n’est d’autre que la sœur du grand Tommy Lee. Ces derniers pratiquent un style Rock / Punk Rock aux refrains ensoleillés et aux riffs qui font oublier la grisaille du quotidien. Son leader a le mérite de faire rire toute la salle (moi en premier) avec ses clowneries, et de passer des messages très positifs pour le groupe de tête d’affiche mais aussi pour la France. Coté musique on retiendra au passage « Rock & roll forever » qui permettra à son frontman déjanté de nous dévoiler son dos recouvert de ce slogan. Puis bien sur le langoureux « Holiday », une reprise de Scorpion.

Après cette première partie placée sous le signe de la bonne humeur, Edguy se fait attendre, trop attendre. Pourtant sur scène tout est prêt, notamment l’imposant backdrop à l’effigie de leur dernière pochette, qui au passage est tellement bien reproduite qu’on a une légère impression de relief (non je n’ai pas bu). Les minutes passent lentement et l’impatience commence à être pesante. Jusqu’au moment où le quatuor débarque enfin sur la scène du Bataclan.

Une arrivée d’autant plus triomphante leur est réservée et cela sous une musique suivant le concept de bouffonnerie de leur opus. Ils ont la forme et arrivent à fédérer le public par ces refrains terriblement chantant. Ces fans qui sont nombreux dans cette salle et qui ne ratent strictement rien du show (pour preuve il n’y a quasiment personne au bar).

Edguy est une référence sur la scène Metal Allemande, il compte parmi les meilleurs tels que Gamma Ray, Primal Fear ou Blind Guardian. Soucieux de leur visuel, chaque membre soigne son image côté vestimentaire mais aussi gestuel. D’un point de vu musical, que dire de ces quatre musiciens ? Exemplaires. Je fus pour ma part très impressionné par le batteur Felix Bohnke (malgré son solo un peu long mais que cela déplaise à certain, c’est la tradition) qui à la particularité de pouvoir décourager les jeunes batteurs de ce noble instrument.

Leur Power Metal, rapide et captivant, oscille entre mouvements épiques et passages festifs. Nous auront le droit aux morceaux les plus récents tels que « Nobody’s Hero » (en ouverture) ou « Robin Hood ». Mais bien évidement aux classiques « Lavatory Love Machine » ou « Land of the miracle » (en rappel).

Moment cocasse lorsque, mystérieusement, on n’aperçoit plus Tobias pendant quelque instants et que l’on retrouve finalement quelques instants plus tard dans le fond de la salle. Tout à coup, il s’élèvera majestueusement à 3 mètre du sol à l’aide d’une mini plateforme élévatrice de type Hertz décorée astucieusement pour l’occasion en une sorte de vaisseau spatial (qui s’avère être uniquement un agrégat d’ampoules multicolores, de tuyaux en simili aluminium qui cracheront par la suite des cotillons et d’autres frou-frou-inter-planetaire-fun)

Tonnerre d’applaudissement pour les héros de la soirée qui ont du mal à partir. Tout au long du show, les mots manquaient à Tobias Sammet pour nous montrer sa reconnaissance envers le public français, le lien entre les deux est désormais incassable. Tous les fans repartirons je pense avec leur batterie rechargée à bloc tellement ce type de musique est prenant, voire viscérale. Le Heavy en général, et surtout celui offert par Edguy, agit tel un anti-dépresseur, si si…

 

http://www.myspace.com/kottak
http://www.edguy.net

By Djé.

Leave A Comment