HOT on the rocks!

Spécial Hellfest: Jeudi-Vendredi 14 & 15/06/2012

samedi/16/06/2012
943 Views

On attendait ce week end depuis longtemps, avec une certaine hâte de fouler ce nouveau site. Au vu du plan 2012 on s’attend vraiment à en prendre plein les écoutilles et les mirettes avec du gros son et des gros shows. Les 4 scènes secondaires ont leur propre identité et chacun y trouvera son bonheur. Si vous aimez le Sludge/Stoner allez donc vous faufiler sous la Valley et planez un peu, si vous préférez le Punk/Hardcore je ne saurais que trop vous conseiller la Warzone. Quant aux amateurs de Death ou de Black Metal il y a de la place sous le chapiteau commun pour l’Altar et le Temple. Du côté des Mainstages, côte à côte, ce sera plus éclectique puisque de Turbonegro à Lamb Of God en passant par Blue Oyster Cult on en entendra de toutes les couleurs !

Pour beaucoup de gens le festival a commencé Jeudi soir. Après l’installation du campement on n’a que 2 idées en tête : gros son et boisson désaltérante. Côté son on est gâté avec la crème du Hardcore Chicano parisien : LOCO MUERTE motive les troupes sous le Metal Corner dès 22h. Côté boisson, ce sera Grimbergen ou Kro pression.
Le vendredi matin on découvre le site vraiment soigné côté déco, structures en métal façon Steampunk un peu partout, une cathédrale en tôle gigantesque, des lampes géantes… bref, ce qu’on découvre aussi, ce sont les groupes qui inaugurent ce Hellfest. Rendez-vous sous l’Altar, où TREPALIUM nous réveille en douceur avec son set sans faille qui attire déjà pas mal de monde. Pendant que BETRAYING THE MARTYRS se dandine sur la Mainstage II, TREPALIUM nous régale avec son cover de Pantera : « I’m Broken ».
C’est donc tous bien mis en jambes qu’on se dirige vers la Mainstage I pour savourer 30 minutes du Power Metal aux accents Thrash d’ALPHA TIGER. Toujours pas grand monde devant les scènes principales, malgré le soleil qu’on espérait plus.
Il va falloir attendre le combo français BUKOWSKI / BLACK BOMB A s’accaparant les 2 Mainstages à partir de 12h15 pour voir les gens se rassembler. On a pu sautiller sur les hits des BUKO tels que « Pillbox », « Carnivorous » ou encore « Midnight Son » tiré de leur dernier album éponyme. BBA ouvrent avec les premiers pogos sur des titres qu’on connaît bien, « Mary », ou« Come On Down » de leur dernière perle « Enemies Of The State ».
La tension redescend sur la scène principale alors que LIZZY BORDEN entre en scène tandis que certains accourent sous le Temple où SOLSTAFIR balance son Black atmosphérique aux accents Vikings. Le temps de prendre une bière fraîche et voilà que STREET DOGS déboule sur la Mainstage II. Et c’est parti pour 40 minutes de chants punk oï voir celtiques que le public scande en chœur. Changement de Mainstage, changement de style avec MOLLY HATCHET où l’ambiance est plus Southern Rock. On change de scène à 17h30 pour voir la prestation d’ORANGE GOBLIN à la Valley, bon gros Stoner Rock qui dépote, qui s’accorde au temps ensoleillé de ce début de soirée.
Une heure après on a RDV avec GOTTHARD sur la Mainstage I, le groupe suisse n’a rien perdu de son talent et cela se voit : un public aussi attentif que réjoui profite de cette nouvelle formation et sa prestance scénique. A mi set je me dirige avec difficulté sous le Temple où s’écorche SHINING, devant une foule littéralement en transe, à peine pu voir la scène, mais le son planant transporte malgré tout.
Retour à la Mainstage avec une des têtes d’affiche de cette première soirée : TURBONEGRO ! La fiesta s’annonce joyeuse puisque le groupe nous a préparé un set bien trempé avec des morceaux comme « Get It On », « Wasted Again »…
Et à partir de là s’enchaînent des groupes plus doués les uns que les autres, dans leur domaine. On commence avec LYNYRD SKYNYRD et leur fameux « Sweet Home Alabama », on a même droit au fameux solo de 8 minutes de « Free Bird » qui n’est pas là pour déplaire au public qui attendait avec impatience cette prestation !
Le temps de changer de Mainstage et on se retrouve devant une déferlante de joie et de bonne humeur celtique avec DROPKICK MURPHYS. Les américains mettent tout le monde d’accord : on saute et on chante à tue-tête bras dessus-bras dessous avec son voisin ! Très bon concert qui se termine avec un sourire énorme sur tous les visages !
Malheureusement ça ne va pas durer longtemps puisque enchaîne MEGADETH et LA grosse déception de la soirée. Le groupe vieilli et cela se ressent, les solos de « Hangar 18 » sont bâclés, les notes longues Mustaine ne les tient plus ; bref, on aurait presque hâte de passer à autre chose.
Comme aller voir OBITUARY qui joue sous l’Altar par exemple : là aucune déception possible, les morceaux sont bien en place et d’une efficacité rare.
Le set d’une heure je l’ai trouvé un peu court, surtout quand on retourne sur la Mainstage avec KING DIAMOND après une telle performance. Il faut dire que pour son seul et unique concert en Europe (hors pays scandinaves), on pouvait tout attendre du Roi. Hélas, il a perdu de son panache et sa voix ne vaut évidemment pas celle des premières années.
Qu’à cela ne tienne, la programmation riche de cette édition nous offre un nouvel échappatoire : le Temple qui accueille un groupe au son, lourd et pesant : les Vikings d’AMON AMARTH. Les Suédois frappent fort avec une belle prestance et des morceaux qui nous replongent en adolescence tels que « Pursuit of Vikings », c’en fut presque émouvant. Ce premier jour en Enfer s’achève comme il se doit, sous la pluie, du son plein les oreilles et de la bière plein l’estomac.

Leave A Comment