HOT on the rocks!

In Cauda Venenum / Heir / Spectrale – Split

lundi/19/12/2016
1 029 Views

spectrale

 

Groupe: In Cauda Venenum / Heir / Spectrale

Album: Split

Date de sortie: 18/08/2016

Label: Emanations

 

 

Que faire de cette reprise d’OST ? Comment intégrer ces morceaux acoustiques dans un contexte black metal ? Si les splits servaient à l’origine à partager les frais, deux groupes prenant chacun une face d’un même vinyle ou d’une cassette, nous avons ici plutôt à faire à un espace de liberté. Spectrale, Heir et In Cauda Venenum mélangent les pistes et les ambiances. Le choix de ne pas séparer les parties de chaque groupe peut dérouter, mais des exemples cultes tels que le split d’Emperor et Thorns viennent à l’esprit.

Effet principal de cet agencement, Spectrale semble plus s’occuper de l’intro et des interludes que de s’exprimer en son nom propre, ce qui ne rend pas justice à sa musique. Le groupe opère en effet dans une veine acoustique et ambiante, au milieu de deux groupes de black metal. La disposition et certaines ambiances évoquent les excellents interludes de Necros Christos, mais aussi des formations purement acoustiques comme Six Organs of Admittance.

De leur côté, les Toulousains de Heir officient dans une veine Black Metal assez fouillée. Le morceau Descent rappelle ainsi, chose rare, des accents de Bethelehem. Avec trois titres et la part du lion du split, le groupe alterne ambiances décalées et explosions plus intenses. Il soigne décidément ses enchaînements et ses structures

In Cauda Venenum ne fournit pour sa part qu’un seul titre, certes le plus long du disque, et se lance dans une reprise tirée du thème de Laura Palmer de la série Twin Peaks. Un choix assez osé, on se souvient au passage que Fantomas avait réinterprété avec succès un autre morceau de la BO de Twin Peaks, le film cette fois-ci, dans The Director’s Cut. Les Lyonnais ont fait appel au violoncelliste Raphaël Verguin et, malgré un léger surmixage de l’instrument, la collaboration aboutit sur une piste planante et réussie.

Laura Palmer se retrouve jusque sur la pochette, peinte avec brio par Jeff Grimal de Spectrale et de the Great Old Ones. Bref, un artwork décalé, du Lynch, de l’audace et trois formations récentes, ce split sert bel et bien d’espace d’expérimentations pour autant de groupes à suivre.

Leave A Comment