HOT on the rocks!

Interview du groupe Steve’N Seagulls

lundi/03/10/2016
781 Views

Art’N Roll : Pour commencer, peux-tu nous dire comment le groupe a commencé ?

Remmel : Le groupe a commencé en 2010 et je les ai rejoint il y a environ 3 ans. De ce que je sais c’est qu’ils ont voulus créer un concept histoire de tourner et faire une vingtaine de dates en Finlande, d’ailleurs au début cela ressemblait plus à du western spaghettis qu’autre chose mais finalement ça a fini en vrai projet. Et lorsqu’ils ont souhaités changer de chanteur, ils m’ont demandés et j’ai bien évidemment dit oui. A ce moment-là, nous avons enlevés tous les instruments électriques pour les remplacer par les instruments que nous utilisons à présent comme la mandoline ou le banjo.

Il y a 2 ans nous avons fait une vidéo afin de l’envoyer à notre agent en Finlande comme outil promotionnel et la vidéo a rencontré un énorme succès, je pense que cela était un accident mais elle s’est retrouvée sur un site de fan d’Iron Maiden ainsi que d’autres sites, c’est à ce moment-là que le groupe a pris de l’ampleur.

dsc9279600dpi

 

ANR : Même si tu as rejoint le groupe en chemin, sais-tu pourquoi ils ont décidés de ne faire que des reprises rock’n roll ? Venez-vous tous d’une formation Rock ?

Remmel : Notre premier amour à tous est la musique metal et rock’n roll. On l’écoute, on la joue, on la travaille à présent. Nous écoutons aussi d’autres styles musicaux mais celle-ci prédomine sur le reste. Pour le choix de reprises rock, on sait que chaque chanson a été reprise énormément de fois mais ça nous semblait naturel de reprendre des chansons rock. C’est vrai qu’au début le groupe jouait plus de la variété et de la musique pop mais nous nous sommes dit que cette line up était parfaite pour faire des chansons metal.

 

 

ANR : Lorsque vous avez fait la vidéo pour votre agent en Finlande avez-vous pensé un seul instant qu’elle ferait le buzz et qu’elle vous amènerait là ou vous êtes aujourd’hui ?

Remmel : Pas une seule seconde, car on l’a fait pour s’amuser en se disant que ça pourrait nous faire avoir quelques dates supplémentaires en Finlande mais pas plus. Et puis la vidéo devient populaire, des gens nous demande des tee-shirts, les choses sont allées très vite, donc nous sommes encore très surpris de ce qu’il nous arrive mais tellement contents.

 

ANR : Comment se fait le choix des chansons ?

Remmel : Ça se fait toujours un peu de la même façon, quelqu ‘un amène une idée et ensuite on s’essaie sur les morceaux lors des répétitions ou des balances et si ça sonne bien on continue à travailler dessus. Et quand nous avons les bases de la chanson, on la joue sans arrêt et elle rentre dans notre répertoire.

 

ANR : Quelle genre de difficultés rencontrez-vous quand vous commencez à arranger un morceau ?

Remmel : Certaines parties sont importées telle quel mais la base rythmique est une chose et on doit vraiment réfléchir à quel type de rythmique le morceau doit avoir. Je pense que la partie la plus difficile quand on arrange un morceau c’est de décider ce que l’on garde du morceau original et ce que l’on doit apporter de différent, la plupart des morceaux que l’on reprend sont jouables mais avec nos instruments si tu reprends note par note ça ne marchera pas, on doit trouver le bon rythme. La rythmique est pour moi ce qu’il y a de plus difficile.

dsc0172600dpi

ANR : Et ça fait combien de temps que vous jouez de ces instruments ? Ce n’est pas trop compliqué en live ?

Remmel : Pour ma part je joue de la mandoline depuis environ 4 ans, notre joueur de banjo est un guitariste à la base donc il a commencé le banjo à 5 cordes il y a à peu près 5 ans. On s’entraine beaucoup et on essaie de découvrir de nouveaux instruments constamment.

Nous sommes tous très exigeants donc on s’entraine énormément car justement, on veut que nos concerts soient les meilleurs possible, on ne veut pas monter sur scène et paraitre ridicule, nous ne nous prenons pas au sérieux mais nous prenons la musique très au sérieux.

 

ANR : Pour ceux qui ne vous connaissent pas, que devons-nous attendre d’un concert de Steve’N Seagulls ?

Remmel : Je peux promettre que nous faisons de notre mieux pour être très énergique sur scène. Il y aura aussi certainement des surprises, ça sera amusant même si nos concerts ne sont pas des blagues mais ça va être fun.

 

ANR : Parles-nous un peu de la pochette de l’album ?

Remmel : C’est un de nous, assis sur un cheval tel un chevalier, enfin si on peut dire (rire). Pour l’histoire on était dans notre tour van à essayer de trouver une idée et voir quel type de personnage on pourrait dessiner sur la pochette et finalement on a rien trouvé. Et quelqu’un a eu l’idée du cheval et d’un espèce de chevalier.

La photo a été prise à la ferme des parents de notre accordéoniste donc tout vient de chez eux, le seau, le cheval, le décor. Et voilà comment elle s’est faite, aussi simplement que ça.

 

ANR : Vous avez décidé de l’appeler « Brothers In Farm », comment arrive-t-on à trouver un nom d’album pour un album de reprise, cela ne doit pas forcément être évident ?

Remmel : C’est le joueur de banjo Herman qui a trouvé ce nom, il nous correspond plutôt pas mal et ce nom est dans la continuité du premier qui s’intitule « Farm Machine ». On recherchait vraiment un titre qui nous correspondait, il faut dire que nous passons au moins 200 jours par an ensemble donc je pense que cela nous décrit parfaitement.

 

ANR : Avez-vous déjà rencontré des soucis de droits en voulant faire une reprise ?

Remmel : Par chance nous n’avons jamais eu de soucis. Honnêtement je pense que personne ‘a entendu parler de nous, nous n’avons jamais eu de retour des groupes à part Nightwish car ils sont Finnois aussi.

 

ANR : Est-ce que vous envisagez un jour de créer votre propre musique et de faire des albums uniquement avec vos musiques ?

Remmel : Il y a une chanson à nous sur cet album, c’est juste un début, peut-être qu’à l’avenir on fera 2 ou 3 chansons à nous mais on verra. Nous marchons à l’instinct donc on le fera si ça semble naturel. On ne veut pas forcement se précipiter à faire certaines choses. On laisse le futur décider de ce qu’il nous réserve.

 

ANR : Pour finir, as-tu d’autres activités artistiques que la musique ?

Remmel : La musique est ma principale activité, je n’ai pas forcément le temps de faire d’autres choses à coté mais quand nous arrivons un peu à avoir du temps en tournée, avec mon bassiste on adore aller visiter des musées, surtout les musées d’art contemporains. J’aime aussi beaucoup me rendre au théâtre, surtout les pièces contemporaines, comme tu peux le remarquer, j’aime beaucoup l’art contemporain et j’essaie de m’y intéresser le plus possible. Mais pour pratiquer autre chose c’est très compliqué car la musique nous prend tout notre temps.

 

dsc0251600dpi

Leave A Comment