HOT on the rocks!
interview de black river sons (mardi/07/11/2023)
Interview avec Dave Ellefson (mercredi/01/11/2023)
Interview de The Baboon Show (lundi/30/10/2023)
interview de Stubora (mercredi/18/10/2023)
Interview avec Fred de Sleazyz (jeudi/12/10/2023)

Eternal Evil – The Gates Beyond Mortality

mercredi/25/10/2023
117 Views

Eternal Evil
Listentable Records
Date de sortie:27 octobre2023
Note : 16/20

 

Ce jeune groupe de trash metal norvégien influencé par Slayer ou encore Dark Angel s’est formé il y a quelques années seulement. Ils ont enregistré une démo dans le garage du leader Adrian Tobar (chant et guitare solo) avant la pandémie. Chemin faisant, ils ont travaillé dans l’ombre en toute discrétion afin de sortir leur premier album en novembre 2021 intitulé «The Warriors Awakening… Brings The Unholy Slaughter». Le son de ce premier opus reflète parfaitement le son trash du milieu des années 80.

Deux ans après, en incluant tout de même deux nouveaux membres, Eternal Evil évolue vers leurs racines scandinaves dites black metal associé au trash. Leur deuxième album signé chez Listenable records s’appelle «The Gates Beyond Mortality» et sort le 27 octobre.

Une introduction sans parole mène le bal. Celle ci débute sur une mélodie claire et douce, accompagnée par la suite de sonorités sombres et lugubres. Puis, le quatuor enchaîne sur une multitude de riffs assassins boostés par un rythme qui bat la chamade. Le son reste tout de même accessible pour beaucoup d’entre nous. Par exemple, la chanson «Signs Of Ancient Sin» commence par un tempo pour headbanger afin de se faire mal au cou (si on est pas entraîné). La voix de Adrian est tonique, parfaitement calée et balaie les octaves. Ses cris intempestifs sont surprenants et puissants.

Il y a beaucoup d’efforts sur la réalisation de la composition musicale. Les solos sont rapides et complexes, parfaitement exécutés. Les variations successives de rythmes et de mélodies tout au long de l’album donnent un rendu très intéressant à écouter. Par exemple sur le titre éponyme «The Gates Beyond Mortality», on peut imaginer un cross over entre Emperor et Exodus. Accrocheur et fédérateur, «Immolation» est fait pour que tout le monde répète en cœur ce dernier. Ces neuf titres se terminent sur «The Cursed Trilogy», chanson puissante de plus de sept minutes construite comme un bon vieux Iron Maiden.
Je ne suis pas un grand fan du genre, mais j’ai tout de même apprécié cet album. Je le conseille pour quiconque s’y connaît déjà dans le domaine, afin de ne pas être effrayé. Et je pari qu’on va entendre parler d’eux dans le milieu très rapidement ! Seront-ils éternels ? Seul le diable le sait.

Leave A Comment