HOT on the rocks!
Interview de Qamelto (jeudi/04/04/2024)
Interview de Myrath (jeudi/07/03/2024)
Interview de abduction (mardi/19/12/2023)

Hellfest – Samedi 17 Juin 2023 – The Beauty and the Beasts

vendredi/21/07/2023
457 Views

Que le temps passe vite! Nous en sommes déjà à la moitié du festival. J’ai l’impression que je ne suis arrivée qu’hier pourtant. En chemin, depuis mon logement jusqu’au site, j’admire la beauté de cette ville de Clisson que je n’avais jamais visitée. Les années précédentes j’étais trop loin et je n’avais jamais pris le temps. Quel dommage mais je me rattrape 🙂

Ce lieu est magique et c’est réellement une chance de pouvoir avoir un tel paysage couplé à un festival d’une aussi grande ampleur mondiale! Pourvu que ça dure !

Nous nous rendons vers la Mainstage 1 où la foule commence à se former pour accueilli un groupe que j’apprécie particulièrement car, en son sein, se trouve un ami de longue date que je n’avais pas eu la chance de revoir depuis quelques années. Le public est en nombre et interagit facilement avec les avignonnais de SCARLEAN, qui distillent leur metal progressif de façon presque chirurgicale car je sais qu’ils aiment que leur musique soit la plus impeccable possible. Une performance bien maitrisée qui annonce le début d’une journée riche en bonne musique!

Puis la Temple nous appelle vers de nouveaux horizons. Les scandinaves de KALANDRA, et leur style rock/folk attirent en nombre les spectateurs qui se pressent pour écouter la magnifique voix de Katrine Stenbekk. Leur set est saisissant, envoûtant et nous mène pendant quelques minutes hors de nos frontières vers les contrées magiques de la Norvège.

 

EVERGREY va faire son entrée sur la Mainstage 1 donc il ne faut pas perdre de temps. Un petit sprint depuis la Temple et nous arrivons à nous glisser dans la foule qui est déjà dense. Le son est puissant et le jeu de guitare hyper précis mais le public peine à bouger pour le premier morceau, mais commence à se dandiner dès le second « Weightless », la machine est lancée. Les voix se font entendre sur « Midwinter Calls » et les musiciens semblent vraiment contents de ce retour. Un set trop court mais de grande qualité qui en aura ravi plus d’un!

Il est grand temps d’aller se restaurer, nos estomacs crient famine! Une pause à l’espace VIP s’impose car la journée n’est pas finie. Le temps de retrouver la jolie chanteuse d’ABHCAN pour une interview, une petite balade sur le site pour se dégourdir les jambes et nous repartons vers les mainstages.

Nous assistons aux dernières minutes du show d’ARCH ENEMY en attendant PORCUPINE TREE qui est attendu avec ferveur par de nombreux fans. Toute vêtue de bleu, la jolie Alissa fait le job! Une ambiance électrique, avec plein de messieurs en train de baver devant cette beauté acanadienne (rires). Bon trêve de plaisanterie, après un message indiquant au public que les photos et vidéos ne sont pas les bienvenues pendant leur performance, les PORCUPINE TREE arrivent pieds nus comme à l’accoutumée, et lancent leur son rock prog comme ils savent si bien le faire. Les morceaux s’enchainent issus notamment de l’incontournable « In Absentia »(« Blackest Eyes », « Trains », « The Sound of Muzak »,…) mais également de leur dernier album, où j’avoue avoir moins accroché. La foule est aux anges et nous avons passé un excellent moment malgré tout.

A la Temple, nous voilà plongés dans une toute autre atmosphère. Les finlandais de FINNTROLL, que j’apprécie tout particulièrement et que j’attendais avec impatience, offre à mes oreilles toute la musique que j’aime. Ce fabuleux mélange de folk et de black metal, agrémenté de leurs incontournables oreilles de trolls et leur allure de gobelins. Malgré un jeu de scène inexistant, on ne leur en voudra pas pour autant, c’est du FINNTROLL comme on l’aime!

Un détour rapide par le VIP, pour récupérer de quoi se sustenter, et nous désaltérer par la même occasion, un bref coucou aux copains, et hop! direction la Mainstage 1 pour IRON MAIDEN. Je n’ai pas assez de mains pour compter le nombre de fois où je les ai vus sur scène. Malgré mon amour pour eux, je suis déçue par le show…. Bruce Dickinson semble scotché au sol, il ne court plus et ne saute plus comme avant, seul Steve Harris semble en pleine forme bien qu’il ai déjà joué la veille. Les tubes s’enchainent « The Trooper », « Iron Maiden », « Fear of the Dark », « Hell on Earth », j’en passe et des meilleurs. La présence de l’éternel Eddie, un décor à la hauteur de leur réputation, le contrat est rempli comme toujours! Du MAIDEN dans toute sa splendeur mais avec quelques rides…

Nous n’aurons pas beaucoup de chemin à parcourir pour finir la soirée en beauté, surtout pour ma fille qui attend le prochain groupe avec une impatience non cachée! Bien accrochée, à la barrière grâce à un gentil couple qui lui a permis de pouvoir être aux premières loges, le casque bien ancré sur ses oreilles, soudain ses yeux s’illuminent ! Les musiciens de WITHIN TEMPTATION font leur entrée sur la Mainstage 2. Les premières notes de « Our Solemn Hour » raisonnent et la magnifique Sharon fait son entrée, au plus grand plaisir du public. Le décor et la scénographie sont à l’image de ce groupe, beau, efficace, engagé. Les morceaux que tous connaissent par cœur ou presque raisonnent à nos oreilles « The Reckoning », « Angels », « Stand My Ground », »Mother Earth »,… La diffusion sur le grand écran des guests sur certains morceaux tels que « Paradise », le drapeau ukrainien durant « Raise your Banner », les effets pyrotechniques et le vibrant hommage de Sharon à son père décédé, tout s’enchaine et s’accorde si naturellement que cela prouve encore que ce groupe est totalement à la hauteur et son public est toujours aussi présent. Une machine bien huilée et une performance XXL qui a sonné la fin de notre journée de la plus belle des façons!

 

 

 

 

 

Leave A Comment