Audrey Horne live

Chronique de Waiting For The Night – Audrey Horne

lundi/24/02/2020
347 Views

Audrey Horne - Waiting for the Night

Groupe : Audrey Horne
Album : Waiting For The Night
Label : Napalm Records
Date de sortie : 28/02/2020
Note : 17/20

Qui a dit que les Norvégiens n’aimaient faire que du black metal ? Alors oui, Audrey Horne a été fondé par des musiciens issus de cette scène (dont King Ov Hell, bassiste de Gorgoroth, ou Arve Isdal, guitariste d’Enslaved), mais c’est pourtant un groupe de hard rock pur jus ! Un groupe de hard rock mélodique et énergique qui a réussi, en 18 ans d’existence et avec six albums studio au compteur, à développer son propre style, sans jamais chercher à imiter.

Audrey Horne jouit également d’une excellente réputation sur scène, et c’est justement ça qui nous intéresse aujourd’hui, puisque sort le premier album live du groupe, Waiting For The Night (d’après le titre d’une chanson de leur 5ème album, Pure Heavy, sorti en 2014). Un album qui regroupe les meilleurs moments de deux concerts donnés par le groupe norvégien dans leur ville natale de Bergen. Que nous réserve donc ce premier enregistrement live pour Audrey Horne ?

Audrey Horne - Tochie

UN VRAI ENREGISTREMENT LIVE PROCHE DU PUBLIC ET UN SON MAGISTRAL

Quand j’écoute un album live, j’ai envie de retrouver les conditions d’un vrai concert et de me dire « j’aurais adoré y être« . Alors si le mixage se concentre uniquement sur le groupe, c’est souvent très fade et d’un ennui mortel. Audrey Horne semble être du même avis que moi et ça fait plaisir ! Waiting For The Night est un VRAI album live, proche du public. On peut l’entendre chanter, crier, applaudir, vivre le concert à fond quoi, et quand on écoute l’album, on est quasiment aussi enjoué que si on y était. Toschie (chant) prend la parole à de nombreuses reprises pour annoncer les chansons suivantes à la foule, mais jamais trop longtemps pour que ça en devienne chiant. Le seul petit bémol, c’est qu’il parle en norvégien, mais c’est un parti-pris tout à fait respectable et plutôt logique, qui rend le tout encore plus authentique.

Et pour ce qui est de la qualité du son, c’est tout simplement incroyable ! Quand le public se fait plus discret pendant les chansons, on a presque l’impression d’écouter les originales sur les albums studio. J’ai même vérifié sur plusieurs chansons que j’étais toujours en train d’écouter le live et que mon lecteur n’avait pas basculé aléatoirement sur un des albums ! L’équilibre entre instruments et chant est parfait. La batterie dispose d’un son très clair qui nous permet d’apprécier le jeu dynamique de Kjetil Greve, et les solos de guitares sont absolument jouissifs ! Il faut dire que les musiciens maîtrisent parfaitement leur musique, en vrais bêtes de scène rodés à l’exercice.

UN MÉLANGE SURVITAMINÉ ENTRE NOUVEAUTÉS ET TUBES

On ne peut qu’avoir la pêche en écoutant cet album live. L’énergie transmise par la bande de Bergen est dingue et il n’y a absolument pas de temps mort dans ce live. Si la part belle est faite aux chansons issues de Blackout, le dernier album du groupe sorti en 2018, on a aussi le droit aux tubes que sont « Pretty Little Sunshine » et « Redemption Blues » (Youngblood – 2013), « Out Of The City » (Pure Heavy – 2014), ou des chansons encore plus anciennes comme « Sail Away » (Audrey Horne – 2010) ou « Threshold » (Le Fol – 2007). En bref, Waiting For The Night nous emmène faire un joli parcours à travers la discographie du groupe norvégien.

À l’écoute de cet album live, on ne peut que se demander pourquoi Audrey Horne n’est pas devenu un mastodonte parmi les groupes de hard rock modernes, avec son nom bien plus haut sur les affiches des festivals ou remplissant des salles bien plus grandes. Avec un style parfaitement reconnaissable qui n’a jamais essayé de copier ses pairs (suivez-mon regard du coté de l’Australie par exemple …) et son énergie folle sur scène, Audrey Horne est définitivement un putain de groupe de hard rock, et Waiting For The Night est là pour nous le rappeler.

Leave A Comment