HOT on the rocks!
itw de embryonic cells (dimanche/15/11/2020)
INTERVIEW D’ ARKAN (lundi/19/10/2020)
Interview avec Tin-tin (mercredi/14/10/2020)

Metamorphosphoros, split album

lundi/19/03/2018
837 Views

 

Groupes : Precaria, Deathspiral of Inherited Suffering, Dominus Ira
Album : Metamorphosphoros
Date de sortie : 30 mars 2018
Label : I, Voidhanger.

 

 

Quoi de plus logique pour un groupe de Black Metal que de parler de Chute, d’abysse et de purification obtenue par la Mort elle-même ? Ces éléments sont les thèmes principaux du split « Metamorphosphoros », association de 3 groupes très éloignés géographiquement : Precaria (Mexique), Deathspiral of Inherited Suffering (USA) et Dominus Ira (Russie). Le résultat de leur association est un album concept autour de Theion, le feu divin de transformation.

Premier à faire feu : Precaria, avec un son grandiose, voire même grandiloquent. Les paroles en latin et en espagnol évoquent évidemment la chrétienté honnie, le latin de messe et l’espagnol de l’Inquisition espagnole et des conquistadors meurtriers. La voix scande, la batterie est furieusement rapide, les riffs de guitare hypnotiques. Les paroles sont extrêmement évocatrices, narrant un voyage au fond de l’abîme, voyage de mort pour mieux renaître purifié. La Mort, les profondeurs chtoniennes, le Vide sont les éléments du salut. « Traficando los Órganos de la Iglesia » dénonce la religion, plaie de l’humanité et appelle la lumière du Seigneur, mais pas celui que reconnaît le Vatican. Le titre se termine sur une sorte de supplication chantée par une très belle voix féminine. Pour Precaria, le Grand Oeuvre, c’est La Obra Negra Deicida, l’œuvre au noir qui tue Dieu.

Après les 4 titres de Precaria et un son tout en puissance, c’est au tour de Deathspiral Of Inherited Suffering de mettre en musique Theion en trois morceaux. Le propos est similaire donc, avec un style très différent. L’attaque de la batterie est tout aussi rapide, mais on est en terrain plus clinique, plus froid. Deathspiral of Inherited Suffering lorgne vers le Death, quand bien même ses paroles comme celles des deux autres groupes, sont clairement Black Metal. Le trio pose une ambiance avec des changements de rythme, et une guitare sublimée par la reverb’. La voix de Principivm Angvis est un grunt plus que caverneux, parfait pour une descente dans les abysses. La fin de « Ascend to Below », l’Interlude I: “Conitor Kaosendo Somnium” nous perd dans un désert métallique abstrait, pour mieux faire place à la puissance du titre suivant, « Bliss Inferno ». Sur ce titre, deux sortes de voix se répondent, un grunt et un chant hurlé presque clair. Un interlude très doux, « Le Grand Néant » fait le lien avec le 3ème titre, « Breath of Immortality », le plus court de l’album, et le plus lyrique, avec son solo de guitare un peu too much à mon goût et ses nappes de synthés théatraux. Cependant, DIS remplit son office ténébreux sans défaillir en terme de violence.

Troisième partie qui vient mettre en valeur parfaitement les deux précédentes : c’est au tour de Dominus Ira. En intro de « Ashes of Your Faith », cloches et sons dissonnants, puis une voix parlée, grave. Le Black Metal de Dominus Ira est une 3ème variante du genre. Les voix sont torturées, haineuses, les instruments plus bruts pour un résultat viscéral. Quant aux paroles, elles se font encore plus accusatrices d’un dieu qui laisse ses créatures souffrir. Ce dieu lâche sera balayé par la seule présence de l’être qui s’élève de l’abysse. Dominus Ira maitrise son art de distiller le malsain. Pas de pause comme avec les interludes de Deathspiral of Inherited Suffering, ici les changements de rythme n’apportent pas de répit, ils désorientent, apportent une confusion adéquate à l’avènement de l’être qui est décrit. Ainsi, « …Of Coldness » est joué en mid-tempo, mais dans une ambiance si sombre qu’on sait que rien de lumineux ne pourra suivre. Le titre est très complexe, que ce soit en terme de son ou d’émotions qu’il suscite. Il est un final superbe pour l’album.

La pochette signée Elijah Tamu mériterait à elle seule une chronique, tant elle contient de symboles. Les os pelviens, le blé, le crâne ouvert à son sommet, l’être de feu qui regarde le crâne et les mains qui l’entourent… Tant de choses qui résonnent pour un ou une occultiste… Une richesse en miroir avec la richesse musicale de ce split.

Cet album est une réussite technique, et il parvient parfaitement à emmener son auditeur dans le voyage de transformation qu’il annonçait. Le Black Metal sait se renouveler, « Metamorphosphoros » en est un exemple somptueux.

En ligne :
https://www.facebook.com/PrecariaBlackMetal/
https://www.facebook.com/d1soff1c1al/

Liste des titres :
1. PRECARIA – Ritus Primordiales (1:14)
2. PRECARIA – Ex Abyssia (9:09)
3. PRECARIA – Traficando los Organos de la Iglesia (8:29)
4. PRECARIA – La Obra Negra Deicida (6:07)
5. DEATHSPIRAL OF INHERITED SUFFERING – Ascend To Below (6:54)
6. DEATHSPIRAL OF INHERITED SUFFERING – Bliss Inferno / Le Grand Néant (7:13)
7. DEATHSPIRAL OF INHERITED SUFFERING – Breath Of Immortality (5:52)
8. DOMINUS IRA – Ashes Of Your Faith (6:59)
9. DOMINUS IRA – Eerie Subterranean Call (6:17)
10. DOMINUS IRA – …Of Coldness (8:56)

2 Comments

  1. Impressive review for an impressive split album. 😉 Thanks!

    • Thanks ! Great to see you like the review!

Leave A Comment