HOT on the rocks!

Interview du groupe ASYLUM PYRE Février 2013

dimanche/03/03/2013
755 Views

Interview du groupe ASYLUM PYRE – Février 2013

asylum-pyre-fifty-years-later-promo-cover-pic

ANR: Bonjour Asylum Pyre, pouvez-vous présenter aux lecteurs de Art’n’Roll ?

Johann : Bonjour à vous. Nous sommes donc Asylum Pyre, Nous sortons aujourd’hui notre 2ème album « Fifty years Later » sur Massacre Records.
Nous définissons notre style comme « Metal Mélodique » car notre musique a plusieurs aspects (prog, sympho, acoustique, speed, heavy…) et nous n’avons pas trouvé encore l’appellation qui nous va le mieux !
Le groupe existe depuis 2006, nous sommes 6 avec notamment l’utilisation de claviers, un chant lead féminin mais également des interventions de lead masculin.

ANR: « Fifty Years Later » est très axé sur l’écologie et le développement industriel, pouvez-vous m’en dire plus sur la trame de fond de cet album?

Johann : Sur le 1er Album « Natural Instinct ? » sorti en 2009, nous parlions déjà de l’écologie sur 3 ou 4 titres et c’est ce qui ressortait sur la pochette et dans le titre de l’album. Quelques mois après la sortie il y a eu l’échec de la conférence de Copenhague. La conférence qui devait tout changer et n’a rien donné… Et puis j’ai beaucoup voyagé et vu les dégâts de la main humaine un peu partout dans le monde. L’idée a donc germé de développer ces thèmes au cours de l’album. Qui débute par la voix de quelqu’un qui se situe 50 ans après nous, vers 2060. Nous passons ensuite de la fameuse conférence (Dead In Copenhagen), jusqu’à la destruction complète de la planète (Fifty Years Later) en passant par la déforestation (These Trees) ou l’assassinat d’écologiste en amérique du Sud (Just Before The Silence). Quand on en est là on se dit que la chute est proche…

ANR: « Fifty Years Later » est une odyssée dans différents décors, pouvez-m’expliquer ce qui vous a inspiré ces différents paysages?

Johann : Tout d’abord merci pour cette remarque ! Pour ma part cela vient de mes voyages et de mon goût pour les mélanges musicaux des plus extrêmes aux plus softs. Ainsi que d’une envie de faire passer des émotions et d’avoir une musique qui colle parfaitement aux textes (et inversement).
La voix d’Heidi nous a aussi beaucoup aidé à développer ces atmosphères

Sur la pochette de votre premier opus « Natural Instinct », on voit une nature luxuriante, cette fois sur « Fifty years later », le tableau est plus sombre et les arbres dégradés… Est-ce le deuxième volet d’une trilogie dans laquelle la nature finira par reprendre ses droits?

Johann : Les thèmes s’inscrivent dans la réalité. Si nous faisions un 3ème album où la nature reprend ses droits nous serions dans la fiction…
Par ailleurs, nous avons d’autres choses à dire sur d’autres sujets et ne souhaitons pas non plus nous enfermer dans ce thème.

ANR: Comment s’est passé votre collaboration avec Alexandre Chaigne pour la partie artwork ? Un petit mot sur cet artiste ?

Johann : C’est lui qui a également réalisé la pochette de notre 1er album. Il est très talentueux, très à l’écoute et très force de proposition. Que demander de plus ? J

ANR: Dans les remerciements du CD, j’ai vu qu’il y avait Asphodel, coach vocale lyonnaise, quel a été son apport pour cet album ?

Heidi : En effet ! Asphodel est une excellente amie et j’ai travaillé avec elle quelques séances sur certaines techniques de chant sur lesquelles je souhaitais progresser. Elle m’a aidé à « débloquer » certaines choses que j’avais du mal à appréhender. C’est aussi elle qui m’a parlé d’Asylum Pyre lorsque le groupe était à la recherche de sa nouvelle chanteuse ! 😉 On avait aussi pensé la faire participer en tant que guest et puis pour des raisons d’organisation pratique ça n’a pas été possible… Une autre fois peut-être !

ANR: Vous avez joué il n’y a pas si longtemps que ça, la première partie de Doro au Divan du Monde, comment ça s’est passé de jouer avant un groupe de légende comme ça ?

Heidi : L’effet de surprise a beaucoup ajouté à la magie de l’évènement ! La première partie initiale s’étant désistée, c’est 2 jours avant le concert qu’on nous a proposé de rejoindre l’affiche, ce à quoi nous nous sommes empressés de répondre positivement ! Et là, personnellement, j’ai ressenti un mélange d’enchantement divin et de stress ! Le jour J tout s’est très bien passé, le public, qui pour la plupart ne nous connaissait pas et ne nous attendait pas non plus, a été très réceptif et beaucoup de gens sont venus nous rencontrer après notre show. Quant à Doro et ses musiciens ils ont également été très gentils et nous avons pu échanger avec eux à la fin du concert. Une expérience mémorable !

Vince : J’étais assez anxieux de la réponse que les fans de « true hard rock » à notre musique, d’autant que personne ne nous attendait ce soir-là ! Mais les réactions ont été tellement positives et pleines d’énergie, je pense que c’est une preuve de la variété et de l’ouverture d’esprit du public metal en France !

ANR: Quelles sont vos prochaines scènes où les lecteurs et auditeurs pourraient allier l’image au son?

Johann : D’ici à juillet nous allons donner une 12 aines de concerts dans toute la France. (Paris, Lille, Lyon, Bordeaux, Marseille, Grenoble, Nancy, Strasbourg, etc.) dont quelques dates avec Myrath ou Whyzdom. Tous les détails sont sur notre site www.asylumpyre.com.

ANR: Qui est la fille qui vous a servi de modèle sur la pochette? As-tu son numéro de portable, c’est pour un pote chroniqueur…

Johann : Malheureusement c’est une amie imaginaire ! 😉 C’est un peu notre Eddy à nous. (notre Heidi ? 😀 )

Heidi : En tout cas je confirme que ce n’est pas moi, on m’a déjà posé la question! 😀

Vince : Non, je pense qu’il est temps pour nous de le révéler ; c’est moi.

ANR: Avez-vous d’autres passions artistiques en dehors de la musique ?

Johann : Personnellement non même si j’aime faire des photos je n’ai pas les compétences pour en faire un art !
Heidi : La photographie aussi pour moi. Je ne suis pas trop mal équipée et mes sujets préférés sont les insectes et les araignées, en macrophotographie. Je shoote donc beaucoup l’été, c’est aussi à ce moment que j’ai le plus de temps libre !

Vince : La littérature ! J’ai travaillé comme libraire avant de me professionnaliser dans la musique et c’est une fibre qui a – d’aussi loin qu’il m’en souvienne – toujours résonné en moi. A côté de ça, tout ce qui a trait à l’art est une source d’intérêt. Du cinéma à la peinture.

ANR: Petit défi avant de vous laisser: pouvez-vous me vendre Asylum Pyre en 5 mots?

Johann : Puissant, Moderne, Mélodique, Emotions, Variations… Et je rajouterais « français » ! je ne suis pas chauvin ni protectionniste, mais la scène française a besoin de soutien. Nous ne bénéficions pas des mêmes aides et supports que dans d’autres pays. Sachez-le !
A bientôt et Merci !

ANR: Merci !

Leave A Comment