Sticky PostSuffocation, le 20 mai au glazart

vendredi/24/05/2013
819 Views

Rien de tel que de commencer la semaine avec un concert au Glazart! Surtout si c’est pour aller voir mes chers Suffocation!

Arrivée à l’heure (pour une fois … ^^ ) direction le bar pour une petite mousse et la… une faille spatio temporel c’est produite… j’ai quasiment loupé, les deux premières parties,  Fallujah et Havok…Très douée je suis -_- … Note pour plus tard: éviter d’aller sous le fumoir à discuter et boire des bières… (mais pour ma défense c’est pas ma faute! ^^ »)

Heureusement pour moi je n’ai pas loupé mes favoris, Cephalic Carnage et Suffocation!! Et en parlant de Cephalic, c’est justement eux qui vont pas tarder à arriver!

Hop tel un ninja, je me faufile dans la salle! Enfin prête à en prendre pleins les oreilles! Ni une ni deux, les voilà qui rentrent sur scène, et la à peine les premières notes entamées que le public réagi instantanément! Faut dire qu’ils savent mettre le feu ces petits! Ils enchaînent des morceaux plus efficaces les uns aux autres!

John Merryman (batteur) est tout est tout simplement super! (je le sens encore raisonner…!). Sa frappe se mélange sans fausses notes aux doigtés des grateux! Un son puissant, intense, dynamique! Du lourd quoi!  Et que dire de la voix de Lenzig Leal?! Eh bien lui aussi sait envoyer et pousser! Ce n’est pas pour rien que dans le Grind, ils font partie de la top liste! Et chose appréciable quand on les voit, c’est qu’ils sont cool avec le public! Lenzig, hésite pas à balancer des blaguounettes entre chaque morceaux, à inviter des mecs du public à monter sur scène pour se lancer dans la foule (et accessoirement à demander si des gens n’ont de la Marie-Jeanne ahah).

Ils ne se prennent pas au sérieux et sont fun! Ils ont même fait un featuring avec la fameuse Simone Plujijmers (ex chanteuse de Cerebral Bore) sur « Kill for Weed ». Ça envoyait bien!!! Moi j’vous l’dis!!!

Et terminer avec bracelets à clous et masques, dont un en tête de cheval, en guise de costumes,  c’était plus que sympa  … surtout à l’écoute du morceau! Même s’il c’est vrai qu’à la longue, le son des Cephallic peut être assez répétitif, les voir sur scène est tout bonnement un régal! Puissant à souhait!!

Bon ça donne soif tout ça! Hop une petite bière pour me rafraîchir, accompagnée de bonnes bouffées de nicotine (mon poumon droit commençait à réclamer, le pauvre! ). Mais la je ne flâne pas, telle une employée model, je termine de nourrir mon p’tit poumon droit, et file dans la salle.. manque plus que le groupe!

Je suis curieuse, de les voir sur scène… Il faut dire que ce n’est pas Frank Mullen qui sera aux vocales ce soir (pour diverses raisons il ne s’est pas joint à cette partie de la tournée) mais John Gallagher (Dying Foetus)! Comment cette partielle reprise du flambeau va-t-elle se passer? …  Et bien je vais vous dire mes coco, il a parfaitement assuré! Dès les premières notes sur l’ouvreuse, « Thrones of blood » (si ma mémoire est exacte) on sent que ça va être un pur moment! Tout le monde se met à frétiller, des jambes commencent à voler, les têtes se remuent! C’est clair, même sans Franky, Suffocation envoie toujours du lourd! Les titres s’enchaînent, des petits circle, pogo, slam se succèdent les uns après les autres, sans s’essouffler! A un moment, mon regard se pose sur Derek Boyer (basse) lors de « Liege of Inveracity « , il était en train de se prendre le ventilo en pleine face, et avec sa chevelure blonde, j’ai trouvé ça marrant, un peu comme s’il refaisait un remake de L’Oréal: « Suffocation! Parce que je le vaut bien! » (punaise, je me surprend de jour ne jour avec mon humour à deux balles). Les guitaristes (Terrence Hobbs et Guy Marchais) nous assènent de riffs meurtriers!  Sur « Pierced from within » la batterie de Dave Curlos, fait résonner la salle et tout le long John nous balance en pleine face sa puissance vocale et son dynamisme!

 

Malgré tout, (hormis le son des caisses qui, par moment, prenaient le dessus… typique du glazart) l’absence de Frank Muller s’est quand même un peu ressentie, car il a un charisme et une prestance scénique qui lui sont propres et qui font partie de l’âme du groupe… (puis il ne faut pas oublier qu’il est le pionner du Brutal Death!). En tout cas, ce qui est sure, c’est que du début à la fin, la salle (qui d’ailleurs était bien remplie!) n’a pas arrêté de prendre son pied! Du Suffo mélangé à du John Gallagher, ça vaut le détour! Une tuerie ce concert!

 

Leave A Comment