HOT on the rocks!

Sticky PostInterview de Bukowski pour la sortie de Hazardous Creatures

dimanche/05/05/2013
857 Views

bukowski-HCInterview Bukowski

Nouvel album: Hazardous creatures

 

Mathieu Dottel

Fred Duquesne

Julien Dottel

 

Art n’ Roll : Comment c’est passé la sortie de l’album ? (sortie le 15 avril 2013) 

 

Julien Dottel : Hyper mal !

Fred Duquesne : Et bien écoute, plutôt bien. On a eu quelques résultats de la maison de disques, dont un qui est assez exceptionnel pour nous : on est numéro un du top des ventes métal à la FNAC, ce qui n’est pas rien aujourd’hui sachant la difficulté que c’est de vendre des disques.

Alors on sait très bien que c’est pas des milliers de disques non plus, mais c’est quand même un signal pour nous qui est plutôt cool.

JD : Et puis apparemment il plait, on a des retours vraiment positifs sur les critiques de l’album. Très bien ! C’est que le début, c’est tout neuf !

FD : Les mauvaises critiques vont arriver, on le sait très bien…

JD : Faut faire avec…

FD : Il en a toujours et c’est normal, mais pour l’instant on est plutôt confiants.

JD : Dans le marasme actuel, ça part plutôt bien.

FD : On fait quand même de la musique rock n’ roll dans la langue de Shakespeare, en France, fief de la chanson française, j’aime autant te dire que c’est pas des barrières qu’on a, c’est…

JD : des crash barrières ! Attention ! Salvatore Adamo, commence à trembler !

 

ANR : Il y a une release party, c’est ça ?

 

FD : Alors c’est le terme que les djeun’s emploient, très souvent…

JD : … donc on est obligés de l’employer…

FD : … donc une release sortie.

 

ANR : une fête de sortie.

 

FD : Une fête de sortie, c’est ça. Donc une fête de sortie de l’album, avec un petit concert forcément, et puis ce microcosme parisien qui va venir critiquer… Nan, je déconne, il y aura une bonne partie de fanbase, et puis oui, la presse…

JD : ça va très bien se passer ! On prévoit un show dithyrambique…

FD : on est prêts à en découdre !

JD : on a envie de casser des cervicales !

 

ANR : Ah justement, j’ai noté que la première chanson de l’album est assez revancharde !

 

JD : Absolument !

FD : Garde la tête haute ! (Keep your head On, premier titre de l’album). C’est Julien qui écrit les paroles !

JD : J’ai essayé de synthétiser toute la genèse de notre histoire, avec mon frère. Ça fait 18 ans que je fais de la musique et que je me tape avec lui à cause de ça.  Et le refrain c’est ça, pour tous ceux qui n’ont pas cru en nous, voilà on en est là, on a fait un 3ème album, et voilà je suis très content ! C’est ma fierté ! C’est mes couilles sur la table ! Pardon !

 

ANR : Et donc une chanson pour en parler…

 

JD : voilà ! Et en ouverture d’album, c’était pas mal !

FD : Ca, c’est leur côté négatif mais je sais que pleins de gens aiment le groupe de toutes façons.

JD : Oui ! Ah ben je préfère que les gens aiment le groupe !

FD : Ce que je voulais dire, c’est qu’il ne faut pas appuyer sur le côté « revanche »…

JD : Ah non non non !!! Nous on est complètement hippie ! Moi tel que tu me vois, j’ai envie de porter des sandales !

FD : Ben mets des sandales, qu’est-ce que tu veux que je te dise ! Mets-toi les pieds à l’air ! Sois grunge !

 

Arrivée de Matthieu Dotel

 

JD : Tiens viens, parce qu’il faut que tu parles sérieusement !

FD : On en était à porter des sandales !

Matthieu Dottel : Ah !

JD : Quel type de sandales ? Attention !

 

S’en suit un petit échange sur les pieds et leurs magazines…

 

ANR : L’album s’intitule Hazardous Creatures, de même que l’un des morceaux. Ça m’intrigue un peu, j’aimerais bien en savoir plus.

 

JD : J’étais en Australie, je vois une plage merveilleuse, et en fait il y avait un panneau jaune, avec marqué Hazardous Creatures, avec une méduse, un aileron de requin et un crocodile. En gros, fallait pas y aller. Mais c’était superbe. En photo.

MD : Quand il est rentré d’Australie, il nous a raconté cette anecdote. J’ai trouvé ça assez cool et tout est parti de ça.

JD : On a fait une petite acoustique chez Niko, ancien batteur, qu’on salue ! On est partis sur un délire là-dessus : « tiens on va écrire une chanson sur les ailerons de requin ! »

FD : Après, c’est pas un album concept. Il faut forcément trouver un nom de disque, il faut forcément trouver une pochette. Mais tous les titres ne peuvent pas être reliés à ce titre-là en permanence.

JD : C’est une petite « storynette »

FD : Rien n’est caché dans d’autres morceaux…

JD : On est plutôt spontanés.

 

ANR : Et vous avez un titre préféré ?

 

FD : Ben ça dépend, mais en ce moment, c’est Troublemaker. Depuis une semaine.

JD : Sinon, j’aime bien tous les morceaux.

MD : Y en a pas un qui me gave vraiment, sinon de toutes façons on ne l’aurait pas enregistré.

JD : Sur cet album-là on a vraiment choisi 10 titres sur 12-13 qu’on avait et on a épuré avant de venir en studio avec Fred, histoire de pas refaire les mêmes erreurs…

FD : Moi c’est en fonction de l’humeur. Au moment où je me lève je vais avoir besoin d’un titre, au moment où je vais me coucher, d’un autre. J’dirais, au moment où je me lève…

JD : Ya Brothers Forever !

FD : Keep your head on

JD : Keep your head on, Brothers, Troublemaker, tout ce tryptique un peu costaud…

FD : The Maze pour planer…

JD : Shoot first : le matin, moi j’aime bien. Un café et Shoot first.

FD : Alors de 10h à 11h… [Rires] Y en a un pour chaque horaire de la journée… On est bons en marketing nous, hein ? On va placer tous les titres !

JD : J’ai une Twingo 96, bon y a les 4 pneus à changer, mais j’te la fais à 2000 balles !

FD: Ah je savais pas où t’allais en venir ! Comment il va atterrir ? Faites la fête et des interviews le lendemain…

JD : Buvez 9 coupes de champagne…
FD : Ca s’est bien passé ton phoner ?
MD : Oui c’est long.
ANR : C’était pour quel magazine ?

JD : Pieds Mag ‘ !

FD : Jambes Mag’ ! [Rires] Mains Magazines !

JD : Fémur Mag’ ! Péroné Mensuel !

MD : Ongles Hebdo !

 

ANR : Une question pour Fred Duquesne : comment tu es devenu membre du groupe ?

FD : Et bien écoute, c’est un groupe de rock n’ roll qui est venu me voir au studio, pour enregistrer leur album, j’ai dit oui, nous avons fait la bête, nous avons fusionné !

JD : Un chèque, et un couteau sous la gorge ! Nan mais à la base il était producteur, et au final, on s’est carrément lâchés sur les guitares. On s’est dit qu’il nous fallait un 2ème guitariste et il était guitariste, au passage. Tout ça s’est fait très naturellement.

 

ANR : C’est pas forcément habituel qu’un producteur rejoigne un groupe…

 

JD : Nan c’est assez space, ce qui s’est passé. Au final ça nous a paru très simple, c’est pour les autres que c’était bizarre.

FD : Ils auraient pu prendre un jeune !

JD : On cherchait un mec de plus de 42 ans ! [Rires]

FD : C’est vrai que c’était très étrange ! En même temps, comment il s’appelle le mec de Garbage ? Ben c’était un grand producteur, c’était le producteur de Nirvana ! Et ben il produit Garbage et…

JD : Steve Albinos !

FD : Nan c’est pas Steve Albini, mais un truc dans le genre…

JD : Steve Albiniou ! [Rires]

FD : Bref ! Enchainons ! Moi j’avais envie de remettre un peu les gants, eux ils avaient besoin de gants, d’un deuxième gant. Et puis on est là pour se marrer. On espère que ça ira le plus loin possible, qu’on se marre qu’on fasse du rock n’ roll et des bons disques.
JD : Rosny, Bondoufle we are coming !
ANR : Rock Hard vous classe entre Megadeth et Kiss…

 

JD : Ouais c’était pour l’album d’avant. Dans le top 10, et on est numéro 6, mon chiffre préféré !

MD : Ouais c’était mortel ! Après ça reste confidentiel, mais ça fait toujours plaisir. Tu vois Kiss au-dessus, Megadeth en dessous…

JD : et que nous en groupe français ! Et on a été numéro un du top de l’année de Oui FM, devant Linkin Park et Limp Bizkit. Ben depuis je me mets de l’Ambre Solaire ! Indice 30 !

 

ANR : On vous catégorise comme un groupe de stoner, mais quand j’ai écouté l’album, je n’ai pas vraiment compris pourquoi on vous étiquetait de la sorte…

 

JD : Merci ! Ca n’en a jamais été. Ce que les gens ne savent pas, c’est du Black Metal.

FD : Et Laurent Voulzy, c’est… du Death Metal ! Henri Death. Henri Death Metal !

MD : Notre premier album avait des accents stoner, mais nous on ne savait même pas ce que c’était.

JD : Queens of The Stone Age, à la rigueur… Ca nous colle aux basques, on ne sait pas pourquoi.

MD : Et surtout le dernier album n’a rien à voir, et on essaie de s’en détacher parce qu’on se retrouve fer de lance d’un style qu’on ne connait pas.

 

ANR : Et vous vous décririez comment ?

 

JD : C’est du Rock Métal, Power Rock à tendance quand même un peu métallique.

FD : Il y a autant de mélodie qu’un peu d’agressif, des lignes harmoniques simples.

 

ANR : Et pourquoi le nom de groupe Bukowski ?

 

JD : Parce qu’on adore l’écrivain, parce qu’on se reconnaît dans son style de vie. Et Fred est très attaché à la Bourgogne comme nous deux et Bukowski était un grand amateur de Chablis.
MD : Pour être sérieux, on est des grands fans de ces écrits et de son style de vie.
JD : Et on lui a fait un petit hommage, sans aucune prétention. On n’est pas en train de se dire « Attention, on est des poètes ». On est quand même vachement plus en forme que lui !

 

ANR : Et vous pensez qu’il serait fier de vous ?

 

MD : Nan je sais pas.
JD : Nan il nous détesterait parce qu’il détestait tout le monde.

MD : Je crois qu’il n’aimait vraiment pas le Rock ‘n Roll.

JD : Franchement, je pense qu’il serait dégoûté ! Il insultait les Beach Boys…
MD : Mais on l’emmerde parce qu’il est mort !

FD : Si ça se trouve il aimerait bien, tu peux pas savoir !

JD : On se ferait un petit combat et on se réconcilierait autour d’un verre de Chablis !

Bon il y a des côtés de sa vie que je n’aime pas du tout. Sa misogynie, c’était ignoble. Il était quand même extrême comme personnage.

MD : Oui il était odieux, mais bon, c’est ça qui était drôle.
JD : Moui….
MD : Ah bah t’avais qu’à pas t’appeler comme ça, merde ! Attention, il va y avoir conflit là !

JD : Un conflit de connards ! Tiens on se fait un revival d’Apostrophes ! (Emission de Bernard Pivot  à laquelle a participé Bukowski l’écrivain : http://www.dailymotion.com/video/xak48y_bukowski-charles-apostrophes1_webcam#.UYauWUpu8lQ NDLR)

FD : Un conflit de connards !

 

Petits échanges à propos du gros travail de retranscription que je vais avoir à faire après cette interview. Oui, en effet, ça n’a pas été facile, mais très drôle !

 

ANR : Et vous avez beaucoup de dates à l’étranger ?

 

MD : Pour l’instant on a une date en Allemagne, on essaie de monter une petite tournée autour de cette date-là. On est en train de travailler avec des tourneurs suisses et belges…
FD : et allemands. Bon, c’est incertain, parce que c’est pas officiel, mais puisque tu nous parles de l’étranger et que c’est un disque anglo-saxon, bien évidemment, tu penses bien…

MD : et on croise les doigts pour peut-être un plan au Japon. Tout ça, c’est en pourparlers.
JD : Fingers crossed !

FD : Quand tu sors un album en France, même pour un groupe installé, il y a beaucoup de choses à reprendre comme si c’était le premier disque. Il faut refaire les clubs pour peut-être accéder aux grands plateaux…
JD : C’est un cheminement.

 

Nouveau petit délire de conclusion.

Merci à Julien Dottel, Fred Duquesne et Mathieu Dottel de Bukowski !

 

 

Leave A Comment