Motocultor 2019 Jour 1

lundi/26/08/2019
489 Views

Cette année Art N Roll a dépêché pas moins de 4 journalistes et photographe sur les terres bretonnes pour te faire revivre cette édition 2019 du Motocultor.

Pour la première fois dans l’histoire du festival, nous avons droit à une journée supplémentaire le jeudi. Il faut dire que ce jour férié de l’Assomption tombe bien. L’ouverture des portes vers 16 heures permet de profiter du petit festival médiéval qui fait la particularité de cette édition du festival.

L’ouverture se fait comme il se doit avec le néofolk dynamique des Allemands de Corvus Corax, qui captive rapidement le public sur la Massey Ferguscene.

Sous l’autre chapiteau abritant la main stage, une immense avancée laisse penser que nous aurons bientôt droit à l’opéra rock Excalibur. Dommage pour Stille Volk, qui doivent s’arranger avec une grande piste, qui les éloigne du public. Peu importe, le groupe, qui n’a plus foulé la scène du Motocultor depuis 2012, offre un show carré et le dernier album Milharis fraîchement sorti cet été et son titre éponyme ainsi que le très beau « Parmi les Monts oubliés » démontre la maîtrise de ces troubadours modernes.

Une des spécificités du festival Breton est de toujours proposer une affiche éclectique et forcément surprenante. Pouvoir assister à un show d’Alan Stivell, le père du renouveau de la musique celtique française, est déjà une chance en soi. En effet, avec ses 75 ans, l’entendre entonner le célèbre « Tri martolod » et bien d’autres grands classiques est un événement rare qui mérite le respect. Le show de ce soir démontre que la musique conserve la vigueur de la jeunesse !

Le choix de programmer un opéra rock qui fête ses vingt ans en direct, avec deux bretonnes apportant le gâteau traditionnel pendant que le biniou et la foule entament l’air célèbre de « joyeux anniversaire » honore l’ouverture d’esprit du Motocultor. Des remerciements officiels sont d’ailleurs adressés à Yann Le Baraillec, le fondateur et dirigeant du festival, qui monte sur scène.

Ce show spécial anniversaire d’Excalibur draine un certain public captivé par le spectacle digne d’une grande production, avec du feu, de multiples interprètes et bon nombre d’invités. Que dire si ce n’est qu’un tel spectacle reste unique, avec une seconde partie revenant aux origines. Les nombreuses déclamations entre les parties musicales plairont aux amateurs. Quoiqu’il en soit, il faut avouer que les moyens ont été mis pour que la soirée soit une parfaite réussite.

Pour les plus metalleux des festivaliers, il y a en parallèle bon nombre de concerts sur la scène du camping dont par exemple Mars Red Sky qui joueront également le lendemain sur la grande scène, après une courte nuit.

Pour conclure cette première journée inédite, Eluveitie viendra pour mettre tout le monde d’accord. Une parfaite transition en le folk, le celtique et le rock, vers le monde du metal.

Ce groupe, grand habitué de Saint Nolff pour y venir quasiment chaque année, a un show rôdé, efficace, pêchu, démonstratif, flamboyant ! Eluveitie forme une machine digne de l’horlogerie suisse. On peut ne pas apprécier leur côté trop parfait, certains diront trop commercial, mais on ne peut pas s’empêcher d’être admiratif devant le show. Et avouons-le, pouvoir entendre le même soir « Tri martolod » en V.O. par Alan Stivell et terminer quelques heures plus tard sur sa superbe reprise en mode folk metal « Inis Mona » méritait déjà de venir sur place en ce jeudi d’exception !

Motocultor 2019 Jour 1

Leave A Comment