HOT on the rocks!

Interview avec Alessandro Wehrmacht de DAEMONOKRAT

mardi/27/06/2017
1 050 Views

Art N Roll :  Bonjour, tout d’abord, pouvez-vous nous parler de Daemonokrat?

Alessandro Wehrmacht : Daemonokrat s’est formé en 2013, à partir des cendres du groupe Death Black Religio Mortis. Nous devions faire évoluer notre musique en quelque chose qui représentait mieux notre motivation, et notre attitude actuelle. Le résultat a été des compositions plus rapides et plus structurées, en particulier en raison de la contribution récente d’Arconda (ex batteur de Hour Of Penance). Toutes les chansons sont entièrement composées par moi et Necrosplatter. Le line-up actuel est A. Wehrmacht (Voix / Guitare), Necrosplatter (Guitare Lead), Thrash Maniac (Basse) et Arconda (Batterie).

 

ANR : Qu’est-ce qu’un Daemonokrat ? Pourquoi ce nom ?

Alessandro : Le nom Daemonokrat vient de la combinaison des deux mots grecs Daimon (δαίμων, être divin) et Kratos (Κρατος, power). Ensemble, ils ont une double signification : le premier est directement lié à la tradition et à la mythologie de notre patrie en Sicile, enrichi par des figures traditionnelles qui rappellent les satyres, les forces chtoniennes, les titans primordiaux, etc. En outre, Daimon représente pour les Grecs la quintessence de la connaissance, de l’être, des arts comme une émanation divine. Et Kratos est le pouvoir, ou les forces qui gouvernaient à travers ces figures, le moment de la vie et de la religiosité symbolique et ritualiste des hommes. Le second sens est lié à un simple jeu de mots, où le mot Démocratie est connoté négativement en référence à la post-modernité dans laquelle nous sommes tous tenus de vivre, et dans laquelle ceux qui détiennent le pouvoir sont les loges maçonniques et lobbys qui « vampirisent » et asservissent toute forme de liberté.


ANR : La couverture de cet album est vraiment géniale, ça me fait penser à Cthulhu, y a-t-il un lien avec l’album ? Qui est le concepteur ?

Alessandro : Effectivement ! L’œuvre est définitivement centrée sur les thèmes de H.P. Lovecraft. Vous pourrez parcourir les paroles dès que l’album sera sorti ! Le graphiste de la pochette est Necrosplatter (notre guitariste principal et co-fondateur de Daemonokrat). Il est vraiment extraordinaire à la fois en tant que graphiste et musicien !!!

 

ANR : Y a-t-il une histoire derrière « The Scourge of Chaos »?

Alessandro : Des choses plus agressives, rapides et techniques par rapport à notre premier EP « Predators ». « The Scourge of Chaos » a été entièrement enregistré, mixé et produit dans mon studio pendant deux mois (février-mars). Notre intention principale concernant « The Scourge of Chaos » n’était pas vraiment d’inventer quelque chose de nouveau et, surtout, de ne pas en faire un album moderne dans le cadre du Death Metal, mais plutôt de réinterpréter les anciens thèmes (toujours d’actualité) de l’âge d’or de l’ancien Death Metal old school. À la fois dans les textes et musicalement.

 

ANR : Comment s’est passée la collaboration avec Kam Lee? Comment l’avez-vous rencontré?

Alessandro : Kam Lee a toujours été une grande influence pour moi. Bien avant d’entendre le rugissement de Kam Lee, je me suis complètement inspiré de la voix de Barney Greenway dans « Harmony Corruption », et une fois que ce LP a été entre mes mains, j’ai découvert dans la liste des remerciements que Barney s’inspirait de la voix de Kam Lee. Dès que nous avons fini avec les enregistrements de « The Scourge of Chaos », j’ai contacté Kam Lee et lui ai envoyé une copie de l’album. Après quelques jours, il m’a répondu avec enthousiasme à propos de l’album et il s’est proposé lui-même pour une collaboration. Encore aujourd’hui, il y a des personnalités qui aiment et croient en une scène underground même après plus de 30 années d’une carrière honorable!

 

ANR : Peut-on parler un peu de vos influences, pensez-vous qu’il existe encore une place pour le Death Metal old school ?

Alessandro : Nos influences sont vastes et illimitées. La musique est toujours le plus noble de tous les arts, mais en ce qui concerne ce que nous faisons et accomplissons pendant ce temps de notre vie, c’est ce que j’appelle la discipline du Death Metal : Morbid Angel, Slayer, Nocturnus, Carnivore, Terrorizer, Bathory, Napalm Death, Nation funéraire, Revenant… Effectivement! Il y a toujours de l’espace pour toutes les anciennes écoles, car il faut toujours regarder en arrière pour continuer à avancer dans le futur. C’est mon point de vue.

 

ANR : Votre premier EP « Predator » a été publié en Ukraine et en Russie, pourquoi?

Alessandro : Nous n’avions aucun lien contractuel avec un label, alors nous avons décidé de sortir l’album aussi vite que possible. Il a également été diffusé aux États-Unis par Tridroid Records sur K7.

 

ANR : Comment se porte la scène du Metal extrême en Italie?

Alessandro : Il y a beaucoup de groupes en Italie qui méritent aujourd’hui l’attention. Certains d’entre eux sont: Haemophagus, Zora, Dominhate, Maze Of Sothoth, Valgrind et … Daemonokrat LOL :). Le métro vit grâce à de telles réalités.

 

ANR : Comment voyez-vous l’avenir de Daemonokrat?

Alessandro : Nous avons encore beaucoup à dire ….

 

ANR : Pensez-vous qu’une tournée en dehors de l’Italie sera possible?

Alessandro : Je suis sûr que oui et nous l’espérons assez vite !

 

ANR : Vos derniers mots pour vos fans et vos futurs fans?

Alessandro : Tout d’abord, j’aimerais remercier tout le personnel d’Art N Roll pour le temps et l’espace offerts et un grand merci à tous les supporters de Daemonokrat !!! Cheerz !!

THRASH THE UNTHRASHABLE !!!

 

Leave A Comment