Stick To Your Guns, Deez Nuts – Glazart, 7 mai 2015

samedi/09/05/2015
919 Views

Stick To Your Guns, Deez Nuts, Trash Talk et Being As An Ocean
Glazart, 7 mai 2015

Arrivée au Glazart vers 19h, le set de Being As An Ocean a déjà commencé. Le chanteur est dans la « foule », enfin au milieu de la quinzaine de personnes qui composent le public. Les autres sont encore dans le métro, ou à la Plage pour profiter de l’happy hour.

Le groupe ne me convainc pas trop. Selon leur description, il s’agit de Hardcore mélodique. Ça doit être le mélodique qui ne me plait pas alors… Ça doit convenir aux minettes probablement. Les changements de rythme sonnent artificiels à mes oreilles, et la deuxième voix fait vraiment trop Emo.

Deuxième groupe, changement radical ! Trash Talk nous demande de nous rapprocher pour nous prendre la correction qu’ils nous réservent. Après tout, ils ont fait tout le chemin depuis la Californie, on peut bien faire quelques mètres jusqu’à la scène ! Ils nous font quand même un peu patienter avant leur set. Malheureusement, si le groupe assure dès le début, le public n’est pas à la hauteur en terme d’énergie, et ce, malgré les boulets qui cognent dans tous les sens en dehors de la fosse. Trash Talk nous balance ses morceaux et on trépigne ! C’est chaotique, énervant, frustrant à l’image de « Well of souls » et ses paroles : « Shoot me suck me stab me fuck me ». Une version longue de « Sex and violence » en quelque sorte ! Enfin, une version longue… de moins d’une minute!

Spencer Pollard, le bassiste, descend dans la fosse, quelqu’un lui descend obligeamment son pied de micro le temps d’un morceau. Il y a une sacrée différence entre la grande majorité de l’audience, très très statique, et les agités de la fosse qui s’envoient force mandales. Trash Talk finit avec un Lee Spielman qui laisse le micro au public pour un slam option « je m’accroche aux rails des lights » !

Troisième partie du concert, Deez Nuts ! Dans le public qui redevient bien compact, les bras se tendent et se balancent façon cailleras. Leur Hardcore se teinte de Rap et sonne un brin comme Body Count. Le gratteux soutient le chant façon virile ! Le public est beaucoup plus réveillé et se lance dans des slams assez impressionnants. On dirait un entrainement de gym ! Slam roulade, slam roue, slam fautrage ! Beau moment quand les Australiens reprennent le titre historique de Hip Hop, « The Message », de Grandmaster Flash and the Furious Five! « Band of Brothers » clôt leur show, et le public rejoint sur scène !

Et c’est Stick to your guns qui déboule avec une gouache dingue! La première question que je me pose : « est-ce qu’ils tiendront la route pendant le reste de leur set? ». En tous cas, ils sont convaincants! Seul (gros) bémol : le chant énervé qui passe en voix claire beaucoup trop mélodique. Mais pour le reste, franchement,ça vaut le détour! Les 3 groupes précédents pouvaient paraitre un peu trop éclectiques, Stick to your guns vient faire le lien entre tous pour un mélange au rendu tellurique! Tous, hipsters, skaters, metalleux et autres lolitas goth un peu égarées, sont totalement convaincus par la prestation qui a finalement tenu la route jusqu’au bout!

Leave A Comment