The Losts – « Mystery of Depths »

jeudi/29/04/2021
229 Views

Auteur : The Losts

Titre : Mystery of Depths

Label : Autoproduit

Sortie le : 7 mai 2021

Note : 15,5/20

« A Dunkerque, 28 mai – 2 juin 1940, Ce n’est plus la ville que j’avais connue… C’est la démolition partout… La gare est anéantie. Les docks sont en flammes. La question est d’embarquer car nous sommes encerclés… Nous longeons la plage, toutes sortes de choses la couvrent : des cadavres de noyés, des torpilles échouées, des bateaux et une foule de soldats qui cherchent à échapper… Nous passons la nuit dans une petite cabane. Les 77 allemands bombardent et la cabane est secouée. L’ordre arrive. Rembarquement à Dunkerque. Départ de Malo à 11 h 30. Tout autour de nous, c’est la ruine et la mort… Il faut avancer presque en rampant. Les blessés appellent au secours, ils nous tendent les bras. On ne peut pas s’arrêter, il faut passer… ».

La lecture des notes de pochette est occasionnellement utile. Notamment celles de « Mystery of Depths », le deuxième album de The Losts qui sort ce 7 mai 2021 en partenariat avec Ellie Promotion et Seasons of Mist Distribution. Où figure ce texte en dernière page, une missive d’un soldat du nom de Pierre Callipel. « The Sand War (May 1940) », l’ultime des douze morceaux, est dédié à sa mémoire ainsi qu’à celles « de milliers d’anonymes ». Après courte recherche sur la toile, aucune trace de Pierre Callipel, si ce n’est que beaucoup de personnes de Dunkerque et du Nord de la France (d’où proviennent les membres de The Losts) portent son patronyme. Rares sont actuellement les efforts de mémoire (de mémoire, non de repentance) dans le milieu artistique français ; et tout aussi rares les morceaux metal ou assimilés évoquant la guerre, sans se complaire dans le folklore guerrier ou militaire (aux exceptions notables de « 1916 » de Motörhead ou de « One » de qui-on-sait).

« The Sand War » parle de la bataille de Dunkerque, de cette abominable débâcle sur la plage et de cette ville dévastée. Comment ne pas penser à « Barbara » de Prévert ? Et à toutes ces cités et existences anéanties lors des combats de 1940 et de 1944-45 (Brest mais aussi Royan, Caen, Le Havre, Lorient, etc…). Musicalement, nous n’avons affaire ni à Montand ni à Reggiani mais à un hymne hard & heavy à la teinte gothique, une composition de bonne facture à la production sans chichi (voire grisâtre, mais cela colle avec le propos du groupe), un chant épique en anglais, qui s’achève par la lecture de cette lettre désespérée. Nonobstant une sympathique diversité, les onze pistes précédentes sont du même tonneau : the Losts pratique un « dark heavy metal mélodique » aux influences « black, doom et rock » (dossier presse). « Mystery of Depths » est effectivement un disque de true heavy metal, quelque part entre la NWOBHM, le hard US des années 1980 et certains trucs BM (on pense ici au « Leave no Cross Unturned » de Darkthrone). A la fois ludique et sombre, et qui ravira les hardos.

Leave A Comment