Interview avec James de Mason Hill

mercredi/31/03/2021
135 Views

Art’N Roll: Pour commencer, peux tu me présenter MASON HILL?

James: MASON HILL a commencé avec Scott et moi car on est très bons amis depuis le lycée. Je joue a la guitare depuis l’âge de neuf ans et Scott joue aussi depuis très longtemps également donc nous avons commencé assez naturellement à monter des groupes ensemble.
En grandissant, on a réalisé que l’on souhaitait se réinventer et faire de la meilleure musique. Notre premier groupe s’appelait BLACK VELVET, ce n’etait pas le meilleur nom de groupe, je le conçois mais nous étions jeunes. On a participé à cette battle de groupe et on a fini par gagner pour l’Ecosse.
Il y avait plusieurs régions qui participaient comme l’Ecosse, le Pays de Galle et certains pays d’Europe comme la France, l’Espagne ou encore l’Allemagne.
On s’est donc retrouvés à Londres pour représenter l’Ecosse dans une des salles les plus grandes dans lesquelles nous ayons pu jouer jusqu’à présent.
On était vraiment excités d’être là mais on était des jeunes de 17 ans, on est rentrés chez nous remplis d’humilité et avec une vraie envie de se réinventer car ce fut une super expérience mais nous n’étions clairement pas au niveau. C’est là que nous nous sommes dit, qu’il nous fallait un nouveau groupe.
Six mois plus tard, nous construisions MASON HILL.

ANR: Vous vous apprêtez à sortir votre album, on a eu la chance de découvrir la chanson « Against The Wall » qui cartonne déjà, comment te sens tu ?

James: C’est toujours un peu stressant de faire découvrir ses nouveaux morceaux aux gens car on a toujours l’appréhension de savoir si ça va plaire ou pas.
On a gagné pleins de nouveaux fans grâce à cette chanson donc nous sommes très heureux.
Elle a permis de présenter le nouveau style de MASON HILL car quand on a commencé avec notre seul et unique EP, c’était très classic rock, ce qui n’est pas une mauvaise chose mais avec le temps on a changé, on a muri et « Against The Wall » représente bien le style de MASON HILL aujourd’hui.

ANR: « Against The Wall » est également le nom de votre album, pourquoi l’avoir choisi ?

James: Pour quelques raisons. Tut d’abord, il y a une vraie différence entre le premier EP que nous avons sorti en 2015 et faire un album complet six ans plus tard.
On a rencontré beaucoup de hauts mais également beaucoup de bas et ça n’a pas été facile d’arriver là ou nous en sommes aujourd’hui. Cela prend du temps de trouver les bonnes personnes car on ne cherchait pas de simples musiciens, on cherchait par exemple une personne derrière sa guitare et on avait besoin d’une bonnes personnes et d’un bon musicien en même temps pour que ça marche.
on a même réussi a signer un label qui était génial à l’époque mais avec le temps on a découvert petit a petit l’industrie musicale et on s’est aperçus que nous n’étions pas fait pour travailler ensemble. On a donc décidé de repartir de notre coté, cela a retardé l’avancé de nos projets et ensuite il y a eu le COVID 19 qui a bousillé 2020 et à présent 2021.
« Against The Wall » pour nous représente un peu les situations que nous avons rencontré mais aussi un peu la situation que tout le monde ressent aujourd’hui car nous sommes un peu tous aux pieds du mur.

ANR: En parlant du covid 19, est ce que cela a changé vos habitudes en tant que musiciens et en tant que groupe ?

James: Cela n’a pas changé grand chose. on a l’habitude de commencer a écrire avec la guitare, ce dont je suis en charge et ensuite je l’envoi à Scott le chanteur. Ensuite il réfléchit a des idées de sujets qui nous parlent a tous les deux. On fonctionne beaucoup en binôme car j’aime l’idée qu’il apprécie ce que je vais proposer car ça me motive a continuer.
Ensuite, nous rentrons en studio et on joue le morceau tous ensemble et on discute de ce qui va et ne va pas.
Avant, il nous arrivait même parfois de jouer directement en live pour voir la réaction des gens, c’est un bon indice pour savoir si c’est bien ou pas.
Tout ça pour dire que le covid ne nous a pas affecté plus que ça au niveau de la composition car on a tout à la maison pour continuer à créer de la musique.
Cette situation ne nous a pas inspiré plus que ça non plus car toutes nos chansons ont été écrites il y a un an car nous étions supposés sortir l’album bien avant mais on a pris du retard à cause du covid.

ANR: Vous avez choisi de commencer et finir l’album avec le même morceau, pourquoi cela ?

James: A l’époque, quand nous avions le droit de tourner, on s’était dit qu’on voulait que nos concerts commencent avec une intro afin que ça ait plus d’impacts quand on arrive sur scène, on a donc voulu reproduire cela sur l’album. Ensuite, on s’est dit que ça serait sympa d’avoir ça aussi à la fin et on a fait un genre de version fantôme, une version plus mystérieuse. Pour moi qui suis un grand fan de musique je n’ai jamais entendu ça donc on s’est dit que ça pourrait être fun.

ANR: Peux tu me parler de cette identité visuelle que vous avez crée?

James: On ne peut échapper au visage avec la croix sur la bouche. En tant que groupe nous avons traversé pas mal d’épreuves que nous ne sommes en pas mesure d’expliquer dû à la façon mystérieuse dont l’industrie musicale fonctionne.
Et comme on ne peut pas en parler, on s’est dit que le mieux à faire serait de mettre une image à la place.
Cela nous a également permis de marquer le groupe en quelque sorte car ça change de ce que tu trouves habituellement sur les pochettes d’album des groupes de rock.
Concernant la couleur, on a juste voulu se démarquer de l’habituel noir que tu vois sur les pochettes et on a décidé de se tourner vers une couleur qui pète et pas forcement esthétique. On a donc cherché la couleur la plus tape à l’œil et voila le résultat.
On s’est dit que ce jaune que ce soit sur internet ou en boutique allait attraper l’œil des gens.

ANR: En mettant de coté le covid, quels sont les projets du groupe ?

James: Quand tu fais de la musique ton activité principale c’est de tourner et le fait de ne pas pouvoir le faire en ce moment est vraiment dur.
Donc pour le moment on essaie de rester motivés et actifs sur les réseaux.
Mais le vrai projet c’est qu’une fois que l’on pourra on retournera sur la route car on a perdu plus d’un an et on est décidés à rattraper le temps perdu.

ANR: Je te laisse le mot de la fin.

James: Tout d’abord, je tiens à te remercier pour ton temps.
Pour ceux qui ne connaissaient pas MASON HILL auparavant, j’espère que vous avez apprécié. On espère venir vous voir très rapidement.
En attendant, prenez soin de vous.

 

https://www.masonhillofficial.com/home

Tags
,

Leave A Comment