Hellfest 2014 : interview de Temple of Baal, 21 juin

jeudi/24/07/2014
673 Views

AnR : Pour commencer, comment ça s’est passé ce matin ?

Amduscias : Ça s’est bien passé, l’équipe était super carrée, c’était très minuté, vraiment bien organisé et puis un bon accueil du public, en plus il commence à y avoir du monde à cette heure-là donc on est assez satisfait. Sur scène tout s’est déroulé comme il fallait.

 

AnR : C’était le premier Hellfest pour Temple of Baal, vos impressions ?

Amduscias : Pour être honnête, j’ai jamais vraiment le trac, aujourd’hui j’ai eu un petit coup de stress un moment avant de monter sur scène mais pas énorme, c’est plus après quand on redescend de scène que toute l’énergie est redescendue.

 

Arkdaemon : Le vrai stress vient du fait que tout est minuté, donc que tu n’as pas le droit à l’erreur. Le stress vient plus du fait d’être sûr que tout est parfaitement en place.

 

Amduscias : Oui effectivement le côté technique est angoissant  mais le coté public ne me stresse pas du tout, on est là pour ça.

 

AnR : Vous jouez au Hellfest suite à la sortie de votre album « Verses of Fire », pour commencer, pouvez-vous nous en dire plus sur le titre de l’album ?

Amduscias : Temple of Baal est un groupe que je qualifierais de religieux, notre concept même est porté sur le black métal, il y a donc une forte présence de l’ésotérisme et de la religion. Les versets de feu ce sont les versets lucifériens. Je considère Lucifer comme celui qui apporte la connaissance. A l’origine quand on regarde la genèse, Adam et Eve avant de croquer dans la pomme, donc d’avoir succombé à la tentation du serpent, ils sont maintenus dans l’ignorance par un dieu qui leur empêche d’accéder à la connaissance donc Lucifer apporte la connaissance et il est aussi lié à l’élément de lumière, il est aussi un dieu païen même s’il a été dépeint sous la forme d’un démon. Comme il apporte le feu, les flammes, pour moi tout est lié et c’est un message luciférien.

 

AnR : D’où vous vient cette passion pour l’ésotérisme ?

Amduscias : J’ai toujours un côté mystique même quand j’étais gamin, j’ai toujours senti une autre dimension, un autre monde, une sorte d’au-delà qu’il est difficile de définir, donc on met des mots dessus comme par exemple Satan ou encore Lucifer mais c’est juste une façon de s’approprier cet au-delà. J’ai toujours été attiré par cette dimension des choses, j’adore me promener dans les églises, j’ai vécu  longtemps en Égypte et j’ai visité quasiment toutes les tombes de l’Égypte ancienne et j’ai même eu accès à des sites qui était même fermés aux touristes donc quand tu es gamin et que tu vis ça, ça marque !

 

Arkdaemon : Le culte c’est ce qui est caché, et chercher à approfondir le culte c’est chercher à approfondir la connaissance, essayer de transcender ce que la religion essaie d’imposer sur la population.

 

AnR : Parlez-nous un peu de l’accueil de l’album ?

Arkdaemon : On a eu un excellent retour des médias, les chroniques étaient dans l’ensemble très bonnes.

 

Amduscias : Ça nous a ouvert les portes du Hellfest donc ce n’est pas négligeable ainsi que celles du Motocultor qu’on va faire le 15 aout. On a joué il y a peu de temps en Allemagne  donc effectivement ça nous a permis de faire des concerts intéressants et c’est pas prêt d’être terminé car on a des choses qui sont en train de se préparer mais pas encore confirmée. A priori, on devrait avoir une ou deux opportunité intéressantes dans les mois qui viennent. On est très fiers de cet album, on a vraiment beaucoup travaillé, on s’est vraiment creusés la tête, on a essayé d’approfondir les choses, d’écrire des titres plus longs, plus élaborés, travailler les arrangements.

 

AnR : Il s’est écoulé 4 ans entre le dernier album et celui, pourquoi avoir attendu aussi longtemps ?

Amduscias : C’est vrai que c’est long mais entre-temps on a enregistré un split album avec « Ritualization ». Après, c’est qu’on prend notre temps sur la composition, on travaille beaucoup en répétition, on essaie de construire les morceaux un maximum entre nous. Il y a eu aussi le départ du guitariste, et même avant de partir il n’avait pas beaucoup de disponibilités, donc ça retarde les choses. L’album en lui-même, il a été composé quasiment entièrement 1 an avant sa sortie. Après une fois qu’il est composé, ce n’est pas tout ça, mais il faut répéter énormément, chercher à approfondir les arrangements. Il y aussi le fait que nous ne sommes pas un groupe qui nous fixons des impératifs commerciaux, on fait les choses par passion, donc notre but c’est d’être satisfait à 100% et de ne pas regretter certains passages par exemple. En plus, on n’en vit pas donc on n’est pas liés par l’impératif d’une sortie discographique pour assurer notre gagne-pain. Ca a aussi des inconvénients car du coup ça peut nous handicaper sur le fait par exemple de trouver des dates mais bon, c’est comme ça, on est quand même contents.

 

AnR : Les splits que vous faites, c’est principalement avec des amis ?

Arkdaemon : Oui la plupart du temps, c’est un format qui laisse pas mal de libertés, on peut se permettre des choses un peu plus directes. Ça nous permet de tenter des choses avec des gens qu’on apprécie et qui ont notre univers musical. On ira pas faire un split avec des gens qui n’ont rien à voir avec notre musique, ce serait ridicule autant musicalement que concernant le concept du truc, ça ne serait pas cohérent.

Amduscias : On a fait pas mal de splits, j’y suis pas attaché à 100 %, on en refera peut être dans le futur mais ça dépendra plus des envies et des opportunités. Il faut vraiment que ce soit avec un groupe avec qui on s’entend bien.

 

AnR : Pour finir, les projets du groupe ?

Arkdaemon : On en a 2 principalement, finir la création du prochain album, faire le plus possible de concerts et développer des dates à l’étranger.

Leave A Comment