Motocultor jour 3

dimanche/06/11/2016
500 Views

Bongzilla:

Les gars du doom/stoner US bien high provenant du Wisconsin arrivent un peu comme à la maison sur scène. Pas de pression. Dresscode oblige: casquette, t-shirt noir et jean pour tous! On se croirait presque dans un petit rade au fin fond d’un coin paumé des USA à l’ambiance bien redneck.

 

Le quatuor commence par nous jouer les morceaux bien lourds tant attendus avec « Grim Reefer » et « Stonesphere ». Ces derniers restent relevés juste comme il faut par la voix ultra éraillée de Mike qui ne lâchera pas sa fumette pour sa guitare. Le public semble très réceptif aux riffs bien chargés et à la lenteur de chaque note ainsi qu’aux raisonnements massifs de la batterie de « Magma ».

motocultor-83-bongzilla

C’est un sans faute, ces mecs sont bien déterminés à nous livrer l’apologie du cannabis sans retenue.

 

Soulfly:

Contrairement à ses dernières prestations qui avaient un peu déçu nos plus gros fans, on retrouve ici un Max plutôt en forme, avec beaucoup de gniak et l’envie de nous faire revivre l’apogée de Roots (Cover de Sepultura) et Primitive.

 

En effet on se retrouve directement au cœur du sujet ! L’ami Cavalera, accompagné de sa descendance, partage sa folie du rythme des tam-tams en sollicitant sans relâche le public pour créer un beau circle pit en hurlant « Destroy this place ».

motocultor-90-soulfly

Question setlist, les brésiliens démarrent fort pour faire immédiatement rentrer le public en transe en lançant le tube planétaire « Resuse/Resist ». S’en suivent alors les titres les plus connus comme « Arise Again », « Prophecy », « Blood Fire War Hate » et bien sûr «  Roots Bloody Roots ». Le résultat ne s’est pas fait attendre bien longtemps : très vite, le public est enflammé! Il se déhanche, jumpe et chante en cœur avec notre vieux chanteur. On relèvera pour l’avant-dernier morceau un bon cover de Naplm Death « Your Suffer ».

Ministry:

Ce groupe, je l’attendais avec impatience!

 

Après quelques années de déception niveau prestations scéniques – pauvres en punch -, les prophètes du métal indus des années 90 sont enfin de retour! Ce fut une très belle surprise! On récupère un Al Jourgensen au top de sa forme (qui, doit-on le rappeler, revient de très loin avec pas moins de treize ulcères !).

 

Un écran est dressé derrière le groupe et montre les campagnes de Donald Trump et Hillary Clinton. Comme d’habitude, cette bande de vieux potes de Chicago ne passe pas sous silence son profond dégoût pour les politiciens américains (souvenez-vous, le groupe avait même été invité sur la compilation « Rock Against Bush » en 2004). Et dès l’intro, on comprend que l’on va revire les meilleurs moments de Ministry.

Et c’est assurément un sans faute! Le son est d’une grande intensité avec des riffs tonitruants et « supra » entraînants. Les morceaux les plus groovy défilent de « Rio Grande Blood », « NWO », « Thieves » à « Just One Fix ». Al nous joue un morceau à la guitare et ne cesse de bouger d’un bout à un autre de la scène. Roy Mayorga (Stone Sour, Soulfly, Amebix), qui a rejoint le groupe pour la tournée 2016, tape plus fort que jamais!

motocultor-106-ministry

On aurait bien aimé entendre « Burning Inside » ou « Lay Lady Lay » pour compléter ce fabuleux set! Nous sommes tout de même enchantés et stupéfaits par l’énergie dégagée par le groupe ce soir.

 

L’émotion est à son comble pour clôturer cette édition du Motocultor.

[simpleviewer gallery_id= »207″]

 

Tags

Leave A Comment