Interview avec Lex du groupe Koritni

vendredi/19/10/2018
63 Views

 

Art’N Roll : Pour commencer, comment vas-tu depuis la dernière fois, trois ans se sont écoulés.

Lex : Ça va ! j’ai été vraiment beaucoup pris ces trois dernières années par plein de choses comme partir en vacances, boire l’apéro, se reposer et ne pas enregistrer de musique. J’ai aussi reçu beaucoup d’appels ces trois dernières années de la part de mon label et de mon manager pour me demander si je pouvais me remettre au boulot mais voilà, j’ai pris mon temps et cela m’a permis d’avoir plus d’inspiration pour faire de nouvelles chansons. Donc rien de vraiment intéressant à raconter, je vivais juste ma petite vie.

 

ANR : Et sinon tu as tout composé toi-même ou tu as eu de l’aide ?

Lex : J’ai tout composé seul sauf deux chansons. Eddy Santacreu a fait la musique sur ces deux chansons et j’ai écrit les paroles. Sur cet album j’ai enregistré toutes les basses et les guitares donc ça m’a fait plus de travail et c’est aussi pourquoi j’ai eu besoin de plus de temps.

 

ANR : C’est ton cinquième album studio. Nous sommes dans la continuité de Koritni avec un album de bon rock’n roll. De quoi parles-tu dans cet album ?

Lex : Cet album est un peu différent des autres, il y a un peu plus d’acoustique, il y a plus de morceaux classic rock style Rolling Stones à leur début. Il y a toujours du Hard Rock mais j’ai voulu faire un album un peu plus varié qui suivait tout simplement mon esprit musical. Dans les albums de Koritni, j’essayais de faire en sorte que tout rentre dans une boite qui s’appelle « Hard Rock » alors que maintenant je me sens prêt à élargir l’univers de Koritni.

 

ANR : En résumé, avec le temps, tu ne te sens plus obligé de rentrer dans une case ?

Lex : Ou est-ce juste tout simplement vieillir ? Merci de le souligner ! (Rire)
Mais oui, vieillir te donne de meilleures perspectives.

 

ANR : Tu as travaillé avec Kevin Shirley et Ryan Smith, tu es allé à leur rencontre pour travailler ou vous avez fait ça à distance ?

Lex : Mon manager y est allé car il connait les vibes et l’idée générale que l’on souhaite. Mais c’est vrai qu’avec internet, c’est tellement facile. Tu peux télécharger des fichiers de hautes qualités en 45 secondes, tu checkes le mix et tu rappelles quelques minutes après avec tes commentaires pour demander des changements. Il y a dix ans, ce n’était pas possible, surtout en Australie ou on avait une mauvaise connexion, ça me prenait 45 minutes pour télécharger. Donc je pense que ce n’est plus autant nécessaire qu’avant de se déplacer à présent.

 

ANR : Et pour l’enregistrement, comment cela s’est-il passé ?

 Lex : Nous sommes restés à Paris pour enregistrer. On a fait la batterie à Marcadet Studio vers Porte de la Chapelle et pour le reste nous sommes allés à Porte de Saint Cloud au Gizmo Deluxe Studio. Il y a eu quelques trucs fait à Sydney mais que les choses nécessaires, le plus gros du travail s’est fait à Paris.

 

ANR : Tu as parlé d’Eddy, tu as aussi Vivi et Farid sur cet album, tes compagnons de toujours ainsi que John Coghlan, mais tu as un invité sur cet album, Pat Mac Manus, comment s’est faite cette collaboration ?

Lex : Vivi est un évidence et Farid, il n’a jamais trop le choix car on lui emprunte sont kit de batterie et on le coince toujours ainsi. Il arrive avec batterie au studio et là on lui demande s’il peut s’assurer que ça sonne bien et voilà comment il se retrouve à jouer pour Koritni.
Pour John, j’ai toujours été un fan de Status Quo et on a joué plusieurs festivals ensemble donc quand il a été l’heure de choisir les invités sur l’album, au lieu de faire venir Chris de Sydney, on a préféré demander à John. D’ailleurs, c’est marrant car il m’a dit que c’était la première fois qu’il enregistrait depuis la fin des années 90. En effet, il a joué beaucoup en live mais ne faisait plus de studio depuis plus de 20 ans.
Et enfin pour Pat, tout d’abord, j’ai chanté avec lui sur scène quelques fois et on se connait depuis longtemps. Donc je l’ai appelé pour lui proposer et il a dit oui.

 

ANR : Tu composes quasiment tout seul. Comment vas-tu t’entourer pour la tournée ?

Lex : Comme d’habitude, je vais faire venir Chris et Eddy de Sydney. J’attends juste de savoir quand ils seront disponibles. Si jamais tu as vu un concert sans Mat ou Luke c’est juste qu’ils n’étaient pas dispos mais sinon Koritni live c’est toujours avec les mêmes musiciens.
Malheureusement, les deux dernières tournées, Luke n’a pas pu venir du coup on avait Manu Livertout pour jouer avec nous. En plus, les deux fois c’était à la dernière minute, Luke appelle pour dire qu’il ne pourrait pas faire la tournée, du coup, j’appelais Manu et évidemment sa réponse était « Foliiiiiie » ce qui veut dire « oui » en langage Manu.
Mais espérons que tout le monde sera dispo pour la future tournée même si pour le moment nous n’avons rien de prévu vu que nous attendons les dispos de chacun.

 

ANR : Quels sont les projets pour Koritni à la suite de cette sortie d’album ?

Lex : Organiser une tournée et puis, je me suis déjà mis à écrire donc je pense que vous n’aurez pas à attendre trois ans pour le prochain album.

 

ANR : Un mot de la fin ?

Lex : Tout a été dit dans l’interview donc écoutez ce disque, vous verrez il est différent et c’est ce qui le rend intéressant. Mais surtout écoutez le avec une bière à la main.

Tags

Leave A Comment