Interview de Vorph, chanteur du groupe SAMAEL mars 2011

jeudi/31/03/2011
554 Views

 

fdcacacbd323194ded11c16fc4c

 

Pour des raisons de timing, il était impossible pour Samael d’assurer les interviews prévues sur Paris début mars, nous avons donc pris un rendez-vous téléphonique afin d’évoquer, entre autre, « Lux Mundi » leur prochain album qui sortira le 29 avril. Il est vendredi soir et Vorph, guitariste et chanteur du célèbre trio, doit m’appeler pour 20h30. Hop ça sonne, voici le résultat de notre riche conversation :

 

A’N’R : Première question, que penses-tu de ton nouvel album Lux Mundi ? En es-tu satisfait ?
Vorph : Ca serait triste si je te disais qu’on n’était pas satisfait d’un nouvel album ! Oui on en est satisfait, complètement d’ailleurs ! C’est un album où on a passé pas mal de temps à travailler là-dessus. On avait commencé à bosser sur les compos juste après la sortie du Solar Soul en 2007, donc on avait quelques titres que nous avons retravaillés. Ca nous a prit du temps mais on est content.

A’N’R : Tu dis que cela vous a prit du temps, a-t-il été difficile à composer ou à enregistrer ?
Vorph : Pas plus difficile qu’un autre album. Depuis quelques années maintenant, on a notre propre label. On fait des licences avec en l’occurrence Nuclear Blast pour l’Europe, une avec Season of Mist pour les Etats-Unis cette fois, donc on n’a pas de calendrier à respecter. On sort un album quand il est prêt, on y est allé gentiment, c’est-à-dire morceau par morceau. On avait fait une pause en 2008, on avait déjà quelques titres qui n’étaient pas terminés mais qui étaient déjà bien ébauchés pour terminer un projet qu’on avait depuis pas mal de temps qui est finalement devenu l’album Above de Samael. C’était pas prévu que ça se passe comme ça au départ, c’est juste qu’on a fini de le mixer et on a senti qu’il y avait quelque chose d’intéressant et ce n’était pas à des milliers de kilomètres de ce qu’on faisait, ça cassait un petit peu la ligne de notre discographie.

A’N’R : La Suisse possède de très grandes formations telles que Celtic Frost ou Coroner dans son histoire, que penses-tu de la scène Métal suisse actuelle ? A-t-elle toujours une influence ?
Vorph : (blanc) Tu sais réellement ça ne m’intéresse pas tellement de savoir d’où un groupe vient. En général j’aime un groupe pour sa musique, qu’il soit d’ici ou d’ailleurs, cela m’est égal. En l’occurrence les deux groupes que tu as mentionnés, Coroner est un groupe que j’ai beaucoup aimé, Celtic Frost n’existe plus mais par contre j’ai reçu il y a quelques jours le dernière album deTriptykon de Century Media que je le trouve vraiment excellent, mais ce n’est pas parce qu’ils sont suisses, c’est vraiment que je trouve la musique excellente. C’est un mélange avec ce qu’il y a de mieux chez Celtic Frost, quelques touches d’Hellhamer et puis quelques expérimentations nouvelles, je trouve ça vraiment bien fait.

ANR : Est-ce que sur scène cela vous fait plaisir de jouer de vieux titres ou ressentez- vous cela comme une obligation ?
Vorph : Non, on a sorti assez d’albums pour toujours avoir un setlist qui nous fait plaisir, on a assez de choix. Les morceaux qu’on joue depuis le plus longtemps… je vais prendre un exemple : notre titre « Into the pentagramme » qu’on avait déjà sur notre première album, on l’a plus joué pendant plus de 10 ans, et un jour, c’était un événement un peu spécial, on a décidé de faire quelque chose d’un peu différent, et on la ré-inclus dans notre setlist. On a eu tellement de plaisir à le faire que toutes les dernières tournées on l’a gardé. On ne sent pas obligé de jouer un titre parce qu’on l’a pas fait depuis longtemps, ça nous fait plaisir avant tout. En général on essaie d’avoir un titre de chaque album pour couvrir notre discographie complète et cela peut changer. Ce qui est important pour nous c’est de sentir l’excitation de jouer ça, sinon on n’arrive pas à le transmettre. Le public, même si il y a un morceau qu’il voulait entendre et qui n’est pas là, on en a suffisamment d’autres qui sont intéressants.

A’N’R : Avec le recul, avez-vous l’impression d’avoir participé à l’émergence d’un style de musique qui était très marginal ?
Vorph : (blanc) Non pas vraiment, si tu veux on peut prendre l’exemple de notre tout premier album « Worship Him », nous même étions très influencés par des groupes qui étaient déjà installés sur la scène : il y avait Venom bien sûr, le tout premier groupe extrême dans cette direction qui m’a vraiment plu, Bathory, Celtic Frost, les premiers Slayer, Possessed… je cite toujours les mêmes groupes mais c’est le noyau de ce qui nous a plu à cette époque là, mais après, on a quand même essayé de se différencier et de nous-même trouver notre voie en s’ouvrant à d’autres univers musicaux, pas seulement des choses qui viennent du Métal. Mais je ne pense pas qu’on ait participé à faire émerger quoi ce soit, notre but a toujours été d’être différent, d’avoir une identité propre.

A’N’R : Attention question précise (rire) alors pensez vous un jour sortir un disque de remix de quelques titres de Samael mais uniquement en remix Martial ?
Vorph : Quoi ? Ha, je n’en sais rien, il faut demander à Xy, je sais que lui a toujours voulu faire un album de remix, ça fait très longtemps qu’il en parle. Mais il n’a jamais eu l’occasion car on n’a pas le temps, on a toujours un nouveau projet. Si on n’est pas en tournée, on commence à travailler sur un nouvel album. Heu, pourquoi pas… après Martial je ne pense pas qu’il a eu cette idée aussi précise. Après les remix c’est un truc qu’il a beaucoup de plaisir à faire. D’ailleurs sur le single Antigod, il avait travaillé sur un remix.

A’N’R : D’un point de vu personnel, est ce que tu pratique une autre activité artistique en dehors de la musique ?
Vorph : Non, mais j’aime bien me tenir au courant des choses qui se font. Quand j’ai du temps, j’aime bien lire. Si je suis en voyage et que j’ai l’occasion, j’aime bien allé visiter les expositions, mais de moi-même je ne suis pas particulièrement créatif en dehors deSamael.

A’N’R : Samael ça te prend tout ton temps artistique on va dire ?
Vorph : Réellement le temps que je passe à écrire n’est pas énorme (rire) c’est le cas de le dire, je ne le fais que lorsqu’un nouvel album se prépare. Je prends des notes mais ce ne sont pas des choses qui sont finies. Par contre, je pense que si tu veux écrire quelque chose qui soit intéressant, il faut se nourrir de plein de choses, donc oui, ça me prend tout le temps.

ANR : Pour finir sur une note d’espoir, peut-on s’attendre bientôt à une tournée avec Samael en tête d’affiche ou bien même avec d’autres groupes ?
Vorph : (rire) c’est en train de se booker maintenant : oui on va tourner en tête d’affiche pour cette album. Ca sera au mois de septembre, fin août jusqu’à début octobre pour le moment. J’ai pas encore les dates mais évidement on va jouer en France et notre idée est de ne pas faire uniquement Paris mais de faire le plus de dates possibles, mais bon on verra…

A’N’R : Etats-Unis, Europe ?
Vorph : les Etats-Unis ça sera après, on commence par l’Europe.

 

Un grand merci à Vorph !

By Djé.

Leave A Comment