Interview avec Damien, directeur de la programmation Donwload 2018

dimanche/29/07/2018
376 Views

Petit bilan du festival avec Damien Boudet Chamard Boudet, Directeur de la Programmation du Download (18/06/2018)

 

ANR : Comment se sont passés ces 4 jours de festival en terme d’audience ?

Damien : Le vendredi, un peu plus dur, mais le vendredi c’est toujours comme ça, à moins d’avoir Rammstein ou Maiden un vendredi ou Linkin Park. L’année dernière c’était pareil, ce n’était pas le jour le plus gros. Les gens voudraient faire un festival samedi, dimanche en fait. Le vendredi, les gens doivent s’organiser et prennent leur lundi off parce qu’ils sont fatigués du week-end donc le vendredi, le temps qu’ils viennent et tout, c’était un peu plus dur. Mais bon, ça le faisait quand même.

 

ANR : 4 jours ça ne fait pas un peu trop, surtout en période de bac, de grèves ?

Damien : Oui, aujourd’hui on a droit à la totale, salade, tomates, oignons. Moi, quand je me suis réveillé ce matin j’ai eu pitié pour un peu tout le monde. Et j’ose à peine penser aux festivaliers et aux campeurs. Après, ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de faire Guns’n’Roses et c’était la condition sinequanone à leur venue et il y en avait deux : le lundi et 3h30. Est-ce que c’est catastrophique ?

 

ANR : Non bien sûr…

Damien : Moi, je vais rentrer chez moi demain et je vais accrocher le t-shirt du Download : il y aura Ozzy, Marilyn et les Guns et ça c’est fait…

 

ANR : Et est-ce que ça pérennise un festival de 4 jours suivant les groupes pour l’année prochaine par exemple ?

Damien : Non je pense que ça pérennise le fait qu’on ne se refuse pas de bouger notre curseur des dates et de s’adapter aux disponibilités des uns et des autres. Le lundi, on ne va pas se voiler la face : c’est contraignant pour énormément de monde. Si on avait eu un joli jeudi, on a essayé mais ce n’était pas possible. Le lundi au soleil avec les Guns, voilà.

 

ANR : J’ai entendu des rumeurs sur le fait que l’année prochaine, le festival serait ailleurs…

Damien : En effet peut-être que ce canapé sera deux mètres plus loin (rires)… mais non, on est très bien ici. C’est un site qui fonctionne, on a la chance de travailler avec un département et une région qui est à fond dedans, on est avec les salles de la région ou alors il y a des choses dont je ne suis pas au courant mais ça m’étonnerait.

 

ANR : Le nom va se changer en Download France ?

Damien : oui, ça va s’appeler Download France

 

ANR : Peut-être que Download Paris c’est pour les groupes et Download France, c’est pour le public ?

Damien : je pense qu’en effet ce sera Download France mais je ne dirais rien car on est en pleine discussion.

 

ANR : En Angleterre, c’est bien Download UK ? Logique ?

Damien : c’est simple, la première édition était à Longchamp, il était donc légitime de l’appeler Download Paris. Le deuxième c’était ici pour plein de raison et on a bien fait parce qu’on a été super bien accueilli et bêtement dans le speed on a juste rien changé.

 

ANR : L’accès est quand même plus simple ici, un peu long entre les navettes et le site mais ça passe…

Damien : On marche un peu au soleil…

 

ANR : En tout cas bravo pour le système de navettes qui a très bien fonctionné sur les 4 jours. Parce que l’année dernière, le premier jour a été un gros point noir et un sacré bordel mais là très bien.

Damien : on a des zones d’ombres, de l’eau, les navettes ont fonctionné, pas de galères sur les parkings. Pas d’annulation, on a même été félicité par énormément de groupes. On a même été comparé à des gros festivals qui ont 25 années d’existence. Quand tu as des gars qui te disent (et je ne citerai personne) « eux, ils feraient bien de venir voir comment vous faites » ça fait vachement plaisir. On a que trois ans.

 

ANR : Ils ont peut-être aimé la nourriture dans les loges ?

Damien : ils ont bien aimé oui

 

ANR : … et les massages gratuits ?

Damien : c’est vrai qu’il y a eu un très bon accueil.

 

ANR : Est-ce qu’on peut envisager encore plus d’identité dans le décor ?

Damien : oui, encore un peu trop de tentes blanches… d’années en années on rajoute, on change, on modifie. Quand tu mets le bordel en branle et que tu montes le truc tu sais que tu ne peux pas le changer avant l’année d’après. On prend des petites notes mais tout ça va encore évoluer. C’est ce qu’on va bosser. La priorité cette année c’était l’accès à l’eau, l’ombre, un site qui fonctionne plus et les navettes. Maintenant tout ça c’est bon, on peut passer à autre chose, l’année prochaine le décor.

 

ANR : Et Metallica, AC-DC et Pearl Jam aussi…

Damien : j’en ai déjà parlé mais j’adorerai faire ça.

 

Rendez-vous l’année prochaine pour Pearl Jam alors ! Merci !

Leave A Comment