Interview avec Busi et juli de Crisix lors de leur passage au Hellfest

mardi/07/08/2018
98 Views

Crisix était au Hellfest et Art N Roll a posé quelques questions à Busi et Juli, respectivement guitariste et chanteur de ce groupe de thrash qui se sent bien en France !

 

Art N Roll : Comment s’est passé votre concert ?

Juli : Super, c’était fantastique. On a joué aux environs de midi, et c’était plein ! ça a été génial dès la première minute.

Busi : On a beaucoup joué en France ces trois dernières années. Je pense que c’est un signe, ça montre qu’on a un très bon label en France, Listenable Records. Et Il faut dire qu’on a travaillé dur sur la tournée française. La France est en train de devenir notre seconde maison !

 

Art N Roll : Comment les différents publics d’Europe réagissent à votre musique ?

Busi : La langue et le pays n’ont pas d’importance. On peut toujours ressentir une connexion avec le public, un échange d’énergie. En France, ça le fait à chaque fois.

Juli : Il y a une chose en commun avec tous nos fans : ils ressentent notre musique très intensément, ils en profitent à fond. Du coup, on peut ressentir cette connexion entre notre public et nous. C’est fantastique.

 

Art N Roll : Est-ce que cette connexion était déjà présente à vos débuts ?

Juli : Peut-être pas depuis le début mais… peut-être depuis le premier album ?

Busi : Le truc, c’est que ça nous a pris du temps pour pouvoir venir en France. La première fois, c’était à Perpignan en 2008 ou 2009… Mais notre première grosse expérience avec le public français, c’était au Motocultor, il y a 4 ans environ. Et depuis cette date, on peut dire qu’on a cette connexion avec le public français.

 

Art N Roll : Et cette année, le Hellfest !

Busi : Le Hellfest a toujours été dans nos objectifs, parce que c’est l’un des principaux festivals en Europe. Mais bon, ça prend du temps. On a dû tourner en France, on a bossé à fond, notre label aussi, pas mal de gens nous ont vus sur scène et on a gagné un public plus large. Après ça, je pense que c’est une étape qui est presque naturelle. Tu grandis, les festivals t’appellent, les choses t’amènent à un autre niveau. Et là, même en jouant tôt le matin, c’était plein… et ça c’est vraiment génial !

 

Art N Roll : Comment vous êtes-vous retrouvé à tourner avec Body count ?

Juli : C’est vraiment une super expérience pour nous !

Busi : Encore une fois, ça prouve le super travail de notre label ! Ce sont eux qui ont permis cette opportunité de dingue. On a pu jouer à Londres, en Hollande… A chaque fois ce sont de grandes salles, avec plus de mille personnes…. Bien sûr, dans ces cas là, le public ne connaît pas Crisix. Mais on a su comment les embarquer, faire en sorte qu’ils puissent apprécier nos concerts… ça a été une super opportunité pour le groupe, ça a boosté notre promo. On doit remercier Bodycount pour ça, leur équipe a vraiment été sympa. Ils déchirent.

 

Art N Roll : Comment cela se passe-t-il sur scène avec les morceaux du nouvel album ? Est-ce que vous avez pris l’habitude de les jouer, est-ce qu’ils ont évolué ?

Juli : Nos derniers morceaux marchent très bien sur scène. Ils sont énergiques, le public réagit… la preuve, c’est ce qui s’est passé ce matin ! J’ai l’impression que le public aime bien cet album.

Busi : Les premiers concerts d’une tournée sont toujours les plus compliqués. Tu sors du studio, tu dois rassembler les pièces du puzzle et trouver le bon feeling. Après avoir joué les morceaux pendant un moment sur scène, je pense qu’ils deviennent comme une partie de toi. Tu n’as plus à y penser quand tu les joues. ça prend quelques concerts pour ressentir que tes chansons sont ancrées profondément en toi. Et aujourd’hui, on le ressent comme ça, on joue nos morceaux depuis l’intérieur de nous-même.

 

Art N Roll : Et aujourd’hui, est-ce que vous avez commencé à écrire pour le prochain album ? Est-ce que vous pouvez écrire quand vous êtes en tournée ?

Juli : En fait, le dernier album a été écrit alors que nous étions en tournée, l’année dernière. On n’avait pas de temps libre pour nous concentrer sur l’écriture… ça a été un peu difficile pour les nouvelles compositions.

 

Art N Roll : Pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’évolution de votre style, qu’on peut ressentir à l’écoute de vos différents albums ?

Juli : La plus grand influence du groupe, c’est le thrash metal. Des groupes comme Exodus, Testament, Anthrax, Slayer… Mais on écoute aussi des choses très différentes : du heavy metal, du punk rock, du hardcore, du death metal. Et on essaye toujours de combiner toutes ces influences, car on souhaite faire un pas en avant avec chacun de nos albums. Je pense que c’est l’une des caractéristiques les plus intéressantes de notre groupe. Chacun de nous écoute des genres de musique différents et on mélange ces influences, même si bien sûr, notre influence principale reste la même. Il n’y a pas de frontière dans notre musique.

 

Art N Roll : Sur vos deux derniers albums, j’ai l’impression que ces influences variées sont plus présentes qu’au début et complètent clairement votre base thrash. Cela rend aussi vos morceaux plus accessibles.

Juli : Je suis complètement d’accord.

Busi : Oui, les influences prennent plus de place dans les derniers albums. On ne veut pas enregistrer le même album à chaque fois ! Et je pense qu’on a travaillé dans cette optique bien avant l’enregistrement du dernier album. L’une des conséquences, c’est que le dernier album plait plus aux personnes qui connaissent moins le thrash.

 

Art N Roll : Et quelles sont les prochaines étapes dont vous rêvez pour le groupe ?

Busi : Notre objectif, c’est de jouer partout où c’est possible, dans tous les pays. Aujourd’hui nous sommes en Europe, mais en septembre nous serons aux USA. On aimerait aller en Amérique du Sud, en Russie, au Japon… Cela fait partie de nos projets, mais on fait ça étape par étape.

Juli : En fait, cette année nous fêtons nos 10 ans, et ce sera l’année la plus internationale pour Crisix. Je crois que c’est bien d’avoir des objectifs, mais ce qui importe par dessus tout, c’est d’aimer ce qu’on fait. Et ce qu’on aime, c’est jouer dans le plus de festivals possible ! ça n’a pas de prix de pouvoir exporter notre musique et de voir que le public aime ça.

 

Art N Roll : Crisix a un planning de concert jusqu’à octobre 2018. Que va-t-il se passer après ça ?

Juli : On ne l’a pas encore annoncé…

Busi : En fait on va bientôt annoncer des dates très spéciales, pour mi-décembre à Barcelone. On va jouer avec de très bons groupes, qui sont nos potes… on ne peut pas encore dire qui, mais ça va être génial. Pour l’année prochaine, on a prévu encore plus de boulot, et encore plus de concerts !

 

Art N Roll : Est-ce que vous allez avoir le temps de profiter du Hellfest ?

Juli : On veut voir Megadeth, Alice in Chains, Iron Maiden, Marilyn Manson, Carpenter Roots…

Busi : En fait ça va être son anniversaire pendant le show de Carpenter Roots, on va fêter ça !

 

Leave A Comment