Interview du groupe Beyond Creation

mardi/29/08/2017
315 Views

Art N Roll a rencontré le groupe Beyond Creation la veille de son concert sur la scène Altar lors de ce Hellfest 2017.

Art N Roll : Vous allez jouer demain sur la scène Altar du festival. Comment vous sentez-vous avant ce show ?

C’est notre première fois au Hellfest et on a vraiment hâte de jouer et de voir la réaction des gens. Ça va être une belle expérience pour nous.

 

ANR : Votre dernier album « Earthborn Evolution » est sorti il y a plus de 2 ans (Octobre 2014). Comment ont été les retours sur ce disque ?

L’album a eu une très bonne réponse. On avait déjà eu des bons retours et pas mal de fans avec la sortie « The aura » (premier album sorti en 2011), mais je pense qu’avec Earthborn, on a peut-être eu un peu plus de monde. L’album a pas mal d’éléments Jazzy et je pense que l’engouement pour la nouvelle vague Prog nous a bien profité.

Depuis sa sortie, on fait beaucoup de tournées pour le promouvoir et on reçoit beaucoup de très bonnes critiques. On fait vraiment tout ce qu’on peut pour le pousser au maximum.

 

ANR :  Vous êtes en pleine tournée européenne. Comment ça se passe jusque-là ?

En fait, c’est la première date donc là, on commence seulement la tournée. On commence fort ! (Rires). Sinon, en début d’année, on a fait l’Amérique du sud (Mexique, Colombie, etc…) et c’était super. Bonne réponse du public, de très bons fans. Du bon groove !

 

ANR :  On peut dire, sans exagération, que votre musique n’est pas la plus simple du monde à jouer. Quel genre de routine de travail avez-vous pour maintenir votre niveau ?

Philippe Boucher (batterie) : Alors personnellement, je travaille déjà pas mal au local de répétition et chez moi, j’utilise des pads d’entrainement pour travailler la constance dans les frappes. Ça m’aide aussi à maintenir la forme physique.

Simon Girard (guitare/chant) : Pour ma part, je fais beaucoup d’exercices d’échauffement avant de jouer. Je fais aussi beaucoup d’étirements, les mains, poignets, bras etc… pour être sûr d’être en forme avant de monter sur scène. J’essaye vraiment de maximiser la préparation pour être à l’aise dès la première note. Et boire de l’eau, beaucoup ! Vu la chaleur qu’il va faire demain, on a de la chance, on joue sous une belle tente (rires) !

 

ANR :  Vous avez un nouveau bassiste (Hugo Doyon-Karout) dans le groupe depuis début 2015. Comment vous êtes-vous rencontrés et l’avez-vous intégré ?

Kevin Chartré (guitare/chant) : En fait, j’ai pris Hugo sous mon aile car il fait partie de mon autre groupe « Brougth by pain » depuis quelques années. C’était un choix évident pour moi vu que Hugo, je le connais depuis qu’il est né (rires). Et ça se passe très bien.

 

ANR : Quel est votre processus de composition ?

Simon Girard (guitare/chant) : En réalité, c’est moi qui compose d’abord les 2 guitares que j’envoie ensuite aux autres pour qu’on puisse jammer tous ensemble, qu’on puisse faire les arrangements, les solo etc… pour finir par le chant que je rajoute par-dessus. On travaille comme ça depuis le tout début, depuis l’album « the Aura ». Et ça fonctionne super bien comme ça, on a chacun notre place avec des solos pour chaque instrument. C’est très prog mais ça respire avec cette méthode.

 

ANR : Est-ce qu’il y a quelque chose que vous n’avez pas encore fait avec le groupe que vous aimeriez explorer musicalement ?

Avec chaque album, on essaye d’explorer de nouvelles choses, de nouvelles atmosphères et aussi des nouvelles techniques qu’on développe. Récemment, j’avais commencé à composer des intros au piano et à l’accordéon parce que j’ai commencé la musique avec l’accordéon. Depuis le premier album, j’avais envie d’incorporer ces instruments et ça arrive avec le prochain. On va avoir des sonorités que les gens n’ont pas encore entendues. Un petit plus… si ça passe ! (rires)

 

ANR : Il y a-t-il des nouvelles techniques ou effets/équipements sur lesquelles vous travaillez à la guitare et la basse ?

Je dirais qu’on a déjà pas mal exploré avec 8 cordes, ça fait déjà beaucoup (rires) ! Ce serait plutôt au niveau du jeu, on bosse pas mal le jeu aux doigts par exemple. On exploite aussi les effets sur nos Axe-FX (Ndlr : pré-ampli digital et générateur d’effets très utilisé dans le milieu) qu’on peut incorporer dans la composition. Avec ça, les possibilités sont quasi infinies.

 

ANR :  Quel est le programme du groupe après la tournée en cours ?

On a une autre tournée programmée avec Psycroptic et Dying fetus en Europe de mi-octobre à mi-novembre. Entre ces 2 tournées, on va travailler sur le nouvel album et faire en sorte d’être prêt. On n’a pas encore de date fixée pour le studio mais on espère pouvoir y rentrer en début d’année prochaine (janvier-février) et sortir l’album dans le courant de l’année. Mais ça dépendra de comment se passe la composition. Pour l’instant, on ne peut pas encore donner de date.

 

ANR :  Quel est votre souvenir de tournée le plus dingue ?

Oui… Il se passe beaucoup de choses ! (rires) Je pourrais pas en sortir une en particulier hum… Laquelle choisir ?

On a eu un pneu littéralement explosé par un dos d’âne une fois, et on a aussi eu une panne d’essence sur le bord de l’autoroute en plein milieu du Mexique. Le chauffeur persistait à nous dire que tout allait bien et continuait de rouler alors qu’il n’avait pas fait le plein…

Bon, il y a aussi plein d’autres choses mais on va s’arrêter là (rires).

 

Avez-vous d’autres activités (artistiques ou autres) en dehors du groupe ?

Il y a beaucoup de choses non-musicales à faire autour d’un groupe de cette envergure, qui se développe à l’international. On doit s’assurer que tout est bien fait dans les autres aspects du fonctionnement du groupe. Business, management, booking, etc… On fait tout par nous-même pour que ça se passe au mieux.

Leave A Comment