Chronique de Tightrope Walk On The Ground – Circenses

dimanche/10/06/2018
69 Views

Groupe : Circenses
Album: Tightrope Walk On The Ground
Date de sortie : 8 mai 2018
Label : Inverse Records
Note : 18/20
 

Severi Osala fait partie de cette catégorie de personnes qui ont facilement tendance à m’énerver. Je ne connais pas personnellement ce jeune homme né en à Seinäjoki, très jolie ville située dans l’Ouest de la Finlande, mais son immense talent m’énerve…

Pour faire simple : Circenses, c’est lui. Il fait tout tout seul, même si son instrument de prédilection reste la guitare. Le concept de l’album est aussi très simple : du Metal Progressif avec un growl Death Metal par dessus.

Après une intro très atmosphérique mêlant arpèges et samples, on se prend une grosse claque avec le morceau « Kill The Words » : ce bougre de Severi nous prouve rapidement qu’il sait donner naissance à des riffs bien lourds et bien techniques, à la limite du Djent. Sans parler des solos qui sont dans un pur style Prog moderne et du growl qui rajoute un côté bien lourd. Pas étonnant que le morceau « Tightrope Walk On The Ground » soit le premier single à bénéficier d’un clip, on y retrouve tout ce que Circenses fait de mieux !

Certains titres comme « Lunacy » ou « Swallow Your Pride » ont une sonorité plus Death Metal, notamment au niveau de la batterie, parfois simpliste mais qui reste efficace. Le chant y est également davantage mis en avant dans la production.

Après plusieurs écoutes, on peut avoir l’impression que les morceaux se ressemblent pas mal. Ils suivent grosso-modo tous le même schéma, le chant reste le même sur tout l’album et c’est vrai que la batterie reste simpliste, surtout quand on remarque les efforts fournis sur la guitare et les claviers/samples. Mais ça reste un album de Prog et c’est quand on s’intéresse aux détails qu’on remarque tout le talent de Circenses. Par exemple, on note un court passage guitare acoustique/chant clair sur le morceau « From Darkness To Joy », qui vient calmer l’ambiance pendant quelques secondes.

Le principal reproche que j’ai concerne la fin des morceaux qui se finissent quasiment tous d’un coup, comme ça, hop, à la suite d’un passage bien bourrin. C’est dommage, on aurait aimé avoir une sorte de continuité dans les morceaux, comme le font pas mal de progueux en solo (je pense au génialissime Devin Townsend ou à Graham Keane qui a monté The Vicious Head Society, fortement conseillé à tous les fans de Prog).

En tant que fan de Prog, cet album fait partie de mes coups de cœur de l’année ! Une très belle entrée en matière pour ce 1er album de Circenses, qui n’est pas parfait mais on n’en est pas loin. Vivement la suite !

 

 

Tags

Leave A Comment