Chronique de l’album I am Human – Escape the Fate

lundi/05/02/2018
364 Views

Album : I am Human
Groupe : Escape the Fate
Label : Better Noise Records
Date de sortie: 16 février 2018
Note: 16/20

Escape the Fate revient avec un nouvel album « I am Human », laissant ainsi de côté la déprime de leur précédent opus « Hate me » pour un côté plus Pop avec quelques titres bien Heavy.

L’album démarre avec un titre un peu facile, qui résume le mélange des influences du groupe, oscillant entre Pop Punk, Glam, Thrash et Hardcore. Une alliance réussie, même si le morceau manque un peu de relief. La triplette de single Pop Punk Emo « Broken Heart », « Do you love me » et « I am human » est terriblement efficace, en plus de respecter les codes du genre. Avis aux fans de New Found Glory, y Chemical Romance ou autre Fall Out Boy, vous allez être servis. Des mélodies entêtantes et légères, des riffs pop à souhait, une pointe de Metalcore et des paroles EMO à fond. Je trouve juste que le titre éponyme ressemble vraiment trop à « Welcome to my life » de Simple Plan, avec une mélodie un peu trop simple. Les morceaux sont sortis via des lyrics vidéos et les fans connaissaient déjà toutes les paroles lors du concert au Trabendo. C’est ce qui fait la force de ce type de titres, dès la deuxième écoute on a au moins le refrain en tête.

La ballade « If Only » marque la fin d’une première partie de disque. Tel un interlude aérien, et doux, le morceau clôt un début d’album très Pop Punk. Arrive alors « Empire », titre avec lequel on prend un virage assumé et réussi vers quelque chose de plus lourd. Les tonalités sont plus basses, le rythme diffère, les riffs sont plus Heavy et ça fait du bien. A noter le pré-chorus en a-cappella, qui est particulièrement engageant.

Avec « Riot » les choses sérieuses commencent, une intro très inspirée par Satriani, un couplet très Heavy Metal et un chant plus agressif. Il est clair que Kevin s’est fait plaisir dans cette compo, notamment sur les solos de guitare à la limite du prog et du shredding, il nous fait une petite démonstration technique.

« Digging my own grave » vire complètement vers du Metalcore bien poussif. Une entrée tonitruante avec du gros riff, du chant hurlé et une bonne dose de double pédale. On en redemanderait bien, mais l’album se conclut par un « Resistance », plus Pop.

Côté production, c’est Kevin qui a assuré une bonne partie de la pré-production, l’enregistrement de quasiment tous les morceaux ainsi que les réglages pour les différentes pédales utilisées. Howard Benson, connu pour avoir travaillé avec des influences du groupe comme My Chemical Romance et In Flames a apporté le finish et surtout la sélection des morceaux, qui constituent le disque.

Escape the Fate signe un album intéressant dans lequel se mélange des univers Pop Punk, Heavy Metal et Metalcore. Le sens des mélodies est vraiment le point fort du groupe, tout comme le niveau technique des musiciens. Les quelques morceaux plus Heavy donnent vraiment envie d’en avoir plus, c’est un peu frustrant, mais c’est bien joué de leur part.

https://www.facebook.com/pg/escapethefate/

Leave A Comment