Starting from Nowhere

mardi/30/04/2019
976 Views

Le Grand Rex proposait le 15 avril dernier de découvrir en avant première la web série du musicien Junior Rodriguez et du réalisateur Albéric Jouzeau. Un documentaire en 10 parties au titre évocateur de « Starting From Nowhere – The Genesis of a song » , qui sort officiellement le 3 mai prochain.

Avant-première de Starting from nowhere avec Junior Rodriguez et Albéric Jouzeau

Albéric Jouzeau avait en tête l’idée de comprendre comment fonctionne le processus de création chez un artiste et de le partager avec le public. Il s’est mis à rêver d’embarquer un musicien touche à tout dans une contrée lointaine pour observer la naissance d’un morceau. C’est dans un bar qu’il nous raconte être tombé sur Junior Rodriguez, un artiste qui en plus de correspondre aux critères recherchés a rapidement accepté de le suivre dans cette aventure.

En 2017, Jouzeau emmène Rodriguez en Islande pour voir ce que la beauté brute de cette île va provoquer chez le musicien.

Dés les premières images le spectateur est frappé par la beauté des images et du paysage. L’Islande est une terre encore sauvage, aux paysages parfois irréels. Au volant d’un van blanc, Junior s’apprête à faire le tour de l’île pour laisser libre court à son ressenti afin de créer un morceau unique. Pendant les premiers épisodes, l’Islande semble être le véritable sujet de la série et devient le personnage central de l’histoire. Chaque prise de vue vient sublimer le décor naturel, le faire vivre.

Junior est présenté comme un musicien atypique, empreint de maladresse et d’humour. Il narre un peu ce qu’il vit, mais la caméra est surtout là pour nous offrir des plans esthétiques et poétiques. Il se déplace avec le van ou simplement à pied, avec sa guitare et une valise emplie de matériel pour enregistrer ses idées. Souvent seul, il rencontre néanmoins quelques locaux avec qui il a des échanges sincères et touchants.

La caméra l’observe travailler, à distance, surtout dans les premiers épisodes puis avec des plans rapprochés. Junior teste quelques riffs, réalise des prises de son, griffonne des mots dans son cahier. Il utilise son environnement pour créer des sons uniques. Il entre dans une église laissée ouverte et pianote sur l’orgue, entre dans une maison abandonnée et enregistre des sons avec les éléments présents, puis rebelote dans une carcasse d’avion.

Un des moments très forts de sa communion avec la nature est une scène de prise de son dans une grotte humide, un peu sombre qui débouche sur une plage au sable noir sur lequel vient se briser les lames d’une mer glacées. L’émerveillement de Rodriguez lorsqu’il se retrouve à admirer les icebergs de Jökulsárlón est partagé, tout comme sa remarque sur le fait que cette beauté apparente est aussi le résultat du changement climatique.

Les 10 épisodes de cette série nous emmènent sur les routes exceptionnelles de l’Islande, à la rencontre de Junior Rodriguez, multi-instrumentiste. Le morceau semble prendre peu à peu forme, mais il ne sera jamais entendu de bout en bout car le résultat dure un peu plus de 9 minutes. Si la caméra d’Albéric nous permet d’observer Junior elle ne nous permet pas d’entrer dans la tête du compositeur, comme si le réalisateur était plus concentré par le rendu photographique. La série ne répond pas à la problématique initiale de savoir comment naît un morceau, mais nous propose un beau voyage sur des terres de légendes à la rencontre d’un personnage attachant.

Une idée novatrice et plaisante à voir, magnifiée par une image à couper le souffle.

Leave A Comment