Interview avec Niko des Tagada Jones

samedi/13/10/2018
624 Views

Art’N Roll : Il y a quelques jours, vous reveniez du Québec, comment s’est passée cette tournée ? 

Niko : Ahhh le Québec, c’est toujours hyper sympa !
L’ambiance y est très différente de l’Europe, on sent l’influence américaine sur de nombreux points, mais on est accueilli comme si nous étions nous-mêmes Québécois, lors de la dernière tournée des jeunes pensaient même qu’on était originaire de Montréal 😉

ANR : J’ai l’impression que vous avez développé une relation spéciale avec nos cousins québécois, c’est la combientième de fois que vous jouiez là-bas ? 

Niko : On a joué plus de 120 fois au Canada, 18 tournées, presque une par an depuis nos débuts, c’est sans conteste notre deuxième maison. Pour rien au monde on raterait les petits brunchs, les rues de Montréal, les micro brasseries, les foufounes ou encore les poutines de fin de soirée.

ANR : D’ailleurs je crois que vous avez oublié de faire revenir une personne, vous avez abandonné Kassandre là-bas ou vous comptez le rapatrier un jour ? 

Niko : Ahahah non non, il en a juste profité pour aller passer quelques jours à New York, comme moi et Séverine d’ailleurs. Tant qu’à faire autant en profiter !

ANR : Pour ceux qui ne le connaissent pas, dites-nous qui est Kassandre pour Tagada ? ce n’est pas un peu comme le 5ème membre du groupe ?

Niko : Kassandre est l’un de nos techniciens, il s’occupe du plateau. Pour ceux qui ne connaissent pas trop les groupes comme nous sommes toujours entourés d’une équipe a qui on doit beaucoup. Le planning étant chargé l’équipe en question tourne un peu, nous sommes souvent 8 sur la route.
J’en profite pour saluer tout ce beau monde : Séverine, Kass, David, Guigui, Sergent, Chouchou, Lionel, Totos et Thomas.

 

ANR : C’était aussi la saison des festivals, période toujours très active pour Tagada Jones, même si j’ai l’impression que vous avez pris un peu des vacances au mois d’aout ? Comment se sont passées ces dates sur juin/juillet ? 

Niko : Ben finalement oui, plus les années passent plus on joue l’été. On aura fait un peu plus de 20 dates sur la saison estivale, c’est plutôt cool. Avec tout ça, dur de prendre vraiment des vacances, mais on a tous réussi à faire un break d’une dizaine de jours en août.

ANR : D’ailleurs, je voudrais avoir ton avis sur la loi passée en mai sur l’augmentation des frais de sécurité qui a forcé plusieurs petits festivals à annuler ces dernières semaines ? 

Niko : Ah oui, nous en avons eu un annulé aussi !!! C’est juste un hold up !
Les fonctionnaires sont déjà payés par les impôts, d’où on devrait encore repayer ??? C’est juste fou, en plus cette loi est vraiment à deux poids deux mesures, car certains doivent respecter les consignes à la lettre et régler des milliers d’euros de facture et d’autres bizarrement rien … c’est totalement injuste !

ANR : Sinon, la sortie du coffret « Live at Hellfest » était en juin, encore un gros succès pour Tagada ?  Présente-nous un peu plus ce coffret ? 

Niko : Avant tout c’est quand même plus le live au Hellfest que l’on a sorti ; le coffret est aussi en bac pour permettre à ceux qui n’avaient pas l’album studio « La peste et le choléra » d’acheter le pack pour un prix réduit. Au départ nous n’avions pas prévu de sortir le live, mais on a croisé tellement de gens qui regrettaient de ne pas avoir assisté à ce concert, soit par faute de place dans la Warzone, soit qui n’étaient pas au Hellfest, que finalement on s’est laissé convaincre.

 

ANR : Quel souvenir gardes-tu de cette date de folie ? 

Niko : Fou, fou, fou !!! Certaines dates sont juste magiques. Cela arrive quand tout le monde pète les plombs en même temps, c’est vraiment ce qu’on a ressenti ce jour-là.
L’ambiance était dingue, un peu comme si 100% des gens présents chantaient et dansaient avec nous. On avait parfois l’impression que tout le monde connaissait les paroles par cœur.
On a kiffé comme dirait notre pote Laurent Karila 🙂

 

ANR : Vu votre rythme de composition, est-ce qu’un nouvel album va voir le jour l’année prochaine ? ou peut-être avez-vous décidé de vous consacrer au Bal des Enragés qui repart sur la route ? 

Niko : Alors nous allons bien composer en 2019, mais je pense que le disque ne sortira qu’en 2020. Nous allons fêter l’année prochaine les 10 ans du BAL et les 25 ans de Tagada….donc il va déjà y avoir pas mal de choses sur le feu 😉

ANR : Et si vous avez commencé à bosser sur la future galette, que peux-tu nous révéler à son sujet ? 

Niko : Non, rien encore, juste des idées que l’on stock à gauche à droite pour avoir de la matière lorsque l’on rentrera dans le vif du sujet !

ANR : Un mot de la fin ? 

Merci pour cette interview !!!

 

Leave A Comment