Chronique de The Leader of Us – Issos

jeudi/01/02/2018
620 Views

Groupe : Issos
Album: The Leader Of Us
Note : 16/20

De manière (très) générale, les groupes que nous avons l’habitude de côtoyer sont made in Europe ou encore US. Et rare sont les têtes d’affiches venues d’un autre continent. Pourtant, de nombreuses pépites subsistent, qu’on espère voir un jour dans nos salles parisiennes. Du Death old-school malaisiens aka Malapetaka, les thrasheux australiens d’Harlott ou le groupe progressif tunisien aux sonorités orientales signé Myrath, les pépites ne manquent pas.
Aujourd’hui, on traverse l’Atlantique jusqu’à São João (ne me demande pas comment ça se prononce), au Brésil. Dans un bled un peu paumé, cinq personnes décident en 2013 de se lancer dans le Metal. Pour l’anecdote, Issos vient du grec « ἴσος », qui veut dire identique (Google Traduction, toi-même tu sais !).
Pour commencer, l’album (ou EP ? Mini-album ?) se compose de quatre titres, dont une est une extension du troisième titre. Mais nous nous accordons à plus promouvoir un contenu qualitatif plus que quantitatif. Voyons donc ce qu’on nous propose. On entame l’album avec un morceau du même nom que notre opus. Les premiers riffs, bien que très courts, sont très accrocheurs. Heureusement pour moi, les paroles sont en anglais. Je redoutais d’écrire un article sur des titres en brésilien qui m’est inconnu. D’ailleurs parlons-en : à la première écoute, on a l’impression d’écouter un discours politico-humaniste. Très agréable à écouter par-dessus le marché ! Des riffs lourdauds, l’alternance entre le scream aiguë et le growl énervé. Mais là où le groupe frappe, c’est au niveau des paroles.
Ayant tendance à m’intéresser à la sonorité avant les lyrics, je me concentre sur ces derniers au rythme des blast beat. Le groupe est également influencé par tous les classiques du Metal, et difficile de cibler un groupe en particulier.
Ceci dit, ça dénonce beaucoup dans le quartier ! Surtout d’un point de vue sociale, on fait beaucoup d’allusion aux inégalités de ce dernier. On dénote les différences socio-économiques de notre chère époque contemporaine. On crache sur nos dirigeants, désignés comme manipulateurs. On essaie de réveiller nos consciences et de nous libérer de nos « chaines ». Je précise qu’il n’y a aucune véritable analyse : les paroles sont claires, nul besoin d’avoir voté Mélenchon pour comprendre cela. De plus, les deux autres titres se nomment « Dungeon and Chains » et « Lies ». Ces derniers, du même acabit que « Leader of Us » sont également très explicites, aussi bien dans leurs titres que dans leurs paroles. On veut te balancer sans retenu la vérité dans la figure.
Pour finir, l’album se veut militant. Exit le thème de la bière et le cul. C’est violent, enragé, et la pochette de l’album résume bien tout ce que je viens d’écrire !
Tu peux jeter un œil (ou une oreille ?) sur le morceau phare du groupe ici :

https://soundcloud.com/issos/the-leader- of-us

Tags

Leave A Comment