Incantation – Tribute to the goat

mardi/15/11/2016
584 Views

sua072-incantation

 

Groupe: Incantation

Album: Tribute to the goat

Label: Season of Mist

Date de sortie: 23 septembre 2016

Note: 7/10

 

 

Rien de tel que de finir l’année sur une réédition prévue pour le 9 décembre de l’album live studio « Tribute To The Goat » du groupe culte Incantation. Sorti en 1997 la même année que leur EP « The Forsaken Mourning Of Angelic Anguish », cet album sort comme à l’époque en 666 exemplaires.
Il fut signé chez le label Elegy Records mais pour cette nouvelle version 2K16 ce sera chez Season of Mist avec un nouvel artwork reprenant le même esprit que l’original. En effet quoi de mieux que de travailler la symbolique du bouquetin sauvage pour invoquer l’occulte, l’envoûtement diabolique et l’apocalypse!
Par ailleurs « Tribute To The Goat » a fait parti des premières et meilleures années de la carrière de ces ricains et se caractérise comme l’un des sons représentatif du death us à cette période aux côtés de Cannibal Corpse, Deicide, Morbil Angel ect… On connaît également la bande de John McEntee pour leurs albums marquants tels que « Onward To Golgotha » ou encore « Mortal Throne of Nazarene ».
Parmi ces douze titres gras et riches en lourdeur, nous retrouvons quatre morceaux appartenant à une de leur démo de 1990 dont « Devoured Death »; une intro annonçant la désolation et la perte de l’humanité et « Profanation ».
A noter que le chant de Will Rahmer (chanteur de l’époque/mi 90) déchaîne les enfers avec cette voix étouffée, gutturale et caverneuse. Celle-ci n’hésite pas à alourdir chaque son émis par la batterie et ses combo de guitare/basse transperçants, sombres et vibrants. Cette harmonie morbide est parfaitement illustrée avec « Nefarious Warriors » ou encore « Eternal Torture ». Bien entendu on n’oublie pas ces riffs ultra rapides et chaotiques qui donnent l’impulsion et laisse place à la frénésie.
Ainsi c’est avec plaisir et excitation qu’on réécoute ces 40.15 minutes de nostalgie qui nous font revivre l’intensité du bon death à l’ancienne.

Leave A Comment