Brian Setzer’s Rockabilly Riot, 28 Juin @ Le Grand Rex

jeudi/30/06/2011
453 Views

Ce soir c’est mon soir, en tant que fan incontestée de Rockabilly je me rends au Grand Rex pour le concert de Brian Setzer (chanteur et guitariste du fameux groupe Straycats). J’y vais, certes avec une grande excitation, mais aussi avec une petite appréhension vu comment le dernier concert au Zénith avait été écourté au bout de 3/4h de show avec un F*** you à la place du traditionnel thank you !

La queue pour le Grand Rex est interminable, les gens sont lookés Rockab à souhait, un petit retour dans le passé, ça fait plaisir !

Quand j’arrive enfin à rentrer dans la salle, le 1er groupe IMELDA MAY a commencé depuis quelques minutes, et surprise c’est une femme au chant et ça fait plaisir car il est rare de voir des femmes chanter dans ce registre. Selon la pub qui lui ait faite elle est n°1 en Irlande donc écoutons tout ca !
D’apparence c’est un groupe de rockab on ne peut plus normal, un guitariste qui selon les morceaux se met au tambourin ou à la trompette, un contrebassiste qui sort occasionnellement sa basse, un batteur et la chanteuse. Les morceaux s’enchainent mais ne se ressemblent pas, certaines chansons swinguent, d’autres vont puiser dans les racines avec un air plus jazzy ou alors country. C’est une performance que j’apprécie énormément, le groupe m’a mis en appétit pour la suite et quittera la scène avec un « Tainted Love » à leur sauce.

Il est 21h quand Brian Setzer arrive sur scène avec des magnifiques chaussures vert- pomme. Il va nous jouer pendant 45 minutes ses compos accompagné d’un batteur, d’un contrebassiste et d’un pianiste qui apparait pour certaines chansons. Ses compos sont sympas mais le rythme est trop lent a mon goût, je ne vis pas le moment avec les doigts qui ont une envie folle de claquer et les genoux de twister !
Et après ces 45 minutes qui se sont tout de même bien écoutées, grosse surprise un nouveau contrebassiste et batteur en la personne du grand Slim Jim Phantom, traduction : nous avons avoir le droit à du Straycats pour les prochaines 45 minutes (YOUPIII !!).
Les tubes vont s’enchainer « (She’s) Sexy+17 », « Stray Cat Strut », « Red Hot » (reprise de Billy Lee Riley) et j’en passe car je ne suis pas une flèche à retenir les titres de chansons…
Bref, c’est la folie dans la salle, perso j’ai qu’une envie c’est de choper mon voisin et danser un rock endiablé. Ils vont même jusqu’à se taper un délire à 2 contrebasses avec des solos du tonnerre, même Brian Setzer ramène une 3ème contrebasse afin de les accompagner pour quelques notes.
Tout ce petit monde se rejoint sur la scène pour le rappel : 2 batteurs, 2 contrebassistes, 1 pianiste et Brian, c’est un magnifique tableau pour un « Rock this town » juste fou et un final avec « Seven nights to Rock ». Une partie du public s’est levé pour les applaudir et je sens bien que je ne suis pas la seule qui aimerait qu’ils restent quelques heures supplémentaires avec nous. Brian Setzer a lui aussi l’air ravi de ce concert.

Je n’aurais qu’une chose à dire, Brian revient nous vite car on manque cruellement d’artistes Rockab aussi talentueux que toi à Paris.

En conclusion : Je ressors encore plus accroc au Rockabilly. C’était vraiment mon soir !

Leave A Comment