Interview d’Alain et Chuck (No Return) après la performance artistique donnée au Palais de Tokyo intitulée Box sized die featuring No Return de l’artiste João Onofre

mercredi/30/03/2011
533 Views

NoReturn00

Interview d’Alain et Chuck (No Return) après la performance artistique donnée au Palais de Tokyo intitulée
Box sized die featuring No Return de l’artiste João Onofre

 

NoReturn01Art’n’Roll : Bonsoir, alors déjà on voulait savoir, pas trop dur ?

 No Return – Alain : Surtout très chaud !

No Return – Chuck : Ce soir c’était particulièrement difficile, c’est la journée la plus chaude sur les 6 semaines de prestations qu’on ait fait. Donc effectivement je peux te confirmer qu’à l’intérieur c’est monté très vite en température, l’humidité a très vite été asphyxiante et l’oxygène très vite saturée.

A’n’R : Alors justement par rapport à cette prestation, est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus sur son but ?

Alain : Alors le but est de compléter l’œuvre de Joao qui propose quelque chose de vraiment original, à savoir qu’à l’intérieur d’un cube d‘1,83m de côté sur 1,83m de haut (1,83m = 6 pieds , le cube représente 666), un groupe de Death Metal s’asphyxie en jouant sa musique. C’est une image bien sûr !

NoReturn03Chuck : C’est le Death Metal ramené à son paroxysme, en gros tu vas caresser du doigt le but ultime de ta musique, et on se confronte à une pseudo mort dans un espèce de cercueil métallique dans lequel on va vivre la claustrophobie et l’asphyxie.

A’n’R : Comment avez-vous été contacté par Joao Onofre ?

 Chuck : Joao connaissait le nom de notre groupe, il avait auparavant émis des critères de sélection qui étaient : un groupe parisien, de Death Metal, disponible, et qui adhère au projet. Comme tout le monde, on a eu un peu de mal à comprendre quel était l’objectif ? Ce qu’on attendait de nous ? Dès la première rencontre et la fermeture de la porte, quand on s’est retrouvé avec lui à l’intérieur du cube on a compris ce qu’il voulait dire et où il voulait en arriver, et c’est comme ça qu’on a participé, en étant interactif avec lui.

a fait quoi pour un groupe de Metal de participer à un Happening ?

 Chuck : C’est la rencontre non pas de deux mais quasiment de 3 univers de choses complètement différentes. On ne va pas dire qu’on s’est retrouvé à l’aise dès la première fois sur le vernissage car on n’est pas dans notre monde, mais la confrontation est intéressante car elle est inversement proportionnelle.

NoReturn05C’est à dire que les gens qui viennent nous voir et qui font partis de ce monde là sont confrontés exactement à la même barrière, qui s’envole, et on a l’impression d’une liberté d’expression car on touche des gens que l’on aurait jamais pu toucher.

Imaginons que la petite grand-mère qui est venue nous voir sur les six prestations, elle a 80 ans, elle habite dans le 16ème, je ne suis pas persuadé qu’elle serait venue nous voir en concert et pourtant elle a été là sur les six semaines.

A’n’R : Est-ce que vous pensez être novateurs ?

Alain : C’est plutôt l’œuvre qui est novatrice ! Nous sommes un outil pour l’œuvre de Joao, mais ça reste, pour nous, très original ! Imagines, tu nous aurais dit qu’on jouerait dans un cube…

A’n’R : D’un point de vue technique, qu’utilisez-vous comme protections auditives ?

NoReturn06Chuck : On utilise des filtres qui permettent de couper les infra-basses et les ultra-aigus pour éviter tout ce qui peut être larsen ou trop de vibrations qui pourraient nous scinder une partie des tympans.

A’n’r : Avant de participer à cette performance, avez-vous déjà été attirés par le monde artistique conceptuel ?

 Alain : Personnellement je suis ouvert à tous les styles d’art, mais c’est vrai que je ne connaissais pas le Palais de Tokyo et tout ce qu’il pouvait proposer. Si No Return a pu venir jouer sa musique, c’est une rencontre de deux mondes qui se sont découverts et complétés.

Chuck : Oui, c’est une véritable découverte, on n’aurait pas imaginé une seule seconde pouvoir participer à quelque chose comme ça ni le conceptualiser, puisque notre habitude c’est la scène, un open space le plus grand possible avec le plus de public possible. Là on se retrouve dans un endroit confiné, qu’on n’imaginait pas.

Par contre de manière participative comme on l’a fait, c’est une expérience qui sort de l’ordinaire qui est vraiment très intéressante.

A’n’R : Est-ce que cela vous a donné des idées, participeriez-vous à la même œuvre ?

Chuck : Participer à la même m’intéresserait moins, par contre nous restons ouverts à toutes propositions pour participer à une autre œuvre éphémère du même type.NoReturn09

A’n’R: Ok, merci No Return.

By Djé et Chris.

Leave A Comment